Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Education

Baisse des effectifs dans le premier degré : le secteur privé épargné

Publié le 05/01/2022 • Par Michèle Foin • dans : A la Une Education et Vie scolaire, Actu expert Education et Vie scolaire, France

école cours récréation
Foto 2014 von www.ChristianSchwier.de
En 2021, la baisse démographique touche surtout le secteur public. Si les effectifs du secteur privé restent stables, ceux du privé hors contrat sont florissants, avec une hausse de 11,8%. 

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La baisse démographique est à l’œuvre et impacte fortement le premier degré à la rentrée 2021. C’est ce qui ressort des derniers chiffres publiés par les services statistiques de l’Éducation nationale (Depp). A la rentrée 2021, 6,539 millions d’élèves ont pris le chemin des écoles publiques et privées du premier degré, soit 1,2% de moins qu’en 2020. Cette baisse concerne plus fortement le niveau pré-élémentaire qui accuse une baisse de 35 000 élèves, soit 1,5% d’élèves en moins.

Les élèves du premier degré à la rentrée 2021

La hausse du nombre d’enfants de deux ans scolarisés à la rentrée 2021 (+ 2600 élèves), ne compense pas la baisse des effectifs des enfants de trois, quatre et cinq ans et plus. L’élémentaire en revanche connaît une baisse plus modérée de ses effectifs, de 44 500 élèves, soit 1,1% de moins qu’en 2020. De fait, le premier degré voit à la fois entrer à l’école la génération 2018, la plus petite de toutes, avec 758 600 enfants, et sortir la génération la plus importante, née en 2010, qui compte 832 800 enfants, tous partis au collège.

Hausse dans les Ulis

Dans l’élémentaire, ce sont les CP qui enregistrent la plus forte baisse avec 18 800 élèves de moins (-2,3%). L’accueil des élèves en situation de handicap connaît a contrario une tendance inverse. Les unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) voient leurs effectifs augmenter avec 1200 élèves de plus qu’à la rentrée 2020 (+2,3%).

D’un point de vue territorial, cette baisse générale des effectifs concerne toutes les académies métropolitaines. Seuls les départements et régions d’Outre-Mer (Drom) voient leurs effectifs augmenter.

Stabilité dans le privé

Dans le match public/privé, c’est le privé qui gagne cette année encore, les effectifs y baissant beaucoup moins que dans le secteur public. Ce dernier perd 77 9000 élèves en 2021, contre à peine 400 dans le secteur privé. En particulier, les parents ont fait davantage le choix du privé pour leur enfant de 2 ans. Leurs effectifs augmentent de 6,7% dans le secteur privé, contre 2,6% dans le secteur public.

Le privé hors contrat se porte bien

Même si le secteur privé hors-contrat représente une part très faible de l’ensemble du premier degré (0,9% des élèves), il est particulièrement dynamique cette année. Ses effectifs sont en hausse de 11,8% après des augmentations plus modérées entre 2015 et 2020 variant de +1% à +10%. Avec 3,3% des élèves scolarisés dans le public hors-contrat, Paris détient le record des académies dans ce domaine, suivie par Nice (1,5%), Versailles (1,4%), Aix-Marseille (1,2%), Montpellier (1,1%) puis Créteil et Lyon (1%).

Reprise de la scolarisation de 3 et 4 ans

La Depp note également une augmentation du taux de scolarisation des enfants de 3 et 4 ans en 2021, après un coup d’arrêt en 2020, du fait de la crise sanitaire. « À la rentrée 2021, ces taux sont repartis à la hausse, dépassant même leurs niveaux de 2019. Dans le même temps, le taux de scolarisation à 5 ans se maintient à 100 %, comme en 2020 », détaille la Depp.

L’école rurale contient l’hémorragie

Enfin, bonne nouvelle pour l’école rurale, la baisse des effectifs du premier degré ralentit nettement en 2021. Avec seulement 1,1% d’effectifs en moins, elle se situe dans le même ordre de grandeur qu’en zone urbaine (-1,2%). Un léger répit, après neuf années d’érosion. De 2011 à 2021, les effectifs d’élèves du premier degré ont en effet diminué de 0,8 % en zone urbaine (soit 43 000 élèves en moins) alors qu’en zone rurale, la baisse a été de 9,4 % (soit 129 000 élèves de moins).

Références

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Baisse des effectifs dans le premier degré : le secteur privé épargné

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement