Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement durable

La sensibilisation à l’écologie, des actions au-delà des mots

Publié le 06/12/2021 • Par Françoise Sigot • dans : France, Innovations et Territoires

Les élus de la communauté de communes pays d’Evian, vallée d’Abondance ont bénéficié d’une action de sensibilisation de La Fresque du climat, ici, fin mai.
Les élus de la communauté de communes pays d’Evian, vallée d’Abondance ont bénéficié d’une action de sensibilisation de La Fresque du climat, ici, fin mai. CCPEVA
Alors que la transition écologique devient une urgence, il est indispensable de l’accompagner et d’en expliquer les enjeux. Les habitants, mais aussi les élus, sont au cœur des dispositifs de sensibilisation écologique portés par les collectivités. Le fond est désormais bien cerné, mais les formes que prennent les actions de sensibilisation à la transition écologique restent en cours d’expérimentation.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Si tout le monde a aujourd’hui entendu parler de transition écologique, pour beaucoup, ce concept demeure relativement flou. Et le passage de la verbalisation à l’action encore plus. « Pourtant, ce n’est pas simplement de dire qui fait avancer les choses », observe ­Vanessa ­Slimani, maire de Saint-Jean-de-­Braye (21 100 hab., Loiret). Face à l’urgence, les collectivités prennent leur part dans la sensibilisation et l’information. Avec un défi : trouver les bons messages, les bonnes actions afin d’impliquer sans lasser. Pas encore de recette éprouvée, mais un fourmillement d’initiatives dont le point commun va vers un engagement de plus en plus massif des habitants en leur laissant autant que possible la main.

Un soutien à l’émergence de projets

« Chez nous, la sensibilisation à l’écologie passe surtout par la participation citoyenne, sans cela, on reste sur des concepts et l’action ne suit pas », défend ainsi ­Vanessa ­Slimani. Sitôt élue, la maire a recruté une directrice de la transition écologique. Cheffe d’orchestre des actions qui se déploient, elle agit par sujet. La gestion des déchets, la permaculture, et l’énergie, entre autres, font l’objet de rencontres thématiques. « La fréquentation a été au rendez-vous et ces réunions ont contribué à faire émerger des collectifs qui, aujourd’hui, portent des projets, notamment un collectif pour la production d’énergie citoyenne et un autre pour le zéro déchet », relate Nadège Noury, la directrice en question. Le lancement d’un budget participatif a permis d’enfoncer le clou. « Nous fléchons ses financements vers des projets qui participent à notre démarche de ville en transition », indique-t-elle.

L’enjeu est désormais l’­ancrage dans la durée. Un défi car, si le premier appel à projets du budget participatif a permis de faire émerger une centaine de propositions, le deuxième, lancé l’an dernier, n’en a reçu que 75. « Nous étions en plein Covid », rappelle la directrice de la transition écologique.

Dans la métropole de Lyon (59 communes, 1,40 million d’hab.), les élus testent une nouvelle forme de sensibilisation à l’occasion de la mise en place de bornes de compost dans le 7arrondissement. Quelques semaines, en amont de la distribution de bacs aux habitants, des crieurs de rue ont investi les marchés et certains points stratégiques pour interpeller les passants. Ils ont reçu le renfort de messagers du tri qui, eux, ont frappé à la porte des résidents afin de distribuer les bio-seaux et expliquer comment s’en servir. « Les gens sont conscients des enjeux écologiques, mais il faut maintenant leur apporter du concret et les rassurer », estime ­Isabelle ­Petiot, vice-présidente de la métropole chargée de la réduction et du traitement des déchets et de la propreté. L’expérimentation des bacs fera l’objet d’un suivi de leur utilisation et, ce faisant, de la portée des actions de sensibilisation en fonction des collectes et des retours des ­messagers du tri.

Des échanges entre animateurs et habitants

Un enjeu dans l’enjeu. Car si les initiatives de sensibilisation se multiplient, il faut désormais les évaluer pour pouvoir les modéliser et passer la vitesse supérieure. C’est pourquoi de plus en plus de prestataires se positionnent pour accompagner les collectivités sur ces sujets et les aider à « professionnaliser » leurs outils de sensibilisation.

E3D-environnement est l’un d’eux. En se fondant sur les sciences comportementales, l’entreprise a conçu une solution d’accompagnement amenant aux modifications de pratiques. « Les changements de comportement demandent du temps car tout le monde ne s’approprie pas les éléments à la même vitesse et de la même façon. Notre manière de faire vise à aller chercher les ­motivations ­intrinsèques de chacun à travers des échanges entre un animateur et les citoyens pour amener ces citoyens à agir », décrit ­Gilles ­Marchal, son directeur général. La start-up accompagne ainsi notamment la métropole de Lyon dans le cadre de la démarche de rénovation énergétique Eco Rénov afin d’aider les habitants à ne pas relâcher leurs efforts en matière d’économie d’énergie après la rénovation énergétique de leur logement.

Dans un autre domaine, des collectivités s’appuient sur La Fresque du climat, un outil de sensibilisation aux conséquences du changement climatique. « A travers un atelier, nous présentons des éléments construits à partir des données du Giec [Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, ndlr] pour comprendre les causes et les conséquences du dérèglement climatique », explique ­Jérôme ­Lhote, formateur de La Fresque du climat. Un temps d’information suivi d’un volet plus opérationnel durant lequel les animateurs accompagnent les participants vers la recherche de solutions. « L’information ne suffit pas, il faut entrer dans l’opérationnel », affirme-t-il.

Petit à petit, des modèles émergent. Là aussi une idée forte s’esquisse sur le rôle de la collectivité. Peut-être moins directement impliquée dans des actions très opérationnelles, mais plus positionnée comme un chef d’orchestre qui met tout le monde en mouvement. A cet effet, la communauté de communes pays d’Evian, vallée d’Abondance (22 communes , 40 000 hab, Haute-Savoie) porteuse, comme beaucoup d’autres, d’initiatives en direction de la population, a également sensibilisé ses élus à la transition écologique. « Certains ont déjà un niveau de connaissances et de conscience de la transition écologique assez aigu, mais d’autres la découvrent. Nous avons souhaité que tous aient le même niveau d’information, donc nous avons fait appel à La Fresque du climat. Les 362 élus de notre communauté de communes ont ainsi pu bénéficier de cette action de sensibilisation », raconte Nadine ­Wendling, vice-présidente déléguée à la transition écologique et au développement durable.

Des ateliers d’intelligence collective

Un pas de plus est en train d’être franchi avec la mise en place d’ateliers d’intelligence collective. Ils réunissent des élus, agents, citoyens, militants associatifs et dirigeants d’entreprises. « Ces ateliers vont permettre de définir des actions de sensibilisation, mais ils ont aussi pour objectif de faire en sorte qu’élus et agents adoptent le même discours, surtout en direction de la population. Enfin, nous sommes mobilisés pour que les initiatives soient duplicables dans d’autres intercommunalités, c’est pour cela qu’un agent de la direction des territoires est intégré à ce travail », indique ­Sandra ­Servoz, chargée de mission « territoire exemplaire » à la CC pays d’Evian, vallée d’Abondance.

Les collectivités devront aussi trouver la bonne mesure non seulement pour impulser, mais aussi, et surtout, pour maintenir la mobilisation citoyenne éveillée, sous peine de la voir s’essouffler. « L’accompagnement est un volet indispensable, mais il faudra peut-être aller vers une priorisation des actions et, ce faisant, des efforts des habitants. L’action que nous conduisons sur le compost va dans ce sens, car le compost est un petit geste à fort impact », assure ­Isabelle ­Petiot. L’analyse des retours d’expériences et, plus encore, leur partage restent donc de mise pour affiner la forme et le fond des démarches de sensibilisation à la transition ­écologique.

Les initiatives locales recensées et mises en réseau, avec un coup de pouce financier

Julien FratAu sein du pôle d’équilibre territorial et rutal (PETR) Albigeois et ­Bastides, un premier « round » de sensibilisation aux enjeux de la transition écologique a été entamé en 2007-2008 autour de la réflexion d’un premier plan climat. En initiant le travail de définition de son nouveau PCAET (plan climat-air-énergie territorial), les élus et la direction ont ressenti la nécessité d’aller plus loin pour rendre leurs PCAET et les actions de sensibilisation à ces enjeux plus opérationnels, au regard de la perception des habitants en matière de transition écologique. « Notre objectif était également d’identifier leurs attentes », explique Julien Frat, directeur du PETR. C’est ainsi qu’ont été mises en place des écoutes citoyennes. « Plusieurs membres du conseil de développement ont construit une grille d’entretien pour aller à la rencontre des habitants en divers points du territoire. »

De ce travail a émergé le réseau Bouge ton climat, qui identifie les initiatives présentes sur le territoire et les regroupe. Un fonds financier, nommé « Coup de pousse » a même été créé pour « accompagner et soutenir les nouvelles actions », définit Julien Frat. Autant d’éléments sur lesquels il s’agit désormais de capitaliser pour alimenter la perception écologique des habitants du territoire au fil de leur avancée sur ces sujets et, au-delà, de sensibiliser ceux qui restent encore en marge de cette démarche. Pour l’heure, une réflexion est engagée sur le format, mais l’idée d’une mise en récit fait son chemin. « Ces récits pourraient prendre des formes différentes, peut-être des spectacles, des évènements », esquisse le directeur.

Contact : Julien Frat, 05.63.36.87.01.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La sensibilisation à l’écologie, des actions au-delà des mots

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement