Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Autonomie

La maison de retraite qui réveille l’envie des résidents de prendre en main leur quotidien

Publié le 13/01/2022 • Par Solange de Fréminville • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France, Innovations et Territoires

Restaurant, coiffeur, bibliothèque, spectacle… tout est fait pour que les résidents
de l’Ehpad se sentent chez eux et conservent la plus grande autonomie possible.
Restaurant, coiffeur, bibliothèque, spectacle… tout est fait pour que les résidents de l’Ehpad se sentent chez eux et conservent la plus grande autonomie possible. D.R.
Dans l’Ehpad communal, les résidents sont encouragés à faire par eux-mêmes ce qu’ils souhaitent, selon leurs capacités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) 10 200 hab.] « Je m’occupe un peu de tout : je fais visiter la maison aux nouveaux arrivants et je réponds à leurs questions, je mets le couvert, je fais la cuisine, des courses, du jardinage… » Jean-Louis Vernassal n’est pas un agent de l’Ehpad communal Mathilde-Laurent, à Villeneuve-lès-Maguelone, mais l’un de ses résidents. Sûrement l’un des plus actifs, dans une maison de retraite où chacun peut prendre son quotidien en main et participer à la vie commune. « On est libre », glisse-t-il, ému.

« On leur donne le choix et on ne fait pas à leur place », indique ­Christine ­Castillazuello, aide médicopsychologique (AMP) au sein de l’unité protégée dédiée aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’affections apparentées. « On leur propose, par exemple : la douche ? ou la toilette ? S’ils ne veulent pas se laver, mais que c’est nécessaire, on leur explique pourquoi. Et ensuite, on leur mime les gestes qu’ils ont oubliés pour leur permettre de se laver eux-mêmes autant que possible », précise l’AMP.

Quand une résidente, très angoissée, déambule alors que sa vue a baissé, ou qu’une autre se remet à marcher seule, sans demander de soutien, « on les surveille de loin », indique ­Catherine ­Girard, une autre AMP de l’unité protégée. Car il s’agit de les laisser exprimer leurs envies et leurs humeurs, seule manière de conserver ou de reconquérir leur autonomie.

Plaisir et utilité

Tous, quelles que soient leurs capacités, sont encouragés à s’engager dans les activités qu’ils apprécient. De l’atelier d’épluchage de légumes à l’essuyage de la vaisselle, en passant par le rangement de leur chambre, ils peuvent participer aux tâches quotidiennes. « Une dame qui sait toujours écrire remplit le tableau du menu chaque matin », raconte la psychologue de la maison de retraite, Marie Lembach.

Pour ceux dont la mémoire vacille, les noms des objets sont écrits en gros caractères sur des étiquettes affichées sur et dans les placards, les tiroirs, les portes, et les gestes à faire sont montrés par d’autres résidents ou les professionnels qui les accompagnent.

Les résidents peuvent aussi contribuer à écrire un livret sur les règles sanitaires en temps de Covid-19, s’occuper de la mini-épicerie qu’ils ont eux-mêmes mise sur pied ou se retrouver pour partager leurs souvenirs d’un résident décédé. Ils ont créé une floraison de comités, accompagnés par l’animatrice, afin de mener à bien leurs projets.

« L’activité, c’est un soin à part entière, c’est du plaisir pour eux, ils se sentent utiles », souligne Marie Lembach. Au point de jouer un rôle majeur. « Quand ils accueillent les nouveaux, ils ont des mots justes, réconfortants, car eux également ont vécu ce moment éprouvant », remarque l’animatrice ­Elisabeth Malard.

Rien de tout cela n’aurait été possible sans une évaluation fine de leurs capacités, en les observant au fil des jours. Pas question de se reposer sur le « mini-mental state examination », examen prescrit dans les Ehapd, « ni révélateur, ni valorisant », selon Marie ­Lembach.

D’humain à humain

« On s’intéresse à leurs capacités, mais aussi à leur histoire de vie, leurs domaines experts, pour proposer ce qui leur fait envie et éviter de les mettre en difficulté », complète ­Elisabeth Malard. Tout vient de la méthode ­Montessori adaptée aux personnes âgées, à laquelle toute l’équipe a été formée.

Au point de modifier leur posture. « Du soignant qui sait et dont la mission est d’aider la personne âgée dépendante, on passe à une relation d’humain à humain, plus enrichissante », analyse Marie ­Lembach.

Contact : Elisabeth Malard, animatrice, animation.ehpad@villeneuvelesmaguelone.fr

Thèmes abordés

Régions

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La maison de retraite qui réveille l’envie des résidents de prendre en main leur quotidien

Votre e-mail ne sera pas publié

François

14/01/2022 08h25

Merci pour ce bel article qui valorise une initiative passionnante. J’espère qu’elle pourra donner des envies et être déployée ailleurs.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement