Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Design de service

Des étudiants en immersion planchent sur un territoire rural

Publié le 22/12/2021 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : France

village
Sissoupitch / AdobeStock
En résidence dans le Périgord vert, des diplômés de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs abordent les enjeux propres aux zones de campagne sous le prisme du design.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ils sont quatre filles et quatre garçons réunis dans une maison du centre-bourg de ­Nontron (3 100 hab., ­Dordogne). Parmi eux, ­Victor ­Bassigny, diplômé de Central Saint-­Martins College de Londres, ou ­Antoine ­Bachmann, sorti il y a quelques années de l’Ecole des beaux-arts de Lyon. Ces huit diplômés en arts déco, paysagisme, design ou architecture intérieure constituent, depuis septembre, la première promotion d’une formation au design en milieu rural, lancée par l’­Ensad.

Trois commandes retenues

Installés en résidence dans la commune depuis le 20 septembre, ils forment une équipe aux compétences complémentaires. Et sont encadrés par des professeurs envoyés par l’Ensad une semaine par mois. « Les étudiants sont amenés à travailler plutôt comme un bureau d’études que comme une classe. Ils vont élaborer des scénarios et des hypothèses, et fonctionner telle une boîte à idées au bénéfice des collectivités territoriales et des citoyens », souligne le directeur de ­l’Ensad, ­Emmanuel ­Tibloux.

Sollicitées pour l’implantation du programme, la commune et la CC du Périgord nontronnais (28 communes, 15 100 hab.) ont accueilli avec enthousiasme le projet, même s’il a fallu expliquer ce que le design pouvait apporter au territoire. Trois commandes ont été retenues sur le triptyque « grandir, vieillir et créer à ­Nontron ». « Un projet sur la vie des adolescents en milieu rural en partenariat avec la CC, un autre avec les résidents de ­l’Ehpad et un troisième avec le pôle expérimental des métiers d’art sur l’économie sociale et solidaire », détaille ­Florence ­Doléac, l’une des professeurs référents.

Le pouls de la communauté

Atout de la formation : l’immersion dans le territoire. « L’avantage d’une résidence sur un temps long de neuf mois est de ­rencontrer de nombreux acteurs, même s’ils ne sont pas directement connectés au projet, et de s’appuyer sur les dynamiques existantes », note ­Antoine ­Bachmann. La maison qui accueille les étudiants (une autre, équipée d’un fablab, est en cours de restauration pour les promotions suivantes) se situe, pour l’instant, juste en face du marché. De quoi prendre le pouls de la communauté. Après une première période d’observation et d’échanges, des rendez-vous réguliers sont désormais organisés avec les usagers cibles.

« A l’Ehpad, un repas a été partagé avec des résidents et trois groupes de travail mis sur pied, sur l’eau, la verdure et le menu. Quelque 20 à 30 résidents ont participé à la première discussion », décrit ­Victor ­Bassigny. Ce projet expérimental vise autant à répondre aux besoins de la collectivité et des habitants qu’à former des experts du design rodés aux zones rurales. « Nous espérons que, dès l’année prochaine, les participants de cette première promotion pourront essaimer sur le territoire », conclut ­Florence ­Doléac.

Contact : Ensad, 01.42.34.97.00.

« Les campagnes redeviennent attractives »

PHOTO - IMG_585701_01.jpg

Emmanuel Tibloux, directeur de l’Ensad

« Les zones rurales concentrent des enjeux majeurs en termes d’usages et de services, et suscitent l’intérêt des designers pour y travailler. Je portais cette idée de formation en résidence avant même de prendre la direction de l’école il y a trois ans. La crise sanitaire a confirmé mon intuition, car les campagnes, d’où l’on partait, se révèlent à nouveau attractives.

Nous avons sélectionné Nontron dans le Périgord vert, qui réunissait les trois caractéristiques que je recherchais : un territoire en déprise (immobilière, économique, des services publics…), qui soit un lieu de centralité propice à inventer sa propre offre économique ou culturelle et qui héberge déjà un savoir-faire d’artisans et des réseaux de solidarité. Les étudiants ont été sélectionnés sur leur complémentarité ainsi que sur leur motivation à s’installer et à travailler à la campagne. »

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des étudiants en immersion planchent sur un territoire rural

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement