Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « On peut associer les jeunes des quartiers populaires à la fabrique des politiques publiques »

[Interview] Politique de la ville

« On peut associer les jeunes des quartiers populaires à la fabrique des politiques publiques »

Publié le 09/02/2022 • Par Arthur Devriendt • dans : France, Innovations et Territoires

jeanne demoulin
Fabien Calcavechia/La Gazette
Maître de conférences à l’université Paris Nanterre, Jeanne Demoulin publie un ouvrage sur les jeunes des quartiers populaires, coordonné avec Marie-Hélène Bacqué et issu d’une recherche participative sur plusieurs années.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Votre ouvrage (1), défini comme un « anti-dictionnaire des idées reçues sur les jeunes des quartiers populaires », fournit un éclairage utile à l’approche de l’élection présidentielle pour penser de nouvelles politiques publiques. Quelle est son ambition ?

Nous avons voulu travailler avec les jeunes des quartiers car, si l’on en parle beaucoup, on les entend peu. Dans les grands médias, ils sont souvent réduits aux garçons qui traînent en bas des tours. Au contraire, nous nous intéressons à la diversité de cette jeunesse.

Pour cela, nous avons mis en place une méthode qui leur donne la parole et qui permet de partir de leurs expériences, grâce à des ateliers et des entretiens individuels. Près de 130 jeunes ont participé, répartis sur dix territoires franciliens. Avec eux, mais aussi avec des professionnels de la jeunesse, nous avons travaillé sur les mots du quartier et de la ville.

Une entrée du livre porte sur le « changement urbain ». Quel regard les jeunes portent-ils sur les programmes de rénovation ?

Un sentiment partagé est celui de la dépossession. Ils ont l’impression que les changements se font sans eux. Au Petit-­Nanterre (Hauts-de-­Seine), quartier emblématique du logement social, la rénovation est perçue comme une menace, avec des constructions neuves en lisière du quartier pendant qu’on laisse « pourrir l’intérieur ». Ces termes sont souvent revenus. Les jeunes font aussi preuve de nostalgie. La rénovation a effacé beaucoup de lieux de leur enfance, comme les aires de jeux. Une phrase qui m’a marquée est « le quartier est en train de partir ».

A ­Pantin (Seine-Saint-­Denis), où la gentrification est forte, le regard des jeunes est très ambivalent. Ils profitent de la rénovation des berges et des nouveaux espaces publics. Mais, dans le même temps, ils se disent « en sursis » dans la ville. S’ils y habitent encore, chez leurs parents, ils craignent de ne pas pouvoir y rester.

Quels enseignements les acteurs locaux peuvent-ils tirer de la lecture de votre livre ?

Considérer les jeunes des quartiers comme des ressources et pas comme des problèmes. Cela a déjà été dit avant nous, mais, grâce au livre, on arrive mieux à saisir qui sont ces jeunes, à voir ce qui les interpelle et ce sur quoi on peut les associer dans la fabrique des politiques publiques.

Notre recherche souligne également l’importance des structures « jeunesse » dans les quartiers. Il faut veiller à leur donner les moyens nécessaires pour travailler. Non pas dans une logique d’encadrement des jeunes, mais dans celle d’un accompagnement.

Enfin, un chantier majeur est celui de la lutte contre les discriminations, où l’action locale peut jouer un rôle clé.

Thèmes abordés

Notes

Note 01 « Jeunes de quartiers. Le pouvoir des mots », C&F Editions, octobre 2021. Retour au texte

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« On peut associer les jeunes des quartiers populaires à la fabrique des politiques publiques »

Votre e-mail ne sera pas publié

Annick

10/02/2022 09h14

Bravo, quel clarté dans le DISCOURS! travail nécessaire et vital.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement