Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Vie locale

Quelle est la règle concernant l’acquisition de droits nouveaux à retraite pour les élus locaux ?

Publié le 04/11/2021 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales : Alors que les élus locaux n’étaient auparavant affiliés au régime général de la sécurité sociale que s’ils n’exerçaient aucune activité professionnelle, l’article 18 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 a établi le principe de leur affiliation systématique à ce régime.

Outre les élus qui n’exercent aucune activité professionnelle (dont les indemnités de fonction sont assujetties à cotisations sociales dès le premier euro), l’ensemble des élus locaux dont les indemnités dépassent 50 % du plafond annuel de sécurité sociale cotisent désormais à ce régime. Cette affiliation n’a pas pour effet de remplacer l’affiliation à l’institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État et des collectivités publiques (IRCANTEC) de l’ensemble des élus bénéficiant d’une indemnité de fonction au titre de leur mandat, quel que soit son montant, mais s’ajoute à celle-ci.

La loi n° 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraite a généralisé pour les assurés dont la première pension prend effet à compter du 1er janvier 2015 l’application du principe de non constitution de droits nouveaux à retraite en cas de cumul d’une activité et d’une retraite (actuel article L. 161-22-1 A du code de la sécurité sociale).

Avant le 1er janvier 2015, les assurés ne pouvaient cumuler les revenus d’activité avec ceux provenant de leur retraite que si l’activité n’était pas reprise dans le même régime que celui leur servant leur retraite. Le principe d’intangibilité des pensions, rappelé à l’article R. 351-10 du même code, s’oppose en effet à la révision de la pension de retraite après sa liquidation.

Par conséquent, jusqu’en 2015, si l’élu local bénéficiait déjà d’une pension du régime général, ses cotisations au régime général en tant qu’élu local n’étaient pas génératrices de droits nouveaux à retraite ; a contrario, s’il était pensionné d’un autre régime, ces mêmes cotisations permettaient l’acquisition de droits nouveaux à retraite.

La loi du 20 janvier 2014 précitée a mis fin aux différences de traitement en généralisant le principe de non constitution de droits nouveaux à retraite.

S’agissant des cotisations à l’IRCANTEC, un dispositif spécifique a été fixé par une lettre interministérielle du 8 juillet 1996, qui permet aux élus de se constituer de nouveaux droits quelle que soit leur situation. Elle distingue deux hypothèses.

D’une part, si un élu retraité de l’IRCANTEC au titre d’une catégorie donnée de mandat est réélu sur cette même catégorie de mandat, le versement de sa pension IRCANTEC est suspendu et il peut acquérir de nouveaux droits au titre des cotisations versées. À l’issue du mandat, une nouvelle liquidation sera effectuée pour intégrer ces nouveaux droits.

D’autre part, si un élu retraité de l’IRCANTEC est élu au sein d’une autre catégorie de mandat, le montant de sa pension au titre du premier mandat est maintenu, tandis qu’il versera de nouvelles cotisations lui permettant de constituer des droits nouveaux au titre de son nouveau mandat, qui feront l’objet d’une deuxième pension IRCANTEC.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelle est la règle concernant l’acquisition de droits nouveaux à retraite pour les élus locaux ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement