Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité civile

Quand la télémédecine améliore le travail des secouristes

Publié le 26/01/2022 • Par Alexandra Caccivio • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France, Innovations et Territoires

L'outil testé dans la Nièvre permet de télétransmettre les bilans réalisés auprès des victimes et d’échanger des images. C'est un gain de temps précieux.
L'outil testé dans la Nièvre permet de télétransmettre les bilans réalisés auprès des victimes et d’échanger des images. C'est un gain de temps précieux. D.R.
Les pompiers et les ambulanciers privés du département ont testé avec le Samu un outil de télémédecine préhospitalière qui sera généralisé cette année.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Nièvre 205 800 hab.] C’est, à l’origine, un projet porté par l’agence régionale de santé pour améliorer l’organisation des urgences préhospitalières et dont la Nièvre s’est saisie. Depuis février 2021, le Samu de la Côte-d’Or (qui assure, depuis le CHU de Dijon, la régulation des urgences pour la Nièvre), le service départemental d’incen­die et de secours de la Nièvre (Sdis58) et l’Asso­ciation départementale des transports sanitaires urgents de la Nièvre (qui fédère les 21 entreprises) testent un outil commun de télé­médecine. Il s’agit d’une tablette, dotée d’une application baptisée « Nomadeec », conçue par l’entreprise Exelus (lire le focus). Elle leur permet de télétransmettre les bilans réalisés auprès des victimes et d’échanger des images.

Photos, vidéos

Grâce à cet outil, le bilan – habituellement rédigé par les secours sur papier et transmis par voie téléphonique – est dématérialisé, accessible au régulateur et au personnel médical lors de l’admission à l’hôpital. « Pour le régulateur, c’est un gain de temps précieux, explique le colonel Ludovic Laurent, médecin chef du Sdis : il a accès très rapidement à toutes les données » (la nature de l’événement, l’heure à laquelle il s’est produit, les blessures constatées, l’examen clinique comme la prise de tension…) « et il n’a plus qu’à poser, si besoin, des questions complémentaires au chef d’agrès ou à l’ambulancier pour prendre une décision ».

Autre plus-value de l’outil : « Il nous permet d’envoyer une photo ou une vidéo  , poursuit Ludovic Laurent. « Récemment à La Charité-sur-Loire, une personne s’est sectionné un doigt. Plutôt que d’expliquer par téléphone ce qu’il voit, comme on fait d’habitude, le chef d’agrès a pu envoyer des photos que le régulateur a transmises à un chirurgien de la main. Au vu de la blessure, un hélicoptère a été envoyé tout de suite, alors que la régulation hésitait à orienter le blessé vers le centre hospitalier de Nevers où finalement il aurait été renvoyé à Dijon. » Dans le cas présent, ainsi, « il n’y a pas eu de perte de temps et de chance pour le patient », se félicite Ludovic Laurent.

Hospitalisations réduites

A l’usage, sur la base d’une expérimentation de sept mois et plus de 700 interventions, les secours constatent également que le dispositif permet de réduire le nombre d’hospitalisations inutiles. « Dans le département, 25 % de nos interventions sont liées à des chutes de personnes âgées, explique Ludovic Laurent. Souvent, on les transporte à l’hôpital pour rien, alors que le médecin peut – grâce à une simple image – voir ce qu’il en est. Ce n’est pas anodin : beaucoup de personnes âgées, dans ces situations stressantes, décompensent. »

Testée à petite échelle par le centre de secours de La ­Charité-sur-Loire et par une société de transports sanitaires de Cosne-sur-Loire, elle sera déployée cette année par les 45 centres d’incendie et de secours de la Nièvre (qui possèdent une flotte de 50 ambulances) et par les 21 sociétés privées avec lesquelles les pompiers se partagent les secours préhospitaliers. Et en attendant, « tous les pompiers, professionnels et volontaires, soit 1 200 personnes, vont être formés à l’usage de l’outil ».

Contact : colonel Ludovic Laurent, médecin chef à la direction départementale des services d’incendie et de secours, ludovic.laurent@sdis58.fr, 03.86.60.37.11.

Un outil personnalisable pour les professionnels

Nomadeec, référencé par l’Union des groupements d’achats publics (Ugap), a été développé, à l’origine, pour les professionnels de santé intervenant dans un contexte d’urgence (ambulanciers, Samu, Smur…). Les bilans que les ambulanciers réalisent lorsqu’ils interviennent sur une urgence sont assez proches de ceux faits par les pompiers. « Il était donc naturel de proposer d’étendre l’outil pour équiper tous les effecteurs d’une même solution », indique Jérôme Cabanne, responsable de projet « urgences » auprès d’Exelus. Cette société personnalise la solution Nomadeec en fonction des spécificités propres aux Sdis. « Chaque Sdis a ses habitudes, illustre Jérôme Cabanne. Il y a deux types de bilan ; l’un historiquement utilisé en France ; l’autre appelé ABCDE, de plus en plus utilisé. Nous proposons les deux versions, chacune restant paramétrable afin de coller au mieux aux habitudes et aux exigences de chacun. »

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand la télémédecine améliore le travail des secouristes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement