Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Patrimoine

Conservation des objets d’art : faire plus que la simple aide financière aux communes

Publié le 17/11/2021 • Par Stéphanie Stoll • dans : Actualité Culture, Régions

Réunion de chantier avec la restauratrice de sculptures Anaïs Lechat, la respon­sable du centre, Sarah Le Berre-Albertini, et l'adjointe au maire de Santa-Reparata-di-Balagna, Jeanne Marçon-Vincentelli.
Réunion de chantier avec la restauratrice de sculptures Anaïs Lechat, la respon­sable du centre, Sarah Le Berre-Albertini, et l'adjointe au maire de Santa-Reparata-di-Balagna, Jeanne Marçon-Vincentelli. CCRPMC
Le Centre de conservation-restauration du patrimoine mobilier de Corse permet aux communes de restaurer et de conserver sur l’île leurs objets patrimoniaux. Le centre a noué 34 conventions avec des communes pour la conservation préventive de leur patrimoine.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée


[Collectivité de Corse 338 500 hab.] 
Délégataire de la compétence « patrimoine », la collectivité de Corse­ a souhaité aller plus loin que la simple assistance financière aux communes dans la conservation et la restauration du patri­moine mobilier, généralement religieux, dont elles sont propriétaires. Elle a donc créé, en régie, le Centre de conservation-restauration du patrimoine mobilier de Corse, établi au fort Charlet, à Calvi. La restauration, l’agrandissement et la transformation du fort se sont achevés en 2017.

Inauguré en février 2019, cet établissement permet la restauration des objets et conseille les communes pour la conservation préventive de leur patrimoine. Au lieu d’envoyer les objets en restauration en Italie ou sur le continent, le travail est effectué sur l’île, évitant les risques liés au transport. Chaque objet passe par une quarantaine de désinsectisation, avant l’étape de la documentation photographique. Les dimensions des salles de stockage et des ateliers permettent de traiter des œuvres monumentales.

Le centre emploie six agents. Les restaurateurs externes, aux compétences spécialisées, interviennent sur site pour des périodes de une semaine à trois mois, selon les chantiers. Afin de faciliter leur séjour, la collectivité met à leur disposition un appartement.

La conservation des objets à l’heure du développement durable

L’établissement bénéficie aussi de l’expérience du Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine, à ­Marseille, notamment en ce qui concerne la formation des agents. « Nous cherchons à appliquer les principes du développement durable, même si prendre le bon pli n’est pas ­toujours évident », précise Sarah Le Berre-Albertini­, responsable du centre. 

Pour le stockage, « on remplace le plastique par des couvertures, c’est plus difficile en maintenance, mais on évite des déchets », poursuit-elle. Les eaux de rinçage sont quant à elles stockées en fûts et envoyées à une ­société de traitement des déchets chimiques. Enfin, en matière de désinsectisation, « on sait que les traitements chimiques ne sont pas pérennes, donc le meilleur est l’action autour de l’objet : ménage, éviter l’humidité et l’ombre, pose de pièges, anoxie, congélation ».

Le centre a noué 34 conventions avec des communes pour la conservation préventive de leur patrimoine. « Il s’agit de mettre en œuvre des mesures simples pour éviter la dégradation des objets restaurés qui retourneraient dans des conditions défavorables, par exemple dans les églises », indique ­Sarah Le Berre-Albertini­. 

Leçon de dépoussiérage

Chaque semaine, l’équipe effectue des diagnostics sur le terrain et en profite pour délivrer des conseils simples d’entre­tien et de conservation, notamment aux bénévoles qui entretiennent les églises, dont l’attachement cultuel et sentimental aux objets est pris en compte. 

Ainsi, à Santa-Reparata-di-Balagna (1 000 hab.), « lors de l’inventaire de l’orfè­vrerie et des objets textiles, ils ont passé l’aspirateur et enve­loppé les objets dans du papier de soie, se souvient Jeanne ­Marçon-Vincentelli­, adjointe au maire. Le but était de nous apprendre à dépoussiérer­. » L’intérêt de cette commune pour son patrimoine lui a permis de trouver les financements afin de restaurer les décors de l’église, des croix franciscaines et une statue articulée du Christ du XVIIIe siècle.

Enfin, en ce qui concerne son volet « médiation », le centre s’appuie­ sur une chargée de mission et le fort Charlet dispose d’un espace d’exposition, d’une salle de conférences et d’ateliers pédagogiques pour les scolaires. Il propose aussi des résidences d’artistes.

Contact. Sarah Le Berre-Albertini, respon­sable du centre de conservation-restauration du patrimoine mobilier, 04.20.03.94.75.

Références

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Conservation des objets d’art : faire plus que la simple aide financière aux communes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement