Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Décentralisation

Les patrons de département montrent les dents

Publié le 23/11/2021 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Actu experts finances, France

congres-territoires-unis-sauvadet-laignel
FABIEN CALCAVECHIA
Dans son discours devant le Congrès des maires, Emmanuel Macron a considéré qu’il ne pouvait y avoir « 100 politiques sociales ». Une conception de la décentralisation digne « du XIXe siècle », selon le patron de l'Assemblée des départements de France, François Sauvadet.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le discours d’Emmanuel Macron en clôture du grand rassemblement, ce 18 novembre, de l’AMF, n’en finit pas de produire des vagues. Le nouveau chef de file de l’ADF, François Sauvadet (UDI), a fort peu goûté que le président de la République décrive les départements comme de simples guichets d’allocations attribuées selon des critères nationaux.

« Est-ce que, dans notre pays, on vote pour qu’il y ait 100 politiques sociales ? Non », avait jugé le chef de l’Etat. « L’idée qu’on va répondre aux enjeux du futur en faisant passer tout le monde sous la toise est une idée du XIXe siècle », lui a vertement répondu François Sauvadet, à l’occasion de la présentation des assises des départements, qui se dérouleront les 2 et 3 décembre à Bourg-en-Bresse (Ain).

Et le patron de la Côte-d’Or de souligner ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les patrons de département montrent les dents

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

24/11/2021 09h16

Au fronton de notre démocratie sont inscrits les mots « liberté, égalité, fraternité »… ce que beaucoup d’édiles ont oublié en le supprimant de l’entête de leurs courriers »!

Ne dit-on pas que la France est « une et indivisible »? Si cette affirmation est exacte, comment peut-on alors imaginer disposer de règles diverses et variées pour ce qui touche es aides aux personnes dans le besoin?
Bien entendu il peut y avoir quelques aménagements. Mais ils doivent rester à la marge, sinon personne n’y comprend plus rien.

Prenez le cas des déchets qui doivent être dirigés vers une filière de tri pour réutilisation. Quand vous changez de territoire, les règles ne sont plus les mêmes: les uns trient les pots de yaourt, les autres les mettent dans le sac noir (enfouissement ou incinération).
Que voit-on alors? Le tri est donc mal fait par les populations surtout quand elles vont vers un territoire vers l’autre.

Je dirai que notre avenir est inscrit dans les gênes de notre passé. Ne dit-on pas que tout n’est qu’un éternel recommencement? Pourquoi e serait-il autrement pour les politiques portées par les uns ou les autres?

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement