Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Insertion

Le premier conseil local de prévention de la précarité créé

Publié le 10/12/2021 • Par Pascale Tessier • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, Régions

Aide SDF
©phanuphong - stock.adobe.com
Afin de coordonner une anticipation, médiation et maraudes vont être mises en place dans le centre-ville de Vesoul où le préfet de Haute-Saône vient de créer un conseil local de prévention de la précarité inédit.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Tout faire pour que cela ne se reproduise plus ! Après la découverte des corps sans vie de deux trentenaires marginaux, dans un garage du centre-ville, en juillet et septembre, le maire de Vesoul (Haute-Saône), Alain Chrétien (Agir) s’était tourné vers le préfet. Il souhaitait qu’un électrochoc permette de mobiliser l’ensemble des acteurs associatifs et institutionnels, afin de trouver des solutions qui puissent mieux prendre en compte ces situations marginales.

Le 5 octobre, une première réunion avait posé les bases d’un groupe de travail et, le 6 décembre, sous la double présidence du préfet Michel Vilbois et du maire, le conseil local de prévention de la grande précarité a été officiellement créé. Il réunit des représentants de services préfectoraux, départementaux, municipaux, de police, d’incendie ou de secours, et des associations à caractère social, en charge de l’hébergement, de l’aide à domicile, du handicap, des addictions ou de l’accueil d’urgence, notamment.

Agir dans « une transparence contrôlée »

Ce conseil inédit ne doit pas être une énième commission Théodule mais bien une structure devant produire des résultats. Elle se réunira une fois par trimestre, mais un groupe de travail fera un point précis chaque semaine avec les référents de chaque thématique. Car la première décision a été de confier à une association la mise en place « d’une médiation de rue, plus importante que la maraude », détaille le préfet.

L’association haut-saônoise pour la sauvegarde de l’enfant à l’adulte (AHSSEA) – dite la Sauvegarde – doit ainsi recruter trois personnes (soit deux équivalents temps plein). Leurs missions détaillées sont encore à définir mais, dans le centre-ville de Vesoul, ils vont tenter de nouer un contact avec la vingtaine d’hommes et de femmes marginaux. Ces personnes sont « en état de forte désociabilisation » selon le préfet, bien qu’ayant parfois un domicile qu’elles n’occupent pas (et dont il faut identifier les raisons), qui peuvent aussi disposer de moyens financiers qu’elles n’utilisent pas, qui troublent l’ordre public en mendiant ou s’exprimant sous l’emprise de la boisson.

L’un des objectifs est que les différents acteurs sociaux se parlent et échangent des informations, « en respectant la charte de confidentialité avec une volonté de transparence contrôlée », insiste Alain Chrétien.

Engager le dialogue, rechercher un consentement

À la tête de la Sauvegarde, le président estime « prématuré d’évoquer ce sujet, en phase de montage ». Mais du côté du maire comme du préfet, un dialogue entre les différents acteurs est attendu à très court terme.

Aujourd’hui, ces marginaux peuvent rencontrer des problèmes personnels, professionnels ou pathologiques sans qu’ils soient identifiés de manière exhaustive. « On va aller chercher les bons interlocuteurs, chacun a ses habitudes, il faut se parler », insiste le maire de Vesoul, quand le préfet répond en écho que l’intérêt du conseil est « que chacun joue le jeu ».

Pour autant, il s’agit bien de prévenir et non de punir. « On n’est pas dans une logique de judiciarisation » prévient Michel Vilbois. « Il y avait des trous dans la raquette et nous allons essayer de trouver comment frapper à la bonne porte, en recherchant le consentement lorsque ce sera possible », précise Alain Chrétien, en pointant du doigt un écueil important : décider ces marginaux à accepter une démarche de réinsertion.

« Il y a un contact, une confiance à créer pour poser le bon diagnostic, il n’est pas certain que les résultats viennent tout de suite », met en garde Alain Chrétien. D’ailleurs, Michel Vilbois estime que le travail sera de longue haleine et qu’un premier bilan ne sera dressé qu’au terme de deux ans : « S’il n’est pas efficace, on fera les ajustements nécessaires. »

Le dispositif sera financé à 80 % par l’État, les 20 % pouvant être pris en charge par la ville qui devrait solliciter le département.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le premier conseil local de prévention de la précarité créé

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement