Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Ressources humaines

Mobilisation en faveur de l’emploi des personnes handicapées

Publié le 17/11/2021 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : France, Toute l'actu RH

A Amiens, des équipes mixtes s’entraînent en vue des Hand’Hauts’Lympics qui a lieu lors de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées.
A Amiens, des équipes mixtes s’entraînent en vue des Hand’Hauts’Lympics qui a lieu lors de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées. D.R.
A l’occasion de la vingt-cinquième édition de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, des événements sont organisés, dans les collectivités et au sein des entreprises, destinés à mettre en lumière l’emploi des personnes en situation de handicap.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jeudi 18 novembre, Amiens métropole (139 communes, 3 500 agents, 180 900 hab.) alignera une équipe aux Handi’Hauts’Lympics, l’une des étapes du Handi Road Tour, qui émaille chaque année la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) dans la région Hauts-de-France. Au total, seize équipes mixtes, comprenant dix agents ou salariés d’une ou plusieurs entreprises ou administrations, deux membres des associations partenaires et deux demandeurs d’emploi en situation de handicap, vont s’affronter autour de plusieurs défis sportifs. « L’objectif est de sensibiliser les agents au handicap par le biais des valeurs du sport. Le matin, une conférence est organisée autour de basketteurs de l’équipe nationale handisport », relève Françoise Lepilliez, cheffe de pôle santé au travail et de la mission relation sociales à la communauté d’agglomération amiénoise.

Quiz, réunions d’information ludiques

Sept jours par an, la SEEPH braque les projecteurs sur la question encore parfois taboue du handicap en milieu professionnel. A cette occasion, Senlis (378 agents, 14 900 hab., Oise) a missionné le centre de gestion de l’Oise pour sensibiliser ses agents. « Recourir à un tiers qui n’est pas l’employeur facilite la démarche. La sensibilisation passera par des quiz lors d’ateliers ou réunions d’information ludiques. Le message est que les agents en situation de handicap peuvent être accompagnés, bénéficier d’adaptations de leur poste de travail ou de mobilité. Surtout, nous souhaitons rassurer : une RQTH [reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé] n’est pas infamante », souligne le DRH de la commune, Patrick Ricard. 

Ouverture d’esprit

Les actions de la SEEPH ont parfois valeur d’électrochoc ou de prise de conscience. « C’était le but de notre premier événement. Puis, au fil des années nous avons réalisé un travail de fond, par étapes, en abordant le sujet sous plusieurs angles, pour que les agents s’en imprègnent. La SEEPH est un moment phare, une action qui ne suffit pas à sensibiliser à elle seule, mais met en lumière le travail opéré tout au long de l’année… » commente Isabelle Jalbert, référente handicap pour la ville et le CCAS d’Aurillac. Au-delà d’avoir largement ­dépassé le seuil de taux d’emploi de personnes en situation de handicap fixé à 6 % – les chiffres atteignent fin 2020 8,93 % à la ville et 7,45 % au CCAS – la commune se félicite qu’une véritable tolérance et ouverture d’esprit se soient développées autour de cette question.

Dans ce même objectif, le conseil départemental de la Mayenne (1 500 agents) décline, chaque année depuis 2016, diverses actions : campagne d’affichage pour faire connaître les acteurs du territoire intervenant dans l’accompagnement des personnes handicapées, ateliers de mise en situation de handicap visuel, auditif ou moteur, réalisation de clips scénarisés en interne… « Fin 2020, 80 agents ­bénéficiaient d’une RQTH contre 55 cinq ans plus tôt. Certains étaient reconnus mais craignaient de le dire. D’autres nous ont sollicités pour les aider à monter un dossier. J’espère qu’il ne reste plus trop d’agents qui n’osent pas en parler », avance Rachel Thomas-Plassais, cheffe de service « conditions de travail et relations sociales » et adjointe à la DRH.

Cette année, le CD de la Mayenne va déployer un serious game, également développé en interne avec une quarantaine d’agents, à l’occasion des Défis de l’innovation. « Sur le modèle du jeu de l’oie, il s’agit d’illustrer le parcours d’un agent déclaré inapte à ses fonctions jusqu’au reclassement », détaille Rachel Thomas-Plassais. L’idée est d’informer les agents en fragilité de santé, mais aussi de sensibiliser les services aux périodes d’immersion qui permettent aux agents en reclassement d’expérimenter de nouveaux métiers, et que la collectivité entend renforcer. 

Pilote de drones

La SEEPH se veut aussi un événement ouvert sur les candidats extérieurs à la collectivité. A cet égard, le Duoday, qui en est à sa 4édition, est emblématique. Il consiste à accueillir pendant une journée un demandeur d’emploi en situation de handicap, dans la collectivité, pour lui faire découvrir un métier ou un ­service. En 2019, le CD de la Mayenne avait constitué six binômes aussi bien au service des routes que dans la filière sociale ou administrative. Un mois avant la SEEPH, cinq agents s’étaient déjà portés volontaires pour participer à l’édition 2021. « Beaucoup de candidats découvrent à cette occasion les métiers, mais aussi les modes de recrutement dans la fonction publique, alors qu’ils n’osent pas postuler, pensant que toutes les embauches passent forcément par un concours », note Rachel Thomas-Plassais.

A l’eurométropole de Metz, qui déploie cette année le dispositif sur la semaine complète, ­Christophe Jehel espère que l’opération déclenchera des vocations et aboutira à des embauches. « Après le Duoday 2019, un stagiaire en cours de passer un diplôme de pilote de drones s’était proposé pour faire de la cartographie, mais il n’y avait pas de besoin. Un autre avait postulé sur un poste de préventeur, mais n’avait pas été retenu car trop diplômé », se souvient-il. Aurillac, pour sa part, a déjà intégré un apprenti dessinateur en bâtiment à la suite d’une précédente édition du Duoday. Et parfois, la journée ouvre des perspectives dans une autre collectivité.

Cinq jours en duo pour connaître un métier

A la ville et à l’eurométropole de Metz [ville et eurométrople de Metz (Moselle) 44 communes • 3 800 agents • 230 000 hab.], la précédente ­édition du Duoday, en 2019 (celle de 2020 ayant été annulée pour cause de pandémie), s’était révélée un vrai succès. « Une dizaine de stagiaires avaient été reçus dans nos services, et l’engouement était tel que tous les agents volontaires n’avaient pu accueillir un candidat », se félicite Christophe Jehel, référent handicap auprès des deux collectivités. Cette année, l’accueil des stagiaires se déroule sur une semaine complète intitulée « Metz Handuo ». 

Direction des ressources humaines, pôle juridique, direction de l’attractivité du territoire côté eurométropole, direction des parcs, jardins et espaces naturels et mission « ville inclusive pour la commune » se sont portés volontaires. « Étendue sur toute la semaine, l’opération est plus engageante. Les équipes concernées ont donc travaillé en amont un planning permettant de faire découvrir les différents services ou missions de leur périmètre. Celles qui le souhaitaient ont par ailleurs été sensibilisées à l’accueil de stagiaires en situation de handicap », note le référent. « J’ai effectivement proposé aux services d’accueil, et si nécessaire, une formation sensibilisation à la thématique du handicap. A ce jour, aucun des services n’a manifesté le besoin ou le souhait de bénéficier de cette prestation. »

Contact : Christophe Jehel, cjehel@metzmetropole.fr

Une formation au secrétariat de mairie dédiée

Former des demandeurs d’emploi en situation de handicap au métier particulièrement en tension de secrétaire de mairie, c’est ce que proposent plusieurs centres de gestion normands (CDG) en ­partenariat avec le CNFPT, le FIPHFP et Cap emploi. En Seine-Maritime, une première session a eu lieu en 2018-2019 et la sélection est ouverte pour la deuxième promotion, qui démarrera au premier semestre 2022. « Cap emploi présélectionne des candidats de niveau bac avec deux ou trois ans d’expérience et nous les auditionnons pour en retenir une quinzaine. Ils suivront des cours théoriques et une partie pratique sous forme de stages », note Antoine Ameline, directeur général des services du CDG de la Seine-Maritime (1 100 collectivités et 13 500 agents concernés). 

Un continuum d’actions depuis 2015

[Ville et CCAS d’Aurillac (Cantal) 560 agents titulaires et 160 agents au CCAS • 25 500 hab.]

GAZ- AURILLAC - ERIC VIGIEREric Vigier, responsable du service « santé, sécurité et prévention »

A Aurillac, depuis la première participation à la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, en 2015, un véritable continuum d’actions a été adopté. « L’événement initial a pris la forme d’un forum présentant aux agents les organisations du territoire agissant en faveur de l’emploi des personnes handicapées, afin qu’ils puissent les identifier dans une démarche personnelle ou dans le cadre des politiques publiques dont ils s’occupent », indique Eric Vigier, responsable du service « santé, sécurité et prévention », créé cette année-là. En 2016, le maintien dans l’emploi est à l’honneur. L’année suivante, celle de la première convention avec le FIPHFP, des actions ciblées portent sur les aménagements de poste et la réorientation des agents les plus fragiles. En parallèle, une convention est signée avec l’Adapei  pour accueillir quatre apprentis dans le cadre d’un Esat.

En 2018, la ville participe au Duoday avec un focus sur le handicap psychique. « Après un théâtre forum en 2019, cette année les agents ont préparé, à partir de leurs expériences, des saynètes et vont les jouer devant leurs collègues », se félicite Eric Vigier. ­L’impact ? Rassurer les agents en situation de handicap (neuf se sont fait connaître), et en soutenir d’autres dans leur démarche de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. « Cela induit plus de tolérance de la part des collègues lors d’un aménagement de poste, d’horaires adaptés ou pour travailler avec une personne handicapée », juge-t-il.

Contact : Eric Vigier, 04.71.45.46.46.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Mobilisation en faveur de l’emploi des personnes handicapées

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement