Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Temps de travail

1607 heures à Paris : le feuilleton qui éclipse d’autres cas de rébellion

Publié le 14/12/2021 • Par Claire Boulland • dans : A la Une RH, Régions, Toute l'actu RH

©Oscarchen - stock.adobe.com
La maire PS de Paris, et accessoirement candidate à l'élection présidentielle, ne pourra pas entièrement faire appliquer, au 1er janvier 2022, sa délibération sur le temps de travail de ses agents. Un jugement au fond doit intervenir d’ici la fin du premier trimestre 2022.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lundi 13 décembre, la justice administrative a rejeté l’appel de la ville de Paris concernant deux mesures de sa délibération sur les 1 607 heures, adoptée par sa majorité en juillet dernier.

Dans sa décision, le juge des référés de la cour administrative d’appel de Paris n’a pas voulu que la capitale instaure des mesures transitoires tout au long du premier semestre 2022. Ni qu’elle mette en place une « pénibilité spécifique » liée au fait même de travailler dans la capitale (« sursollicitation » du territoire et niveaux importants de bruit et de pollution atmosphérique), synonyme de trois jours de RTT supplémentaires.

La cour d’appel rejoint ainsi l’ordonnance prise le 25 octobre par le tribunal administratif à la demande du préfet de région, estimant, comme ce dernier, « qu’il existe un doute suffisamment sérieux sur la légalité des dispositions en cause pour qu’elles n’entrent pas en vigueur tant que l’affaire n’a pas été jugée au fond ». Une prochaine étape qui doit intervenir d’ici la fin du premier trimestre 2022.

« Ligne dangereuse qui n’est pas républicaine »

Mais en attendant, comment fonctionneront les services de la ville de Paris ? Les

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Régions

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

1607 heures à Paris : le feuilleton qui éclipse d’autres cas de rébellion

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement