Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Handicap

Les mairies, un levier pour sortir les AESH de la précarité ?

Publié le 02/11/2021 • Par Hélène Huteau • dans : A la Une Education et Vie scolaire, A la Une santé social, Actu expert Education et Vie scolaire, Actu expert santé social, France, Métier et carrière Education et Vie scolaire, Métier et carrière santé social

enfant handicap école
This image is Copyright of Dean Hindmarch
Les assistantes d’élèves handicapés (AESH) sont descendues dans la rue, le 19 octobre, pour demander un statut et un salaire qui les sorte de la précarité. L’inclusion qu’elles permettent sur le temps scolaire est aussi possible sur le temps périscolaire. Un levier pour leur procurer un complément de revenu ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Bien que très précaires, les AESH se sont mises en grèves le 19 octobre et ont défilé « dans plus de 80 manifestations » en France, selon le SNUipp-FSU (Syndicat des instituteurs et professeurs) enseignants et parents d’élèves à leurs côtés. La nouvelle grille mise en place, cet été, par le ministère de l’Education nationale a été rendue caduque par la revalorisation du SMIC. « Il a fallu la revaloriser, car elles étaient en-dessous » précise Guislaine David, porte-parole du SNUipp-FSU. En outre la mutualisation des AESH entre établissements, généralisée cette année, avec les PIAL (pôles inclusifs d’accompagnement spécialisé), après une période de test l’an dernier, est dénoncée par les assistants qui ne peuvent se concentrer sur une équipe pédagogique.

24h payées 100 %

Pour Force ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite
3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les mairies, un levier pour sortir les AESH de la précarité ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Soso72

03/11/2021 05h33

J’ai été AESH pendant trois ans et demi et la mairie où je travaillais m’avait fait un contrat en complément. Ce qui permettait un salaire correct. Sauf qu’au changement d’établissement pour suivre l’élève, la mairie était ravie de me reprendre mais l’établissement scolaire a tout fait pour rompre ce contrat pour avoir l’exclusivité des 24h….

Que les mairies proposent des contrats, c’est une très bonne idée car ça permet de faire un lien entre le scolaire et le péri-scolaire. De partager des informations utiles entre professionnels….

Mais bon, pour que ça arrive faut pas que certains établissements et/ou structure oblige leurs AESH a une « exclusivité » de 24h semaines…..

Aesh

04/11/2021 05h25

Le temps periscolaire de midi certains le font déjà et on travail de 8h20 a 16h20 non stop seul pause les récrés du matin et de l’après midi. On mange en coup de vent pour 1230 euro les mois sans vacances scolaire au détriment de notre santé. Alors une vrai reconnaissance un vrai salaire de vrais droits plutôt que du cache-misère à faire miroiter les bonnes poires que nous sommes .

Memelle

04/11/2021 08h45

Je souhaite réagi car je suis Aesh, j’ai aussi un autre emploi et j’ai été voir le maire de ma commune il y a deux ans environ pour lui proposer de créer des contrats en cohesion avec l’état.
Aujourd’hui, mon idée est que nous devons par respect pour ceux qui travaillent 35 h, et parce que nous avons d la préparation oui mais elle est déjà payée, et parce que notre poste est spécifique trouver des heures ailleurs. Des partenariats État, Entreprises, associations, acteurs de vie locale me semblent fondés.

Commenter
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement