Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Biodiversité

La ville redonne enfin une place à la nature

Publié le 30/11/2021 • Par Solange de Fréminville • dans : actus experts technique, Dossiers d'actualité, Dossiers du Club Techni.Cités, France

Implication Citoyenne
Cerema
Sous l’effet du changement climatique et de la crise sanitaire, le besoin de nature en ville se fait plus pressant. D’autant que la végé­tation rend des services contre la chaleur, la pollution et les inondations. Et la nature, c’est bon pour la santé !

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Quand la nature se lance à l’assaut de la ville

De la préservation de la forêt du ­Madrillet dans la métropole de ­Rouen (71 communes, 492 700 hab.), grâce au moratoire sur un projet d’aménagement en 2020, à l’ouverture d’un parc de 30 hectares sur une friche, qui sert aussi de zone d’expansion des crues, les prairies ­Saint-Martin, en plein centre de la ville de ­Rennes (215 400 hab.), en 2018, les collecti­vités prennent au sérieux le besoin de nature en ville, encore renforcé par les confinements successifs. Les « espaces verts » eux-mêmes sont en pleine mutation.

Selon une enquête de l’observatoire des villes vertes publiée en juillet, la fauche tardive se banalise autant que la « végétation spontanée » au service de la biodiversité. Et gare aux arbres menacés d’être abattus ! Ils suscitent des mobilisations citoyennes.

Une ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article fait partie du Dossier

Quand la nature se lance à l’assaut de la ville

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La ville redonne enfin une place à la nature

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement