Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Entretien] Bibliothèques

“Nous souhaitons renforcer la formation des bibliothécaires post-recrutement »

Publié le 26/11/2021 • Par Judith Chetrit • dans : Actualité Culture, France

Jerome_Belmon
© Ministère de la Culture
Chef du département des bibliothèques au ministère de la Culture, Jérôme Belmon explique sur quoi porteront les assises de la formation des bibliothécaires qui se dérouleront le 30 novembre à Paris. Il détaille les objectifs de cet événement et les sujets qui feront l'objet de concertations à venir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Organisées le 30 novembre, les assises de la formation en bibliothèque territoriale serviront autant à dresser un état des lieux et un diagnostic des formations initiale et continue qu’à ouvrir plusieurs chantiers. Cette journée d’échanges abordera la refonte des conditions statutaires d’accès aux concours, la nécessité d’une plus grande coopération entre les acteurs, les questions spécifiques du recrutement en outre-mer, ou encore les compétences des bénévoles.

Pourquoi organiser ces assises de la formation ?

Ces assises de la formation en bibliothèque territoriale s’inscrivent clairement dans le plan bibliothèques, dont elles représentent le troisième volet, à côté de l’extension des horaires d’ouverture et l’élargissement des services.

Une des recommandations du rapport d’Erik Orsenna et Noël Corbin [Voyage au pays des bibliothèques, lire aujourd’hui, lire demain, ndlr] portait sur la nécessité d’actualiser la formation de l’ensemble des professionnels qui y travaillent, qu’il s’agisse des fonctionnaires, des contractuels ou des bénévoles.

Les enjeux de transformation des bibliothèques, qui recoupent l’accueil des publics, le numérique, la nouvelle donne territoriale ou le management, ne sont pas tous nouveaux, mais leur accélération doit être associée à un accompagnement du métier. Et à cet égard, le plan bibliothèques a été un révélateur de la nécessité pour le ministère de la Culture de plus se positionner sur le sujet. C’est pour cela que, dès 2018, nous avons signé une convention avec le CNFPT et la Bibliothèque nationale de France, avec lesquels nous avons un dialogue continu et organisons des journées d’études.

La préparation de ces assises a-t-elle fait émerger un manque de formation des professionnels ?

Dans la concertation qui s’est tenue en amont, il est apparu une faiblesse de formation de professionnalisation post-recrutement pour les bibliothécaires et les cadres d’emplois de la catégorie B, d’autant plus que certains peuvent se retrouver à des postes de direction dans des bibliothèques de petite ou moyenne taille.

Parfois, sans être autant visible, un temps important pèse en interne sur la formation de ces nouveaux arrivants et les collectivités gagneraient à accepter que cette formation se fasse en externe. L’intention est d’aller vers un allongement de la durée réglementaire en renforçant la formation dans les premiers mois d’exercice. Il faudra trouver une position d’équilibre avec les collectivités employeurs, qui comptent aussi sur la présence de ces effectifs dans les bibliothèques.

Un autre sujet d’inquiétude porte sur les bibliothèques qui sont trop importantes pour appartenir au réseau des bibliothèques départementales mais ne sont pas de la taille de grands équipements dotés d’effectifs et de compétences internes pour traiter tous les dossiers. Ces établissements, situés dans des villes de 10 000 à 30 000 habitants, ont peut-être besoin de plus de soutien.

Quels sujets feront l’objet de concertations à venir ?

Nous souhaitons dresser un référentiel national et partagé de compétences. Ce référentiel, que l’on souhaite prêt courant 2022, n’aura pas de valeur réglementaire mais servira aux professionnels pour organiser leurs plans et maquettes de formation. Il sera organisé par grands domaines de compétences dans le management, le numérique, le patrimoine et les publics, etc.

Le degré d’intensité des compétences à acquérir dépendra aussi du type de poste, de la catégorie, du cadre d’emplois et de la taille de la bibliothèque. Son utilité tiendra à la capacité des acteurs à s’en saisir.

Par ailleurs, concernant la formation continue, l’un des freins existants n’est pas l’absence d’une offre de formation, mais le fait qu’il y ait une multitude d’opérateurs. Cette richesse de propositions, très appréciable en soi, pose des difficultés en termes de lisibilité et coordination. Le niveau régional serait un bon niveau de collaboration entre le CNFPT, les associations ou les centres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques.

Exemple en Bretagne : avec la direction régionale des affaires culturelles, la structure régionale du livre et les associations professionnelles, il y a déjà des expériences de concertation qui permettent de dresser un bilan sur les besoins de formation et une répartition de l’offre qui évite la concurrence entre des stages similaires à dates rapprochées. Élaborer un catalogue régional commun serait la preuve d’une plus grande proximité.

A quoi mesurerez-vous l’impact de ces assises ?

Ces assises marquent le lancement officiel public d’un processus qui prendra du temps. Pour certains objectifs, nous espérons des effets dès 2022, alors que les résultats d’autres mesures ne seront visibles que dans cinq ans.

Ces assises ont été préparées dans le cadre d’une très large concertation avec un ensemble d’acteurs (associations d’élus, associations de professionnels, organismes de formation etc.). Nous avons brassé l’ensemble des sujets, et ce nouveau tour de piste a permis à chacun d’aborder les sujets qu’il souhaiterait voir traités.

Afin de compléter ce diagnostic, une analyse statistique du vivier de professionnels et de bénévoles à former, et de l’évolution de leur formation sera réalisée en croisant les données de l’Observatoire de la lecture publique du ministère de la Culture et celles de l’Observatoire du CNFPT. Elles seront désormais publiées annuellement afin de pouvoir suivre l’évolution des chantiers de formation initiés.

Références

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

“Nous souhaitons renforcer la formation des bibliothécaires post-recrutement »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement