Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Santé publique

Les perspectives des démarches territorialisées de santé 20 ans après leur création

Publié le 08/12/2021 • Par Géraldine Langlois • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social

santé
©yavyav - stock.adobe.com
Les ateliers santé ville, créés il y a 20 ans dans les quartiers « politique de la ville », contribuent-ils encore à la réduction des inégalités de santé ? Comment s'articulent-ils avec les contrats locaux (CLS) et les nouvelles communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) ? La Fabrique territoires santé a posé ces questions à une dizaine d'experts et de témoins lundi 6 décembre lors de ses 6es rencontres.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Créées pour réduire les inégalités territoriales et sociales de santé, les ateliers santé ville (ASV) mais aussi les contrats locaux de santé (CLS) et les conseils locaux de santé mentale (CLSM) remplissent-ils cette mission ? « Seulement un tiers des territoires en contrat de ville a un CLS alors que c’est un outil de réduction de ces inégalités, a souligné Hélène Chapet, directrice du programme Lien social et image des quartiers à l’ANCT. Les CLS sont le levier mais on a du mal à les étendre. » L’ANCT travaille à faire en sorte que « la place de la santé dans les futurs contrats de ville soient affirmée haut et fort » et que la politique de la ville « irrigue l’ensemble des politiques sectorielles ». L’enjeu de l’acculturation des élus est apparu comme particulièrement central. Au sein du CLS qu’elle anime, dans la communauté de commune du Haut Allier, Mara Brun a présenté l’année dernière aux nouveaux élus municipaux les enjeux de la réduction des inégalités de santé, l’utilité des actions sur les déterminants de santé et celle du CLS qui les impulse ou les accompagne. « Ils ont compris et adhéré et cela m’a permis de créer un climat de confiance », témoigne-t-elle.

Manque de moyens

Selon Carole Begou, responsable du CCAS d’Echirolles (isère), la lutte contre les inégalités de santé, « fil rouge » des différentes démarches territorialisées, se heurte à un problème majeur, qui accroit ces inégalités : la « raréfaction des moyens humains » dédiés à la prise en charge et à l’accompagnement des personnes qui en souffrent. « Les outils, les pratiques, les connaissances, les politiques publiques à conduire pour réduire les inégalités sociales et territoriales de santé, on les a, on sait ce qui fonctionne et ce qu’il faut pour les mettre en œuvre, a renchéri Pierre-André Juven, sociologue et adjoint au maire de Grenoble chargé de l’urbanisme et de la santé. Ce qui nous manque, ce sont les moyens. »

Didier Febvrel, le président de la Fabrique, a également posé la question de l’articulation potentielle des démarches territorialisées de santé (ASV, CLS, CLSM) et des nouvelles communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), et de leur gouvernance. Selon lui, l’Ordre des médecins considère ces communautés comme « le chef de file de la santé sur les territoires » et elles sont souvent focalisées sur les parcours de soin. La situation est manifestement très différents selon les territoires. A Grenoble, les professionnels de santé dialoguent déjà fréquemment avec les acteurs municipaux de la santé et les relations entre ceux qui mettent sur pied une CPTS et les coordonnateurs du CLS sont « très bonnes », constate l’adjoint. En outre, la CPTS intègre dès le départ une dimension de santé publique et de promotion de la santé.

Quelle articulation avec les CPTS ?

A Echirolles et Pont-de-Claix, ajoute Carole Bégou, la CPTS sera impliquée dans la signature du prochain CLS et les élus dans la gouvernance de la CPTS. Selon elle, « une vraie complémentarité va émerger. Il y a un partenariat à construire, c’est un enjeu de demain ». Dans le Haut-Allier, des relations se tissent avec la CPTS mais les acteurs locaux trouveraient utile de disposer d’orientations claires de la part de l’ARS sur cette articulation. Bien qu’elle mise beaucoup sur l’exercice coordonné des professionnels libéraux, la DGOS a entendu le message, a indiqué Cécile Lambert, directrice générale adjointe. Selon elle, il est important que CPTS et CLS partagent leurs priorités et que les CPTS tiennent compte des observations des élus.
« Dans une période où il y a moins de ressources dans le service public, le danger, c’est de se recentrer uniquement sur le soin », a insisté Chantal Manonni, administratrice de la Fabrique, pour qui « l’intégration des inégalités sociales et territoriales de santé par le monde sanitaire n’est pas complètement acquise ». Ni le fait, a ajouté Didier Febvrel, que les actions sur les déterminants de la santé, qui sont promues par les ASV et les CLS, contribuent à 80% à l’espérance de vie en santé.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les perspectives des démarches territorialisées de santé 20 ans après leur création

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement