Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Interview] Développement durable

« L’éducation au développement durable manque de moyens dédiés »

Publié le 02/11/2021 • Par Hélène Huteau • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, Innovations et Territoires

Wilgenbus-David
V. V. / La Gazette
L’astrophysicien David Wilgenbus est le directeur de l’Office for Climate Education. Ce centre d’éducation au développement durable, sous l’égide de l’Unesco, travaille avec trente pays et plusieurs réseaux d’écoles en France.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

De quelle manière l’Office for Climate Education (OCE) contribue-t-il à l’éducation au développement durable ?

L’OCE est une petite structure de sept personnes, rattachée à la fondation de vulgarisation scientifique La Main à la pâte. L’OCE est né à la suite de la COP 21. C’est l’un des quinze centres éducatifs sous l’égide de l’Unesco et le seul dédié au changement climatique. Il est hébergé au sein de Sorbonne­ université, à l’Institut­ Pierre-Simon-Laplace, à Paris. Son but est d’animer un réseau d’acteurs de terrain qui travaillent dans le même sens, mais rarement ensemble : ONG, scientifiques, têtes de réseau, dont les collectivités…

Le ministre Jean-Michel Blanquer a signé une convention de partena­riat avec le ministère de la Transition éco­logique. La loi « climat et rési­lience » tend à renforcer l’éducation au développement durable (EDD) à l’école. La notion ne date pourtant pas d’hier…

En effet, l’édifice « EDD » est déjà bien chargé depuis trente ans. La loi « climat et rési­lience » veut y ajouter une pierre. Mais les pratiques ne changent pas forcément avec les changements institutionnels. La Main à la pâte a été créée il y a vingt-cinq ans. A l’époque, seules 3 % des écoles primaires faisaient des sciences… alors que c’était dans les programmes !

Quelles difficultés les écoles ont-elles pour enseigner ces sujets ?

Des enseignants pionniers font des choses formidables, c’est le ­passage à une autre échelle qui est compliqué­. Et le principal, c’est la formation ! C’est ce qui permettrait ce changement d’échelle, mais il n’y a pas de moyens dédiés. De notre côté, nous proposons des formations aux recto­rats, aux réseaux d’éco­écoles, aux ONG… Les mesures vont dans le bon sens, mais sont parfois cosmétiques. Beaucoup d’élèves éco­délégués ont l’impression de ne servir à rien, car leurs propositions sont peu souvent suivies­ d’effets.

Quel accompagnement les collectivités peuvent-elles mettre en place en la matière ?

Elles peuvent organiser des séminaires, des ateliers pour la formation des enseignants, par le biais de leurs délégués « développement durable ». L’aide extérieure peut aussi être financière, car les écoles ont peu de moyens. Il faut prendre des précautions, bien sûr, mais on ne pourra pas faire grand-chose sans partenaires.

Cette culture de réseau, on la retrouve dans les maisons pour la science. Sur notre initiative, avec l’eurométropole de Strasbourg, elles ont organisé une journée « climathon » avec les élèves de cinquième, pour qu’ils trouvent des solutions à mettre en œuvre localement. Les mairies peuvent aussi organiser des conseils de jeunes, faciliter la mise en place de pédibus, travailler sur l’empreinte CO2 de la cantine… C’est un échange réciproque.

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’éducation au développement durable manque de moyens dédiés »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement