Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Mobilités

Démarrage raté pour l’ouverture à la concurrence des lignes de bus en Île-de-France

Publié le 07/12/2021 • Par Nathalie Arensonas • dans : actus experts technique, Régions

L'ouverture du marché des bus franciliens attirent les convoitises des opérateurs privés, avec à la clé un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros.
L'ouverture du marché des bus franciliens attirent les convoitises des opérateurs privés, avec à la clé un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros. PR180.2 / Wikimedia Commons
Échaudée par la longue grève des chauffeurs de bus en Seine-et-Marne qui dénoncent des conditions de travail dégradées depuis la mise en concurrence des lignes, Île-de-France Mobilités devrait décider, lors de son conseil d’administration du 9 décembre de déclarer sans suite les nouveaux appels d’offres. « Aucun n’a le niveau social attendu », proclame le directeur général de l’autorité des transports.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis les QG de campagne des candidats à l’élection présidentielle, la longue grève des chauffeurs de bus sur trois réseaux de la grande couronne parisienne passe inaperçue. Raison de la colère : des conditions de travail qui se sont dégradées depuis l’ouverture à la concurrence. Mais pour Valérie Pécresse, impossible de laisser pourrir ce conflit social. La candidate LR à la fonction suprême est aujourd’hui présidente d’Île-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité chargée des transports publics dans la région qu’elle dirige.

Jean-Luc Mélenchon ne s’y est pas trompé. Dès le 15 septembre, le candidat LFI était venu soutenir les grévistes et dénoncer l’attribution de marchés de transports publics au secteur privé.
De son côté, l’Association des maires d’Île-de-France (Amif) a fait pression sur ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Régions

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Démarrage raté pour l’ouverture à la concurrence des lignes de bus en Île-de-France

Votre e-mail ne sera pas publié

Pascal

08/12/2021 11h20

Tant mieux, il n’y qu’un seul opérateur légal, la Ratp car c’est une entreprise publique Introduire la concurrence avec des opérateurs privés généré toujours une dégradation du service,une augmentation des prix et une terrible régression sociale pour les employés

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement