Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • «  Si la biodiversité pouvait être le thème qui fait comprendre que le monde est interconnecté…  »

[Entretien] Développement

«  Si la biodiversité pouvait être le thème qui fait comprendre que le monde est interconnecté…  »

Publié le 15/12/2021 • Par Hélène Huteau • dans : France, Innovations et Territoires

Rémy Rioux
E. Lafay
Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD), a lancé un appel aux projets de coopération internationale des collectivités, au Congrès mondial de la nature de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), à Marseille, en septembre.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les budgets de l’Etat alloués à la coopération décentralisée augmentent. La biodiversité et l’environnement en deviennent des axes majeurs. Pourquoi ces deux tendances ?

Les gaz à effet de serre ne s’arrêtent pas aux frontières de nos régions. Après le climat, si la biodiversité pouvait être le thème qui fait comprendre que le monde est interconnecté… Le 5 août a été publiée la loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales. On y élargit aux transports la possibilité, pour les collectivités locales, de consacrer 1 % des budgets à la coopération internationale, comme pour le secteur de l’eau.

Pour raviver l’ambition de partage, le ministère de l’Europe et des affaires étrangères et l’AFD ont augmenté leurs efforts de cofinancement des collectivités. Pour l’AFD, le budget de la Ficol (Facilité de financement des collectivités territoriales françaises) sera probablement porté de 9 à 11 millions d’euros en 2022.

Quels sont les critères que l’AFD recherche dans les projets de coopération décentralisée des collectivités, axés sur la biodiversité ?

Ce sont les acteurs locaux qui sont les mieux à même d’identifier les thèmes des projets, en fonction de la géographie et de la société dans laquelle ils interviennent. Les élus locaux s’entraident en partageant leurs expériences. Et les services techniques apportent leur expertise à leurs homologues partout dans le monde. Ils s’inspirent en retour des innovations découvertes à l’étranger, y compris dans les pays les plus pauvres. L’AFD a une centaine d’agences dans le monde pour multiplier ces échanges. Nous sommes très attentifs à la ­qualité, pour assurer la pérennité des ­projets portés par les collectivités.

Pouvez-vous citer quelques exemples de coopérations internationales fructueuses ?

Il y a tant d’expériences innovantes partout dans le monde, que nous n’avons pas chez nous… Et inversement ! Les Chinois ont considéré que la législation française sur les parcs naturels était la meilleure à la fois pour la population et pour la nature. Ils s’en sont inspirés pour leur propre loi et nous ont demandé un partenariat en France. Nous avons mis en relation le parc national de Xianju dans le Zhejiang avec le parc naturel régional des ballons des Vosges.

Autre exemple : le Costa Rica et la région Sud (Paca, ndlr) ont signé un accord de coopération pour échanger sur la protection de la nature. Du ciel, ce pays se distingue du reste de l’Amérique centrale, en feu, à cause de la sécheresse. Le Costa Rica est le seul pays vert, résultat de politiques innovantes, du principe pollueur-payeur et des politiques couplées sur le climat et la biodiversité.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

«  Si la biodiversité pouvait être le thème qui fait comprendre que le monde est interconnecté…  »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement