Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Forêts

Pourquoi les communes empêchées d’utiliser leur propre bois doivent-elles s’acquitter de la taxe annuelle sur les hectares de forêt communale ?

Publié le 07/01/2022 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation : L’article 92 de la loi de finances pour 1979 prévoit que les contributions des collectivités territoriales aux frais de garderie et d’administration de leurs forêts relevant du régime forestier sont fixées à 12 % du montant des produits de ces forêts.

Toutefois, dans les communes classées en zone de montagne, ce taux est fixé à 10 %. Ces collectivités acquittent en outre, au bénéfice de l’office national des forêts (ONF), une contribution annuelle de 2 euros (€) par hectare de terrains relevant du régime forestier, prévue par l’article 48 de la loi de finances pour 2012.

Si cette contribution annuelle de 2 € par hectare est forfaitaire, les frais de garderie sont en revanche assis sur un chiffre d’affaires. Ainsi, en l’absence de coupes dans l’année et donc de revenu, la commune concernée ne versera aucun frais de garderie à l’ONF.

Pour autant, le régime forestier repose sur un principe de solidarité nationale ; il permet d’appliquer dans les mêmes conditions un niveau élevé de gestion durable forestière dans l’ensemble du pays, dans les forêts les plus productives comme dans les forêts les moins productives. C’est cette solidarité nationale que traduit la contribution forfaitaire de 2 € par hectare.

Cette solidarité nationale ne pèse pas sur les seules communes forestières, bien au contraire. En effet, les frais de garderie et la contribution forfaitaire contribuent seulement à hauteur de 17 % au coût de l’application du régime forestier dans les forêts des collectivités. La plus grande part de ce coût est en réalité assurée par l’État, au travers du « versement compensateur » versé annuellement par le ministère de l’agriculture et de l’alimentation à l’ONF. Ce versement, d’un montant de 140,4 M€ en projet de loi de finances pour 2022, comme son nom l’indique, vient compenser les 83 % des coûts d’application du régime forestier dans les forêts des collectivités non couverts par les contributions de ces dernières.

Le travail réalisé par les agents de l’ONF pour le compte des communes se fait tout au long de la vie du peuplement forestier, y compris pendant les périodes où aucune coupe n’est réalisée. La gestion forestière s’inscrit dans le temps long, raison pour laquelle l’application du régime forestier dans l’ensemble du pays relève de l’intérêt général. S’agissant du cas particulier de la commune de Lucéram, l’ONF inscrit chaque année des coupes aux états d’assiette.

Ceux-ci sont actuellement inférieurs à ce que prévoit l’aménagement. Il ne s’agit aucunement d’interdire à la commune de mobiliser tout le bois qu’elle souhaiterait mais d’adapter les programmes de coupe à ce que la forêt peut supporter. Il se trouve que l’essentiel des peuplements de la forêt communale se trouve sur des stations relativement pauvres sur lesquelles l’accroissement biologique, très ralenti par les sécheresses des dernières années, ne permet pas d’envisager des coupes fréquentes.

Ceci a conduit le service à ne pas pouvoir appliquer le programme de coupes initialement prévu à l’aménagement qui mériterait une révision anticipée pour rebâtir un programme de coupe réaliste comme l’a envisagé l’agence territoriale Alpes-Maritimes Var de l’ONF.

Les communes forestières ne sont pas empêchées d’utiliser leur propre bois. Si la commune de Lucéram exprime le souhait d’alimenter sa chaudière communale avec du bois de sa forêt, l’ONF étudiera cette possibilité au regard des coupes techniquement possibles.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pourquoi les communes empêchées d’utiliser leur propre bois doivent-elles s’acquitter de la taxe annuelle sur les hectares de forêt communale ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement