Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Lutte contre la pauvreté

« La problématique de la pauvreté ne se résout pas en un mandat »

Publié le 05/01/2022 • Par Laure Martin • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France

Louis Schweitzer
DR
A quatre mois de l’élection présidentielle, Louis Schweitzer, président du comité d'évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, dresse un bilan de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

Le CNLE a publié son dernier rapport annuel en avril 2021. Depuis lors, comment se déroule la mise en œuvre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté ?

Depuis notre dernier rapport annuel, nous avons eu connaissance de statistiques dont nous ne disposions pas auparavant concernant l’évolution de la pauvreté en France. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a annoncé début novembre que la crise sanitaire n’a pas fait progresser la pauvreté en France, ni n’a creusé les inégalités en 2020.

C’est à nos yeux une excellente nouvelle, révélatrice de la forte mobilisation des associations et de l’Etat, avec la mise en place de mesures spécifiques et d’aides aux associations, leur permettant d’aller vers les personnes dans le besoin. Cependant, certaines mesures provisoires notamment en faveur des indépendants, ou encore la suspension de la réforme du chômage, laissent planer une forme d’incertitude sur l’impact de la crise. Nous rendrons un rapport sur ce sujet en octobre 2022.

De même que la crise a mis en lumière une catégorie de la population, que nous n’avions pas forcément considérée comme pouvant être impactée, à savoir les étudiants, nombreux à avoir frappé aux portes des banques alimentaires. Ce constat a d’ailleurs validé notre proposition d’étendre le RSA aux 18/25 ans en prenant en compte les ressources familiales. Mais notre proposition n’a pas été entendue. Nous en sommes quelque peu désolés, même si pour autant, la France ne se trouve pas dans une mauvaise position vis-à-vis des autres pays européens en matière de pauvreté.

Des mesures nouvelles ont-elles été prises ?

Pas à notre connaissance. Néanmoins, une mesure va bientôt entrer en vigueur, au 1er mars, à savoir, le Contrat engagement jeune, afin d’aider les jeunes à accéder à l’emploi. Cette question de l’emploi des jeunes est difficile à mettre en œuvre, car souvent, l’accès à l’emploi requiert une étape préalable avant même la formation professionnelle. Si l’existence de ce contrat semble pertinente, l’un des enjeux est de veiller à ce qu’il ne concerne pas uniquement les jeunes déjà proches de l’emploi mais qu’il bénéficie aussi à ceux qui en sont le plus éloignés. Nous allons d’ailleurs étudier ce sujet et évaluer la mesure dans notre prochain rapport à la demande d’Elisabeth Borne, ministre de l’Emploi, du travail et de l’insertion. Au printemps, nous pourrons déjà connaître les bénéficiaires. Ensuite, nous mesurerons l’efficacité de cette mesure.

Vous lancez un appel à projet pour l’évaluation du plan « Logement d’abord ». En quoi consiste cette mesure ?

Le plan « Logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme » fait de l’accès direct au logement une priorité pour la réinsertion des personnes sans domicile. Il est fondé sur l’idée que bénéficier d’un domicile constitue une condition importante de restructuration, et que l’étape de l’hébergement n’est pas justifiée socialement. Néanmoins, pendant la crise sanitaire, de nombreux hébergements d’urgence ont été proposés et la construction de logements s’est, en parallèle, beaucoup ralentie. Le temps de passage par la case hébergement a donc été augmenté alors que l’ambition était de le diminuer. Nous avons lancé un appel à projet afin d’évaluer cette mesure au premier semestre 2022.

Le comité a été créé fin 2019 afin d’évaluer une stratégie qui a été lancée après le nouveau quinquennat. Néanmoins, il faut avoir en tête que la problématique de la pauvreté ne se résout pas en un mandat. L’enjeu repose sur la continuité de la politique et donc de son évaluation.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La problématique de la pauvreté ne se résout pas en un mandat »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement