Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Election présidentielle 2022

La rengaine du trop de fonctionnaires

Publié le 25/10/2021 • Par Emmanuel Franck • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

©k.line - stock.adobe.com
Trois candidats à l'investiture LR à l'élection présidentielle ont promis, la semaine dernière, de réduire fortement les effectifs de la fonction publique s'ils sont élus. Des propositions qui n'évoquent pas les missions de service public auxquelles il faudrait renoncer.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Chasse aux fonctionnaires », « méprise la professionnalité des agents administratifs », « surenchère ». Les propositions de réduction des effectifs dans la fonction publique, émises la semaine dernière par trois candidats à l’investiture de LR à l’élection présidentielle, n’ont pas manqué de susciter des réactions.

La ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin a dénoncé samedi 23 octobre une «surenchère» à droite après que Valérie Pécresse, a proposé de supprimer en cinq ans 10 % de « l’administration administrante ». Soit près de 200 000 postes « dans un certain nombre de fonctions de gestion de l’administration », a précisé la présidente de la Région Île-de-France.

Ce chiffrage de Valérie Pécresse, qui s’inscrit dans la ligne du « projet pour la France » de LR visant à « libérer l’État de la bureaucratie », a entraîné deux de ses rivaux à se positionner. Eric Ciotti, député des Alpes-Alpes Maritimes, a promis 250 000 postes en moins, quand l’entrepreneur Denis Payre en annonçait 620 000.

Les adversaires prennent leurs distances

D’autres candidats à l’investiture LR ont pris leurs distances avec ces propositions. Michel Barnier, ex-commissaire européen, estime qu’ « on ne peut pas rendre les fonctionnaires responsables quand l’État ne fonctionne pas ». Tandis que Philippe Juvin, maire de la Garenne-Colombes (92), reconnaît  que « nous nous sommes beaucoup trompés dans le passé sur les services publics en jouant un peu le Père Fouettard ». Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, promet de son côté qu’il « ne touchera pas aux cheveux d’un seul soignant ».

Amélie de Montchalin, pour le gouvernement, a renvoyé Valérie Pécresse à son bilan de ministre du Budget de Nicolas Sarkozy (la RGPP «  a abouti à 40% de moins de fonctionnaires sur le terrain ») et de présidente de Région : le « doublon » que constitue la proposition d’agence régionale des travaux d’intérêt général quand il existe déjà une agence nationale.

La réaction la plus politique est finalement venue de l’Unsa fonction publique. Après avoir dénoncé une « chasse aux fonctionnaires », son secrétaire général, Luc Farré, estime que ces responsables politiques, désignent « sans vergogne » les fonctionnaires de l’État « comme la cause des difficultés budgétaires de la Nation ». Si la réduction des effectifs poursuit seulement un objectif de réduction du déficit budgétaire, sans réflexion politique sur le périmètre de l’action publique, ses promoteurs se heurtent à un problème de taille.

« Si l’on veut réduire les dépenses, on accepte de perdre de vue les missions des agents, et donc celles qui sont rendues aux citoyens », analysait Émilien Ruiz, historien à Sciences Po, auteur du livre « Trop de fonctionnaires ? Histoire d’une obsession française (XIXe-XXIe siècle) » (Fayard) dans une interview à la Gazette le 22 septembre dernier. Or les français sont attachés aux services publics. Comme le relevait  Émilien Ruiz cette fois cité dans un article du 25 octobre sur le site du Point, « le coût politique qui consisterait à dire “il faut moins de profs, de juges, de policiers” est beaucoup trop fort aujourd’hui, avec la crise sanitaire qui a montré l’importance des services publics ».

S’interroger sur les missions

Le groupe de réflexion « Le sens du service public », ne dit pas autre chose, dans un communiqué signé par Johan Theuret, directeur général adjoint de la Ville de Rennes et de Rennes Métropole : ces candidats proposent de réduire le nombre de fonctionnaires « sans s’interroger sur les missions à rendre, à moderniser et pourquoi pas à supprimer ». Et s’il faut supprimer des missions, « encore faut-il assumer de les nommer, de préciser le niveau attendu de qualité du service public, l’évolution du nombre de lits à l’hôpital, celle du nombre d’élèves par classe », insiste le think tank.

C’est pourquoi Valérie Pécresse prend soin de préciser qu’elle veut supprimer des postes dans un « certain nombre de fonctions de gestion de l’administration » mais en créer dans les trois missions « cruciales : éduquer, protéger, soigner ».

Si le discours sur les réduction des effectifs de la fonction publique est, selon, Émilien Ruiz  « permanent depuis une trentaine d’années », en revanche très peu de politiques de réduction des effectifs ont été mises en œuvre jusqu’au bout en atteignant leurs objectifs ». Ses promoteurs se rendent compte que cela désorganise les services, que les limites sont vite atteintes et, au final, « les périodes de coupes [sont] compensées, soit en même temps, soit dans les années suivantes », expliquait-il à la Gazette.

Le quinquennat d’Emmanuel Macron suit ce chemin. La promesse de 2017 de réduire les effectifs de la fonction publique de 120 000 (dont 70 000 dans la territoriale) ne sera pas tenue. Le gouvernement justifie ce renoncement par les besoins de services publics générés par les crises auxquelles le pays a fait face.

Selon le dernier rapport annuel sur l’état de la fonction publique, publié la semaine dernière, 36 600 emplois y ont été créés en 2020 (+0,6 %). Cette hausse s’explique notamment par l’embauche de personnes en contrats aidés supprimés en début de mandature.

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La rengaine du trop de fonctionnaires

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

26/10/2021 11h00

Dans ses propos concernant Mme Pécresse, Mme Montchalin a bien présenté les problématiques.
D’un côté les élus proposent des réductions d’effectif et en même temps dans leurs fonctions exécutives sur le territoire, ces mêmes élus créent des doublons pour porter les politiques qui sont les leurs.

Il est vrai que le citoyen a de plus en plus de mal à comprendre ces anomalies.

Il est vrai qu’il est possible en réduisant les contraintes administratives, de réduire le nombre de fonctionnaires, sans pour autant mettre en cause la qualité du service public.
L’exemple est simple: les subventions aux associations.
Quelle est la structure publique importante ne disposant pas en son sein d’un service en charge d’étudier les demandes de subvention?

On pourrait faire beaucoup plus simple. D’abord en mettant en place un seul document de présentation des demandes de subvention qui serait transmis à un seul organisme en charge de l’étudier pour tous les organismes concernés.
Bien sûr, cela pourrait se faire au niveau d’un département. Les collectivités concernées recevraient alors un document de synthèse sur lequel elles pourraient s’appuyer pour définir le montant de leur subvention.

Je crois d’ailleurs que cela existe déjà pour l’étude de certains dossiers… mais n’allez pas croire que cela va réduire sensiblement le nombre de fonctionnaires.

Mais cela va bien simplifier la vie des présidents d’associations qui sont le plus souvent des bénévoles agacés par la paperasserie mise en place par l’Etat et par les collectivités locales.

Hihi

01/11/2021 03h28

Entre les promesses et la realite il y a un monde… On voit des equipes entieres se tourner les pouces, sales… avec des salaires minables ou mirobolants…
Je trouve que nombre de services publics ont le chic pour inventer des pbes et les agents passer pour des  » j’me pisse dessus », paresseux, menteur… mais pas tous…

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement