Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Salaires

Consultation sur le point d’indice : ce qu’en pensent les élus locaux

Publié le 21/12/2021 • Par Emmanuel Franck • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Logo municipales
Fotolia
La ministre de la Fonction publique a fait valoir à bon droit que la revalorisation du point d'indice des fonctionnaires impliquait de consulter notamment les employeurs territoriaux. Si elle l'avait fait, ils n'en auraient pas voulu, pour le moment.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Afin de justifier le refus du gouvernement, le 9 décembre dernier, de revaloriser la valeur du point d’indice des fonctionnaires, Amélie de Montchalin, ministre de la Fonction publique, a notamment fait valoir qu’« une hausse du point d’indice appelle nécessairement une consultation préalable de l’ensemble des employeurs publics, en particulier les collectivités territoriales, à quelques mois d’échéances électorales importantes ».

Le gouvernement doit en effet faire examiner toutes les questions intéressant les trois fonctions publiques par le Conseil commun de la fonction publique, dans lequel siègent notamment les représentants des employeurs territoriaux. La valeur du point d’indice n’étant pas spécifique à chaque fonction publique, un éventuel décret sur ce sujet ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

La protection sociale complémentaire, un moyen de renforcer l’attractivité de la fonction publique territoriale

de La Rédaction du Courrier des maires en partenariat avec MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Consultation sur le point d’indice : ce qu’en pensent les élus locaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Aurcads

21/12/2021 09h19

L’équilibre est déjà rompu, puisque le premier échelon de la catégorie B a l’indice de rémunération des premiers indices de la catégorie C.
C’est donc à un magnifique bal des hypocrites auquel nous assistons, et Madame de Montchalin n’aura finalement fait qu’appliquer la « méthode Buzyn » c’est à dire gagner du temps…mission réussie de ce côté-là ! Enfin, jusqu’au jour où un évènement imprévu menace de faire exploser le système.

Un gouvernement incapable d’assurer une certaine équité entre les différents versants de la FP, et le privé ne devrait pas exister : comment un quinquennat entier a t-il pu se dérouler avec ce niveau d’iniquité sur la protection sociale complémentaire, la CSG, le jour de carence, la contractualisation pénalisante ou pas selon le poids financier de la collectivité…et pour quels résultats ??

Ghislaine

21/12/2021 10h17

Honteux cela fait 12 ans que les fonctionnaires ne sont pas augmentés Il faut revoir les grilles de salaire de tous les métiers de la fonction publique souvent très diplômés En effet les salaires du privé sont nettement supérieurs pour des formations équivalentes Ce processus continue sur toute la vie professionnelle et quand ce fonctionnaire part à la retraite il
s aperçoit que le calcul est fait sur un salaire de base minable et qu il ne bénéficie pas d une retraite complémentaire comme dans le privé ! donc une descente vertigineuse du niveau de vie Je suis cadre de santé,j ai travaillé 43 ans à temps plein dans les hôpitaux dans des conditions effroyables
J ai une pension de 1000 euros de moins par mois que mon ancien salaire net ! Quelle récompense après une vie de sacrifice et aujourd hui on n’ oublie pas de nous rappeller pour dépanner car les hôpitaux sont surchargés a cause du COVID? On nous prend pour des billes et l aumône du Ségur pour les actifs ne résoud pas le problème de fond Je rappelle qu il n y a eu aucun geste pour les nouveaux retraités de la FPH partis juste avant le vote de la loi Ségur Une honte! Il faut arrêter de se baser sur les médias Il faut toujours lire entre les lignes des annonces pompeuses du gouvernement Augmentation importante des infirmières et aides soignantes annoncée mais en réalité pour quelqu un qui est embauché aujourd’hui et qui finira sa carrière dans 45 ans Que vaudra 600 euros de plus dans 45 ans? Celle qui est en fin de carrière aujourd’hui n a eu que 70 euro !! brut évidemment
C est pourquoi cette catégorie de personnel déserte actuellement le navire qui coule
Les différends gouvernements depuis 40 ans se sont toujours moqués de nous dans l indifférence générale ( 1 euro 07 supplément heure de nuit de 21 h à 6 h, 46 euros supplémentaire par weekend ) Une misère ! pour tant de compétences , de rytme de vie difficile,de sacrifices
J ai honte

HERMES

16/03/2022 10h09

Je partage totalement les points de vue de « Aurcads » et de « Ghislaine »…
Pour mémoire, au début des années 1980, le salaire indiciel d’un cadre au premier échelon était supérieur au SMIC de largement plus de 50% (j’aurais tendance à dire entre 70% et 80%). Aujourd’hui, cet écart n’est plus que de 13%. La messe est dite!

Bien sûr, on peut crier contre le Gouvernement actuel mais si on av un peu plus loin, ne constate-t-on pas que les représentants actuels dés élus expriment la même idée: attendons pour voir de combien il faut augment la valeur de l’indice.
Pour faire simple, on est dans une totale hypocrisie. Sinon que ceux qui ne sont pas d’accord me démontrent le contraire.

Pour mémoire, le premier Gouvernement de M. Mitterrand revalorisait l’indice 100 dans la même proportion que l’inflation. Puis très rapidement il a mis en place une technique prenant en compte l’augmentation liée au GVT pour augmenter la valeur de l’indice 100 de la différence entre l’inflation et ce chiffre.
Puis certaines années, la valeur de l’indice 100 n’a pas bougé malgré l’inflation. Donc pour maintenir les salaires des agents au SMIC, des points d’indice ont été donnés à ces derniers pour aboutir à la situation actuelle où un agent de catégorie B démarre pratiquement au même salaire qu’un agent de catégorie C. Les agents de catégorie A bénéficient encore d’un léger avantage: ils sont rémunérés 13% au dessus du SMIC!

Vient ensuite la retraite avec les désillusions… notamment pour les cadres qui ont des primes importantes. Je voyais récemment un poste d’encadrement à pourvoir dans un service de l’Etat avec une rémunération globale brute de 145.000 €. Quand on sait que son indice ne lui permet pas d’avoir un salaire de plus de 75.000 €, on voit quel est le montant des primes. Suis-je sot! L’Etat l’a prévu avec dans ces primes une NBI qui doit être d’au moins 100 à 150 points d’indice majoré.

Mais le vulgum pecus ne bénéficie pas de telles rémunérations… insuffisantes aux yeux du Gouvernement qui prévoit une revalorisation pour ces emplois! Pour les autres, comme disait Coluche, circulez il n’y a rien à voir!

Enfin, avez-vous remarqué que la ministre n’a pas oublié de dire que 1% d’augmentation c’est 1 milliard d’euros à trouver. Toujours comme disait Coluche, c’est un signe!

Je pense que dans un premier temps la ministre ne va pas avancer de pourcentage. Elle va mettre en avant la nécessaire concertation avec les représentants des collectivités et des salariés… en attendant que le nouveau « Président » soit élu.
Après viendra la décision qui devrait faire mal… non pas aux caisses de l’Etat et des collectivités mais des agents. par un calcul que seul savent faire les grands de ce monde, on va démontrer que l’évolution naturelle des salaires de la fonction publique a évolué ces derniers temps d’une valeur proche de celle de l’inflation pour octroyer in fine un taux similaire à celui qu’avait accordé M. Hollande: 1,2% en deux fois à six mois d’intervalle.

Mais tout pourrait ne pas se passer ainsi… si les syndicats arrivent à donner de la voix en mettant plusieurs milliers de manifestants dans la rue.

Au fait, M. Macron n’avait-il pas dit qu’il ne ferait pas comme ses prédécesseurs et aussi que rien ne sera comme le monde d’avant?

Le rêve est souvent ce qui reste à ceux qui ne sont pas maîtres de leur destinée!

Commenter

Les informations à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par La Gazette des Communes du Groupe Moniteur, Nanterre B 403 080 823. Elles sont uniquement nécessaires à la gestion de votre commentaire à cet article et sont enregistrées dans nos fichiers. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement