Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

L’aide exceptionnelle de 75 millions d’euros pour 7 départements critiquée

Publié le 05/10/2011 • Par Grégory Heller • dans : Actualité Club finances, France

Faiblesse des montants, choix des départements, gros pansements : l'annonce du déblocage, jeudi 29 septembre 2011 d'une enveloppe exceptionnelle de 75 millions d'euros pour aider sept départements en grande difficulté financière suscite des critiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dès l’annonce faite par le ministre des collectivités territoriales Philippe Richert, le 29 septembre 2011, les critiques n’ont pas tardé à se faire entendre. 
En cause notamment : la fin de non-recevoir adressée à 10 des 17 départements qui avaient demandé une aide, mais aussi le choix de retenir le Haut-Rhin, qui plus est, pour un montant de 12 millions d’euros. 
Enfin, à propos des conditions de cette aide, l’expert en finances locales, Michel Klopfer, indique que lors de la préparation de ces mesures, il avait été auditionné par les services de Bercy et avait fait savoir qu’il était « essentiel que ces attributions ne soient pas conditionnées à un droit de regard de l’Etat sur les choix de politique publique des départements ».

Gros pansements – Plus largement, cette enveloppe exceptionnelle est critiquée justement en raison de son caractère exceptionnel, et de sa faiblesse. « Ce fonds est un pis-aller » estime le président de l’ADF Claudy Lebreton, pour qui « les départements sont des malades qui ont besoin d’une opération et à qui on propose de gros pansements ». Il rappelle que « les départements sont pris en tenaille avec d’un côté une hausse constante et importante des dépenses sociales, et de l’autre des ressources insuffisantes et en partie imprévisibles ». 
En cause notamment, l’irrégularité des droits de mutation à titre onéreux, les DMTO. « On nous donne quelques dizaines de millions, alors que le problème se chiffre en centaines de millions et se pose chaque année ». 

Effet de ciseau dangereux – Un point de vue partagé par Jean-Pierre Coblentz, directeur associé de Stratorial Finances, qui redoute que « si la tendance actuelle de l’économie marquée par une faible croissance se prolonge, cet effet de ciseaux pourrait s’approfondir dangereusement ». 
Selon lui, « l’enjeu est suffisamment important pour être traité non pas dans le cadre de mesures d’urgence ou à caractère exceptionnel mais dans celui d’une véritable réflexion sur la cohérence entre les compétences des départements et la nature de leurs ressources ainsi que sur une intensification de la péréquation. »

Le gouvernement a dévoilé, jeudi 29 septembre 2011, le mode de répartition d’une enveloppe exceptionnelle de 75 millions d’euros destinée à aider des départements fragilisés financièrement et qui avaient présenté un dossier en ce sens auprès du gouvernement. L’attribution de cette aide avait en effet été conditionnée à un examen approfondi -par une mission d’inspection- des comptes de chaque département demandeur, puis à une décision favorable de la dite mission.
Sur 17 « candidats », seuls 7, en situation jugée particulièrement délicate, ont été retenus pour un montant compris entre 6 et 12 millions d’euros chacun.:

  1. Les Ardennes, 
  2. Cher, 
  3. la Corrèze, 
  4. le Haut-Rhin, 
  5. la Nièvre, 
  6. le Tarn 
  7. le Val d’Oise,

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’aide exceptionnelle de 75 millions d’euros pour 7 départements critiquée

Votre e-mail ne sera pas publié

Claude D

06/10/2011 07h53

Serait-il normal que les collectivités et leurs établissements publics échappent à la nécessité de repenser complètement leur façon de dépenser l’argent public ? Pour avoir été cadre territotial responsable, j’affirme et personne ne pourra me contredire, qu’il y a de très belles économies, non pas ponctuelles mais récurentes, à faire dans les budgets locaux. Ajoutons à cela, l’obligation de mettre à plat les choix qui, aujourd’hui, président à l’engagement de nombreuses dépenses. Des marges apparaîtront alors, permettant de faire face aux dépenses résultant de l’assistanat à la française.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement