Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Santé mentale

La crise sanitaire renforce les conseils locaux de santé mentale

Publié le 30/11/2021 • Par Géraldine Langlois • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social

Alzheimer manipulation secte mental cerveau -UNE
Sangoiri / Fotolia
Un rapport souligne la pertinence, l'utilité et l'agilité des conseils locaux de santé mentale alors que la cinquième vague de la pandémie de Covid-19 touche la France.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le centre national de ressource et d’appui aux conseils locaux de santé mentale (CNRA CLSM) vient de publier un rapport qui souligne la pertinence, l’utilité et l’agilité des CLSM dans le contexte de la crise sanitaire liée au Covid-19. Ces instances se sont mobilisées pour répondre à La souffrance psychique induite par la pandémie et les confinements.

La capacité d’action des CLSM, qui ne sont pas des structures mais des « réseaux » de partenaires animés généralement par un coordonnateur ou une coordonnatrice, aurait pu être très affectée par les bouleversements provoqués par la pandémie de Covid-19. Or cela n’a pas été le cas, indique le rapport du CNRA CLSM sur l’état du fonctionnement des CLMS pendant l’épidémie. Ces conseils « ont progressivement su s’adapter à la situation contraignante liée à l’épidémie », soulignent les auteurs du rapport.

Meilleure reconnaissance

Plus de 90% des CLSM qui ont répondu aux enquêtes ont fonctionné pendant le second confinement, contre 77% durant le premier. Près de la moitié estiment même avoir mieux fonctionné durant le second. S’il est vrai que le travail et les rencontres en présentiel ont été plus faciles dans cette deuxième période, les CLSM concernés ont souligné qu’ils ont disposé de davantage d’outils pour travailler de manière collaborative à distance et bénéficié de plus de ressources humaines, soit sur les postes existants, soit via des créations de postes ou des embauches.

La meilleure reconnaissance, politique et sociale, de l’importance des problématiques de santé mentale leur a aussi permis de mieux fonctionner, indique le rapport. Seule une minorité de conseils se sont heurtés à l’insuffisance de leurs moyens informatiques et financiers, à la réduction des contacts avec leurs partenaires, certains coordonnateurs se retrouvant parfois seuls pour porter le CLSM…

Plus de partenariats

Pour quatre conseils sur cinq, en tout, cas, les relations avec les partenaires se sont améliorées et les conseils concernés estiment que le « cloisonnement institutionnel » a diminué. Les auteurs l’interprètent comme « l’expression de solidarités ou innovations locales essentielles pour “tenir” et “faire face” dans un contexte de crise ».

Davantage de projets « interpartenariaux » ont été lancés, la communication entre partenaires et vers l’extérieur s’est intensifiée, le soutien aux professionnels du soin, de la prévention et de l’accompagnement s’est développé, plus de formations ont été proposées… Il ne s’est plus agi de travailler avec les partenaires, soulignent les auteurs du rapport, mais « pour les partenaires dont la santé mentale et les conditions de travail ont été fortement touchées ».

L’augmentation de l’intensité du travail partenarial est visible avec tous les types de partenaires (psychiatrie, médicosocial, associations, usagers…). Mais les élus locaux sont ceux « dont l’investissement a le plus augmenté entre les deux confinements (+48%) », observe le rapport. Les auteurs avancent une explication : la présence plus intense que jamais des sujets concernant la santé mentale sur la scène médiatique mais aussi dans les échanges avec les habitants.

Actions innovantes

Pour le CNRA CLSM, « si neuf CLSM sur dix ont été actifs lors des confinements, cela n’aurait pas été possible sans l’ensemble des partenaires des CLSM qui ont fait le lien entre les différents acteurs à l’échelle locale, permettant ainsi de proposer des actions concrètes et innovantes face à la crise ». Ils ont fait aussi circuler les informations du niveau national vers le niveau local et vice versa. « Positionnés à la croisée de ces différents secteurs, partenaires et échelles, les CLSM ont occupé une place stratégique pour développer des politiques et actions locales en faveur de la santé mentale de la population », souligne le rapport.

Plus de la moitié des coordonnateurs interrogés ont déployé des actions « innovantes et diversifiées », qu’il s’agisse de formations au repérage et à la prévention, d’actions d’aller-vers, de communication, de soutien ou de sensibilisation, pour répondre à l’augmentation de la souffrance psychique et à l’accroissement des inégalités sociales et territoriales de santé qu’ils ont observé. Des CLSM ont organisé des webinaires, produit des émissions de radio, créé des lignes d’écoute et de soutien psychologique ou des permanences, monté des réseaux de psychologues, etc.

Par ailleurs, « la mobilisation de la sphère politique pour la santé mentale apparaît comme l’une des plus grandes avancées permises par la crise », constatent les auteurs du rapport. Pour eux, les CLSM sont apparus plus que jamais durant cette période comme les « baromètres locaux de l’état de santé mentale de la population » et un espace pertinent pour l’action sur les déterminants sociaux de santé et la territorialisation des politiques de santé mentale.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La crise sanitaire renforce les conseils locaux de santé mentale

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement