Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Aide à domicile

Autonomie : le « domicile renforcé » testé dans six départements

Publié le 12/01/2022 • Par Mariette Kammerer • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France

aide-domicile-personne-agee-autonomie-vieillissement
Halfpoint / AdobeStock
L'offre "Domicile renforcé" de l'ADMR propose un panier de services élargis et surtout coordonnés par une personne dédiée. Les besoins lui sont remontés par un système d'alerte automatisé. La Seine Maritime constate de réels effets sur la prévention.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Pour accompagner les personnes le plus longtemps possible à domicile, nous souhaitons offrir un large panier de services et proposer l’intervention nouvelle d’un coordinateur de parcours pour adapter la prise en charge quand la situation se complexifie », explique Jérôme Perrin, directeur de la qualité et du développement de l’ADMR.

Le socle de services « Domicile renforcé » est expérimenté dans six fédérations ADMR(1). Il englobe :

  • l’aide à domicile (adaptation et entretien du logement, transport, livraison de repas),
  • le suivi santé renforcé (soins infirmiers, ergothérapeute, psychologue, kiné, équipe mobile de gériatrie),
  • l’adaptation et la sécurisation du logement (téléassistance, dispositif anti-chute, garde de nuit, infirmière de nuit),
  • l’aide aux aidants (solutions de répit, relayage, café des aidants),
  • et la gestion des situations d’urgence (sorties d’hospitalisation, places d’hébergement en urgence).

Les services sont assurés par l’ADMR et par un réseau de partenaires locaux référencés par un coordinateur de parcours. « Le rôle du coordinateur est d’évaluer les besoins de la personne à 360° afin d’adapter l’accompagnement, d’agir sur l’ensemble des déterminants du bien vieillir (habitat, lien social, loisirs), et d’aider aux démarches administratives et à la recherche de financements », ajoute Jérôme Perrin.

Une appli pour signaler les situations à risque

La nouvelle offre embarque des outils numériques. Les auxiliaires de vie équipées de smartphone doivent, après chaque intervention à domicile, renseigner l’état général de la personne sur l’application « Vigilance », par un système d’émojis. « Une alerte est générée automatiquement par un algorithme en cas de mauvaises notes répétées, explique Jérôme Perrin. Cela permet de remonter des situations à risque. »

L’ADMR 76, fédération la plus avancée dans l’expérimentation, a déployé le dispositif sur un périmètre de 350 bénéficiaires et 88 auxiliaires de vie. « Depuis septembre, les auxiliaires de vie ont saisi 22 800 appréciations, qui ont généré 186 alertes, dont 138 étaient justifiées », explique Olivier Savier, directeur de la Fédération.

Un diagnostic de ces situations a été réalisé par la coordinatrice, qui a fait des préconisations pour adapter la prise en charge. « Elle organisme la mise en relation avec des partenaires dans tous les domaines – du bricolage à la psychiatrie, en passant par des podologues et travailleurs sociaux-« , ajoute le directeur. Ensuite, les auxiliaires de vie s’assurent auprès du bénéficiaire que les actions préconisées sont bien mises en œuvre. « Nos auxiliaires de vie ont été formées à la prévention et sont très impliquées dans ce nouveau rôle », constate-t-il. Sur les 350 bénéficiaires du périmètre, 44 font aujourd’hui l’objet d’une vigilance renforcée.

Des coûts évités

Le système d’alerte « Vigilance » permet selon lui une meilleure prévention du risque de chute, de précarité financière, d’isolement social, et un meilleur accompagnement en fin de vie. « Cet outil nous a permis d’éviter des chutes, des hospitalisations, des entrées en Ehpad, sans lui ces situations nous auraient échappé et se seraient dégradées à bas bruit », souligne-t-il.

Des études d’impact viseront notamment à mettre en évidence ces « coûts évités », qui sont un argument important pour obtenir des financements publics. Car, pour l’heure, chaque fédération se débrouille pour financer l’expérimentation. Le conseil départemental de Seine Maritime a accordé 60 000€ en 2021 pour la mise en place, la formation, et le poste de coordination. « Ce volet prévention et coordination devrait être financé par l’ARS et le conseil départemental sans surcoût pour les utilisateurs de nos services, estime Jérôme Perrin. C’est indispensable si l’on veut réussir le “virage domiciliaire” voulu par le gouvernement. »

Olivier Savier souligne que « contrairement aux expériences d’Ehpad hors les murs(2), qui ne concernent qu’un petit nombre de bénéficiaires, notre approche préventive et coordonnée vise l’ensemble de nos clients, ce n’est pas du tout la même échelle ».

Deux études d’impact seront réalisées par l’ADMR à l’issue de l’expérimentation nationale, l’une sur les organisations et l’autre sur les bénéficiaires.

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Les six fédérations sont : les Hautes-Alpes (05), le Calvados (14), l’Ille-et-Vilaine (35), la Loire (42), la Haute-Saône (70), la Seine-Maritime (76). Retour au texte

Note 02 Ehpad hors les murs ou "dispositif renforcé d'accompagnement à domicile" (Drad) expérimenté par trois acteurs dans 23 territoires. Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Autonomie : le « domicile renforcé » testé dans six départements

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement