Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement local

Odile et les vaches… devront finalement vivre ensemble

Publié le 17/01/2022 • Par Pascale Tessier • dans : Actu juridique, Jurisprudence, Régions

vache-agriculture-une
Dudarev Mikhail - AdobeStock
Vaches et néoruraux vont devoir cohabiter ! Ainsi vient d’en décider le tribunal administratif de Versailles en rejetant la demande de riverains qui voulaient bouter hors de leur vue une future ferme d’élevage bio. Aux fins de non-recevoir pour cause de nuisances annoncées mais non démontrées, le tribunal a ajouté l’obligation pour les requérants d’indemniser l’agriculteur et la commune.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En projetant de relancer une race de vaches menacée d’extinction à Adainville (Yvelines, 460 hab.), Fabien Le Coïdic et Agathe Guérin s’étaient lancé un ambitieux défi. Soutenus par la municipalité – ravie de cette dynamique annoncée autour d‘un projet bio – les agriculteurs n’avaient pas imaginé que des riverains déploieraient autant d’énergie pour tenter de les envoyer… paître ailleurs. Car à plus d’un demi-kilomètre de là, l’éditrice parisienne Odile Jacob et son époux Bernard Gotlieb entendaient bien continuer à profiter de leur villégiature sans subir les meuglements, hennissements et autres agressions olfactives de leurs sens qu’ils ont dénoncés par anticipation.

Avec deux autres familles, ils se sont vite retrouvés, dans le village, seuls contre tous, n’imaginant pas que leur notabilité associée au choix de l’ancienne ministre de l’Ecologie (1995-1997) Corinne Lepage pour défendre leur cause dirigeraient vers leur requête des projecteurs peu compatissants. Ils avaient aussi oublié que la loi protégeant le patrimoine sensoriel de la ruralité entrant en vigueur le 29 janvier 2021, rendrait un peu moins audible leurs doléances.

Des nuisances non démontrées

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Data visualisation, les agents véritables acteurs de la transformation

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Odile et les vaches… devront finalement vivre ensemble

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement