Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Le labo des start-up] Sécurité civile

Un QR code renvoie au dossier médical et aide les secours à intervenir

Publié le 17/12/2021 • Par Alexandra Caccivio • dans : Actu experts prévention sécurité, Innovations et Territoires

stup-qrcode
Freepik
Chaque année, les secours prennent en charge 4 millions de victimes, pour lesquelles ils n’ont aucune information médicale. L'appli ID-U peut y remédier et ainsi faire diminuer le risque d’erreur médicale, grâce à une intervention adaptée à l’état de santé.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

C’est d’une expérience personnelle qu’est né, en 2016, le projet ID-U. « Un ami a eu un accident de moto très grave, raconte ­Mathieu ­Tarrade, le fondateur de l’entreprise ­ID-U, pour identification d’urgence. Sa femme a mis six heures à le trouver. Les médecins, qui l’ont plongé dans un coma artificiel, ont mis quarante-huit heures avant de pouvoir commencer à le soigner. C’est le temps qu’il a fallu pour recueillir toutes les données médicales dont ils avaient besoin. »

L’ancien cadre, dont la start-up emploie aujourd’hui dix personnes, a développé une solution digitale qui vient améliorer la prise en charge des victimes (elles sont 4 millions par an). Elle repose sur une plateforme digitale où tout un chacun peut renseigner son dossier médical et mentionner les coordonnées de ses proches à prévenir en cas de besoin.

Conventions avec les pompiers

Le dossier médical rempli, l’utilisateur édite des QR codes, qu’il colle sur la coque de son téléphone portable, son casque de vélo, son portefeuille… Les sapeurs-pompiers ou le Samu, s’ils sont amenés à le secourir, n’ont plus qu’à scanner le QR code pour accéder à son identité et à ses informations médicales. Elles sont transmises à l’hôpital, avec la fiche digitale d’information des ­pompiers. La ­plateforme prévient automatiquement les proches.

Le déploiement de la solution ­ID-U repose donc, d’abord, sur l’adhésion des services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) au dispositif. « Nous avons signé une convention avec 35 Sdis, pour qui l’utilisation est gratuite », indique ­Mathieu ­Tarrade.

L’équipe commerciale s’appuie, pour développer l’usage, sur les collectivités et les entreprises. Le conseil départemental de la Haute-­Saône, par exemple, a adhéré au dispositif au printemps, en finançant le rattachement de 1 000 personnes âgées de 70 ans et plus, bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie ou de la prestation de compensation du handicap. Budget : 14 200 euros.

Protection des métiers à risques

La ville de Chelles (55 100 hab., Seine-et-Marne) a mis en place le dispositif ­ID-U pour sa police municipale au début de l’été. Un moyen de mieux protéger la soixantaine d’agents qui exercent ce métier à risques. « Nous équipons aussi le personnel des offices publics de l’habitat qui vont sur le terrain faire la maintenance dans les immeubles », ajoute ­Mathieu ­Tarrade. En France, 40 000 personnes ont un abonnement ­ID-U.

Cette solution a reçu l’agrément de la Commission nationale de l’informatique et des libertés et du ministère de la Santé. Les dossiers médicaux sont stockés chez ­OVH, agréé pour l’hébergement des données de santé. Et un programme de « bug bounty » (de recherche de vulnérabilités) assure une veille contre d’éventuelles failles qui menaceraient la ­sécurité des données.

Contact. Mathieu Tarrade, fondateur, mathieu@idusante.fr

« Le système facilite la prise en charge des seniors »

Véronique Vincent, cheffe du service « bien vieillir » au conseil départemental de l’Oise

« En 2050, dans l’Oise, une personne sur trois aura plus de 60 ans. Pour permettre leur maintien à domicile, le département a initié deux dispositifs au printemps 2019 : Allo Oise seniors, un ­numéro de téléphone unique pour écouter, informer et orienter les personnes, notamment sur les questions de perte d’autonomie et Oise Urgence seniors [OUS], le système de flashcode qui facilite la prise en charge par les pompiers en cas d’intervention.Aujourd’hui, près de 2 000 personnes ont adhéré à OUS. Chaque jour, les pompiers de l’Oise flashent 1,4 QR code, en moyenne. Le déploiement a été ralenti par la crise sanitaire mais les conseillères de la plateforme Allo Oise seniors vont pouvoir reprendre leurs présentations. »

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un QR code renvoie au dossier médical et aide les secours à intervenir

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement