Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Prestations sociales

Les prestations sociales ont permis de contenir les impacts de la crise Covid

Publié le 22/12/2021 • Par Christelle Destombes • dans : Actu Santé Social, Documents utiles

dette covid
Adobe stock
La crise du Covid a largement impacté les comptes de la protection sociale en 2020 : les dépenses ont augmenté de 7,8 % en 2020, pour atteindre 872 milliards d’euros, soit 35 % du PIB. Résultat : un solde fortement dégradé des comptes avec - 51 milliards en 2020, versus + 13 milliards en 2019.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Ce n’est pas une surprise, mais le Panorama de la Drees sur les comptes de la protection sociale en 2020, présenté le 15 décembre, permet de quantifier le choc de la crise sanitaire sur les dépenses publiques, et la part des mesures prises pour en atténuer les effets. Ainsi, la Drees s’est attachée à pointer les dépenses directement causées par la crise de 2020.

Estimées à 46 milliards d’euros, elles se décomposent en 35 milliards de prestations – dont 27 pour le chômage partiel, le reste se partageant entre soins hospitaliers et aide exceptionnelle de solidarité – et 11 milliards d’autres dépenses, pour l’achat de masques ou d’équipements de protection et pour la compensation des baisses de revenus des acteurs du système de protection sociale (médecins généralistes et spécialistes, cliniques privées, établissements médico-sociaux et crèches).

Forte croissance du risque emploi

Le risque emploi devient le premier contributeur de la croissance globale des dépenses devant le risque santé : il représente 10 % du total des prestations versées en 2020 (6 % en 2019) en raison de la mise en place du chômage partiel, qui a concerné plus de 8 millions de salariés par mois au plus fort de la crise, et de la forte hausse des allocations chômage. Les prestations liées à l’emploi s’envolent en 2020, pour atteindre 77 milliards d’euros, en hausse de 68 %.

Suivent les prestations liées au risque maladies, qui augmentent du fait de la hausse des prestations de soins hospitaliers pris en charge par l’assurance maladie et l’État et des hausses de rémunération des soignants (+ 4,3 %). Du côté du risques invalidité et handicap, la hausse est de 3,7 %, avec la revalorisation de l’allocation adulte handicapé et la hausse des rémunérations du personnel des établissements médicosociaux.

Ressources stables

Les mesures de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale contribuent à la hausse des prestations sociales, avec la mise en place de l’aide exceptionnelle de solidarité, versée aux ménages modestes en mai et novembre 2020, pour un total de 2 milliards d’euros et la forte hausse des bénéficiaires du RSA (+ 5,7 % en 2020). Ces prestations augmentent de 12 %, soit moins qu’en 2019 (19 %), qui avait vu la revalorisation de la prime d’activité après le mouvement des Gilets jaunes.

Les ressources restent stables (- 0,1 %), l’État ayant largement compensé la baisse des cotisations sociales. Le solde de la protection sociale (administrations de sécurité sociale et organismes complémentaires) passe de + 13 milliards en 2019 à – 51 milliards en 2020, tandis que le déficit public passe de – 75 milliards à – 209 milliards… Pour la Drees, cette dégradation des soldes permet de constater l’ampleur de la crise économique, à la fois sur les ressources, mais aussi sur les dépenses effectuées pour atténuer les effets de cette crise.

La France meilleure que ses voisins européens ?

Une comparaison européenne dans l’étude permet de constater que la France ne s’en sort pas si mal. La majeure partie des pays européens ont mis en en place des mesures de soutien à l’emploi et aux revenus des ménages, avec notamment des dispositifs d’activité partielle d’une ampleur sans précédent. Si la France a compté jusqu’à 29 % des actifs placés en activité partielle, avec une dépense moyenne de 930 euros en parité de pouvoir d’achat par personne, la dépense s’envole à 1630 euros au Royaume-Uni et 1480 aux Pays-Bas, pays qui ont maintenu une indemnisation sur la durée. Ce déploiement a permis d’éviter une envolée du chômage, notamment en France : la demande d’emploi n’a augmenté que de 0,1 point, contre 1,2 point en moyenne européenne et jusqu’à 2,5 points en Espagne.

Par ailleurs, les mesures de soutien aux revenus semblent avoir réussi à minimiser l’impact de la crise sur les ménages les plus pauvres. Selon des données d’Eurostat encore parcellaires, la France fait figure d’exception notable : le taux de pauvreté monétaire y reste stable sur l’année, alors qu’il augmente dans la quasi-totalité des pays… Pour la Drees, ces « relativement bons résultats ne présagent toutefois pas des effets de la crise sanitaire à moyen et long terme ».

Le Club Santé-Social rejoint la galaxie des Clubs métiers de la Gazette. Découvrez ses articles en vous inscrivant à l’offre découverte, gratuite pendant 30 jours !

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les prestations sociales ont permis de contenir les impacts de la crise Covid

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement