Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Numérique

Pourquoi la transformation numérique est encore éparpillée façon puzzle

Publié le 16/11/2021 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : France

Quand l'informatique est une énigme
A. Kozin / Adobestock
Si la transition numérique des collectivités locales n’est pas totalement dans l’impasse, elle progresse lentement, avec des degrés de maturité divers et un compartimentage qui s’avère délétère.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dématérialisation, transition, puis transformation numérique… L’évolution sémantique cache mal l’avancée à pas comptés des collectivités en la matière. « La digitalisation devrait être un levier de transformation organisationnelle plaçant l’usager au centre. Or, l’accent n’a pas réellement été mis sur l’amélioration du service public, ni sur la satisfaction des usagers », constate ­Simon­ ­Porcher, directeur scientifique de la chaire « économie des partenariats public – privé » de l’Institut d’admi­nistration des entreprises de Paris et coauteur d’un rapport sur la transformation digitale du secteur, publié en janvier, avec le cabinet Artimon.

D’aucuns soupçonnent plutôt l’Etat, sous couvert de modernisation, d’avoir surtout visé jusqu’ici les économies. « La mise en place de la dématérialisation a un coût, certes proportionnel à la taille des collectivités, mais qui est un élément freinant. Elles n’ont donc pas toutes avancé au même rythme, relève ­Benoît ­Liénard, directeur général de ­Soluris, un opérateur public de services numériques, qui accompagne 580 collectivités adhérentes. Et à la promesse de simplification a succédé une complexité, posant la question de l’organisation au-delà de celle de la mise en œuvre technique. »

Manque de vision stratégique

La dimension organisationnelle pourrait d’ailleurs bien être l’un des principaux freins de la transformation numérique des ­collectivités. « Certaines montent des expérimentations dans leur coin, rarement avec des indicateurs, font des grands-messes pour lancer leur projet “smart city”, mais ne reviennent jamais sur leurs échecs, qui seraient pourtant riches d’­enseignement. Les financements sont éparpillés entre trop de structures, il y a trop d’acteurs locaux, chacun fait selon sa technologie sans coordination, donc rien n’est modélisable », regrette un fin observateur de ces questions.

Le fonctionnement en silo et les découpages administratifs ne font en effet pas bon ménage avec la transformation numérique, qui aurait plutôt besoin d’une vision stratégique forte. C’est le constat qu’a opéré ­Yann ­Huaumé, vice-­président de Rennes métropole (43 communes, 451 800 hab.) ­chargé du numérique et de la métropole intelligente, également maire (SE) de Saint-Sulpice-la-Forêt (1 400 hab., Ille-et-Vilaine) lors de sa prise de fonctions, l’an dernier. « La métropole était pionnière sur de nombreux sujets, les communes avaient énormément d’initiatives, mais j’ai eu l’­impression d’être devant une boîte de puzzle comportant de magnifiques pièces sans qu’aucune image ne se dessine », compare-t-il. La construction d’une stratégie numérique territoriale a donc constitué une priorité, avec un rôle de locomotive dévolu à la métropole.

Coordination à assurer

Pour ­Marlène Le Dieu de Ville, vice-présidente déléguée à l’économie numérique, aux systèmes d’information et à la culture à la communauté de communes Lacq Orthez (61 communes, 55 000 hab., Pyrénées-­Atlantiques), le « silotage » est aussi marqué au sein d’une même collectivité. « Des services se dématérialisent un peu tout seuls, selon le calendrier de l’Etat. Plus généralement, notre collectivité, comme beaucoup d’intercommunalités de notre taille, souffre aussi de l’absence de culture numérique, tant des agents que des élus, même si des projets qui m’ont été présentés il y a quelques semaines, comprenant ce volet “numérique”, me rendent désormais plus optimiste », explique-t-elle. Et de compter sur son syndicat mixte pour porter des projets en matière d’open data.

Président de l’association ­Déclic, structure qui fédère au niveau national 45 opérateurs publics de services numériques, ­Emmanuel ­Vivé défend avec vigueur la mutualisation. « Comme les collectivités  ont été capables de créer des syndicats d’énergie, elles doivent se structurer pour mutualiser leurs compétences numériques. Car toutes n’ont pas le temps ou les moyens de recruter des spécialistes », souligne-t-il.

Intercos, régions… en réalité, le sujet de l’échelon n’est pas tranchée. Mais, pour ­Jérémie ­Nestel, directeur de la transformation numérique et de l’innovation à la communauté d’­agglomération de Béthune-Bruay, ­Artois-Lys ­Romane (100 communes, 276 800 hab.), la question est avant tout celle du positionnement. « Dans notre territoire, le rôle de l’intercommunalité est avant tout d’identifier les acteurs structurants et d’assurer une coordination, que ce soit pour être la caisse de ­résonance d’­outils portés par la région, l’agence d’­urbanisme, l­’acteur local de la fibre numérique ou encore le centre de gestion, en matière de formation. Il s’agit aussi de s’­appuyer sur l’existant qui a fonctionné, et de penser des outils orientés “usagers”, grâce au design de service », soutient-il.

Trois groupes de travail copilotés par l’Etat et les collectivités avancent à pas cadencés

Le ­Dcant (développement concerté de l’administration numérique territoriale) est mort, vive la TNT (transformation numérique des territoires) ! « Depuis le passage d’un programme à l’autre, la feuille de route a totalement changé. Certes, on ne va pas rattraper en six mois tout le retard, mais on avance dans le bon sens, avec de la coconstruction plutôt que d’être mis devant le fait accompli », salue ­Jean-Michel ­Morer, maire (DVG) de ­Trilport (5 100 hab., ­Seine-et-­Marne), référent numérique pour l’Association des petites villes de ­France, qui ne mâche pourtant généralement pas ses mots contre l’Etat.

Mise à niveau des agents et des élus

Trois groupes de travail ont été lancés, copilotés par l’Etat et les représentants des collectivités. L’association ­Déclic est à la manœuvre pour l’agenda de transformation numérique. « L’idée est à la fois de présenter aux collectivités les échéances à venir et de faire ressortir à l’Etat les impacts de ce calendrier sur elles », indique ­Emmanuel ­Vivé, son président, qui n’a cependant aucune illusion sur l’adoption d’un ­calendrier plus souple. Le deuxième groupe de travail porte sur l’élaboration d’outils et d’une offre pour mettre à niveau les agents comme les élus. « Il est nécessaire de pallier le manque de culture numérique et de travail en mode projet, un maillon faible du dispositif. S’il y a une accélération, beaucoup reste à faire car peu de moyens ont été octroyés sur cette question de la montée en compétences », déplore ­Céline ­Colucci, déléguée générale du réseau Les Interconnectés, qui copilote ce projet. 

Le troisième groupe de travail suit le déploiement de la démarche de dématérialisation des demandes d’autorisation d’urbanisme (Démat.ADS), qui est censé aboutir au 1er janvier. « Les choses sur le terrain ont déjà bougé et nous avançons désormais à pas cadencés, mais les collectivités vont être à la peine pour respecter le calendrier, d’autant que les pétitionnaires pourront tourner leur dossier sous format numérique ou papier, et qu’il reviendra aux collectivités de numériser ces derniers… Avec le risque de laisser passer le délai de réponse de deux mois », s’inquiète Jean-­Michel ­Morer.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pourquoi la transformation numérique est encore éparpillée façon puzzle

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement