Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Logement

Réforme des aides de l’Agence nationale de l’habitat – Lutte contre l’habitat indigne

Publié le 13/10/2011 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

Pour les propriétaires occupants et bailleurs, l'octroi d'une subvention est subordonné à l'établissement d'une procédure administrative liée à l'habitat indigne ou d'un diagnostic attestant d'une dégradation importante de l'habitat, établi par un professionnel.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis l’entrée en vigueur d’un nouveau régime d’aides le 1er janvier 2011, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) a recentré son action sur les enjeux sociaux du parc de logements privés.
La lutte contre l’habitat indigne et contre la précarité énergétique ainsi que l’accompagnement à domicile des personnes âgées sont devenus des objectifs prioritaires. Désormais, les aides de l’agence concernent donc principalement les propriétaires occupants modestes, pour lesquels le régime applicable a été sensiblement amélioré.

S’agissant de l’habitat indigne, le plafond de travaux subventionnables a été porté à 50 000 euros hors taxe contre 30 000 euros hors taxe auparavant. Ce plafond a été étendu à l’habitat très dégradé.

Le taux de subvention a également été majoré (50 %). L’octroi d’une subvention est subordonné à l’établissement d’une procédure administrative liée à l’habitat indigne ou d’un diagnostic attestant d’une dégradation importante de l’habitat, établi par un professionnel.

Grille d’évaluation – L’Anah a développé un nouvel outil pour l’établissement de ces diagnostics, sous la forme d’une grille d’évaluation de la dégradation du bâtiment, qui s’ajoute à la grille d’insalubrité déjà existante.

Pour les propriétaires bailleurs, le régime des aides est recentré sur les logements présentant un niveau important de dégradation. L’aide est désormais accessible uniquement pour des logements ayant fait l’objet d’une procédure administrative liée à l’habitat indigne ou d’un diagnostic préalable de dégradation minimum (grille d’insalubrité ou grille d’évaluation de la dégradation de l’habitat).

Le nouveau régime est particulièrement simplifié au niveau national. Dans le cadre des travaux lourds destinés à réhabiliter un logement indigne ou très dégradé, les propriétaires bénéficient des aides majorées sous la forme d’un plafond de travaux porté à 1 000 euros/m² dans la limite de 80 000 euros par logement et d’un taux de subvention maximal de 35 %.
Ces aides sont conditionnées par le conventionnement du loyer et l’atteinte d’un niveau minimal de performance énergétique (étiquette E).

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Compétences numériques des agents territoriaux : état des lieux inédit et voies d’amélioration

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme des aides de l’Agence nationale de l’habitat – Lutte contre l’habitat indigne

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement