Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Fourniture d’énergie : une faillite et beaucoup de questions

Publié le 02/12/2021 • Par Anne-Claire Poirier • dans : Actu experts finances, Actu juridique, actus experts technique, Régions

israel-palacio-unsplash
israel palacio - unsplash - CC by SA 2.0
En pleine crise de l'énergie, la défaillance du fournisseur d'électricité Hydroption a fait une première victime, la ville de Paris. Ce qui provoque une onde de choc dans le milieu des acheteurs publics.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Depuis le 2 novembre, nous sommes en gestion de crise », explique, entre deux urgences, Philippe Chouard, chef du service énergie de la mairie de Paris. Depuis que le tribunal de commerce de Toulon a prononcé la résiliation de son contrat avec le fournisseur en déroute Hydroption, la ville tâtonne, se trouvant dans une situation inédite.

Alors qu’elle s’est brièvement retrouvée sans aucune solution pour 1667 de ses bâtiments, le ministère de la Transition écologique a dû réquisitionner EDF dans l’urgence.
L’arrêté du 3 novembre 2021 le désigne désormais comme fournisseur de secours en cas de défaillance d’un homologue… mais pas à n’importe quel prix. « L’approvisionnement est aux conditions de marché actuelles, résume Philippe Chouard. Cela veut dire que nous payons actuellement chaque mégawattheure à 250 euros, hors taxe ». Un surcoût énorme. Même si heureusement, le contrat avec Hydroption prenait fin au 31 décembre.

Un risque juridique à se couvrir ?

Dans un contexte de forte augmentation des prix, « impossible de dire si d’autres fournisseurs succomberont aux turbulences du marché, prévient Julien Teddé, directeur général d’Opéra Énergie. Mais il est déjà certain que la question sera au cœur des prochains marchés publics ». Le courtier s’interroge. Comment

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Domaines juridiques

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fourniture d’énergie : une faillite et beaucoup de questions

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

03/12/2021 11h52

Toutes les questions posées dans cet article sont intéressante. Mais il en manque une: pourquoi a-t-on retenu une entreprise aux reins si fragiles?
Cela ne serait-il pas du aux critères de sélection mis en place dont le prix?
La tendance n’est-elle pas d’aller au moins-disant?

Enfin, si la concurrence est une bonne chose (enfin, on peut l’espérer – je suis loin d’en être convaincu) elle doit s’exercer sur des bases identiques, ce qui est loin d’être le cas et pas seulement dans le domaine des énergies.
Cette question va bien au-delà des termes de cet article mais sur le long terme il faudra bien que les fervents promoteurs du libéralisme apportent une réponse adaptée aux consommateurs.

Stéphane LS

06/12/2021 11h13

La concurrence dans le cas présent n’a rien apporté de bon en France, où le marché régulé de l’électricité permettait les prix les plus bas d’Europe. Actuellement les prix de l’électricité flambent, et selon l’INSEE, ils ont augmenté de 50 % entre 2007 et 2020.
Pour plus d’information : https://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_de_l%27%C3%A9lectricit%C3%A9_en_France
Le système actuel du prix de l’électricité en Europe marche sur la tête pour nous en France, car il est fixé sur le prix venant des centrales au gaz, ce qui en augmente énormément le niveau par rapport aux moyens de production français basés principalement sur le nucléaire et les barrages. Il y a aussi beaucoup de taxes qui viennent s’ajouter au prix de départ :
https://www.franceinter.fr/info/electricite-comment-reguler-les-prix-et-eviter-la-flambee-des-factures

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement