Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

« Les départements, premiers ciments des territoires »

Publié le 30/11/2021 • Par Auteur associé • dans : France

_69A9582
Antoine Mercusot
"Tout au long de la crise sanitaire, sans caméra ni trompette, les départements ont permis aux pays de tenir", juge le président LR de l'Essonne, François Durovray, à la veille du congrès de l'ADF à Bourg-en-Bresse.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

François Durovray, président du département de l’Essonne

Sous la houlette de notre Président François Sauvadet, les Assises des départements de France, à Bourg-en Bresse (du 1er au 3 décembre), seront l’occasion de rappeler l’attachement de nos concitoyens à cet échelon de collectivité, mais aussi sa pertinence et sa modernité pour répondre aux attentes.

Tout au long de la crise sanitaire, sans caméra ni trompette, les départements ont permis aux pays de tenir, s’assurant du bon fonctionnement des établissements qui protègent les plus fragiles (aide sociale à l’enfance, handicap, personnes âgées) versant les allocations dont nous avons la responsabilité en veillant, avec l’Éducation Nationale, à la continuité pédagogique en collège, en mettant en œuvre avec l’ARS les campagnes vaccinales.

Artisans de longue date de la cohésion sociale, nous avons pu démontrer la puissance et le professionnalisme de nos collectivités, en même temps que leur très grande agilité à faire face à des situations nouvelles.

Ces atouts nous amènent à revendiquer aujourd’hui une plus grande décentralisation des compétences sanitaires et sociales pour gagner en lisibilité et en efficacité.

Au sortir de la crise, les Départements apparaissent également comme l’échelon pertinent pour relever les défis des révolutions digitales et climatiques tout en préservant la cohésion territoriale.

La compétence que nous avons acquise pour la construction et l’entretien des réseaux routiers, sur la protection des espaces naturels sensibles et, plus récemment pour le déploiement de la fibre, nous rend légitimes à revendiquer la décentralisation des compétences afférentes et à prendre en charge le déploiement des usages numériques, comme à venir en appui du bloc communal pour tous les réseaux d’énergie (eau, électricité, gaz) dont l’efficacité sera déterminante face au changement climatique, comme pour répondre à la nouvelle donne territoriale liée au télétravail et au renouveau des villes moyennes.

Mais encore faudrait-il, pour relever ces défis, sortir de l’attitude des gouvernements depuis 10 ans qui, faute de pouvoir nous faire disparaître, s’acharnent à nous asphyxier : baisse de 30% des dotations qui nous sont versées, augmentation non compensée de nos charges obligatoires (RSA – 10 milliards d’euros ! – APA et prestation de compensation du handicap, 10 autres milliards d’euros ; revalorisation du statut des pompiers, des aides à domicile, prise en charge des mineurs migrants…) ; suppression de la taxe foncière, de la clause de compétence générale, pour ne citer que les principales « attaques ».

Encore faudrait-il sortir de l’attitude méprisante d’un Président de la République qui n’a jamais pris la peine de participer à nos travaux, n’a d’yeux que pour les métropoles et ignore souverainement le reste du pays : le prochain examen de la mal-nommée loi 3DS, n’est que l’ultime épisode d’un pouvoir qui n’a rien compris et appris. Prenons l’exemple de l’entretien et la gestion des routes dont l’État souhaite se débarrasser ne parvenant plus à assumer ses missions. Plutôt que de confier logiquement aux départements cette compétence, qui est aujourd’hui au cœur de leurs missions, l’État envisage de la transmettre aux Régions, créant un niveau supplémentaire de gestion à une collectivité qui ne dispose d’aucune compétence en la matière. Résultat : gabegie budgétaire, inefficacité et illisibilité pour les usagers.

La campagne Présidentielle qui s’ouvre doit être l’occasion d’un nouveau pacte entre l’État et les territoires dont la réussite conditionnera largement la capacité de notre pays à se redresser.

Il passe nécessairement par le resserrement des compétences de l’État autour du régalien (diplomatie, armée, police, justice) et l’éducation, pendant que les acteurs locaux, dans le cadre d’une vraie politique de décentralisation des compétences, des responsabilités, et des moyens pourraient agir à l’amélioration de la vie quotidienne des français en tenant compte de la spécificité de chaque territoire. Cette nouvelle vision de confiance, de bon sens et d’efficacité de la gouvernance de notre pays s’appelle la République des territoires, portée par Xavier Bertrand. Il est grand temps de passer aux travaux pratiques!

 

 

 

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Les départements, premiers ciments des territoires »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement