Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Solidarité

Accueil des exilés afghans : des villes dans les starting-blocks

Publié le 25/10/2021 • Par Rouja Lazarova • dans : France, Toute l'actu Santé Social

Une main tendue, un espoir
V. Arndt / eevl / Adobestock
Entre le 15 et le 29 août, la France exfiltrait de Kaboul environ 2700 Afghans dans le cadre de l’opération « Apagan ». Plus d’une vingtaine de collectivités se sont alors manifestées pour les accueillir. Depuis, dans un silence quasi total de l’Etat, certaines se sont étonnées de ne voir aucun exilé arriver sur leur sol. Mais la situation risque d’évoluer vite.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Les Afghans n’ont pas disparu », rassure Delphine Rouilleault, directrice générale de France Terre d’Asile, qui a été impliquée dans l’accueil d’urgence de ces exilés, organisé par l’Etat avec une dizaine d’opérateurs associatifs. Ce « SAS de premier accueil » de quinze jours, comportait notamment une mise sous quarantaine sanitaire ainsi qu’une prise de contact avec l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII).

Elan de solidarité des communes

A l’époque, les maires EELV de Bordeaux, Grenoble, Lyon, Besançon ou Strasbourg, les premiers magistrats PS de Marseille, Tours, Clermont-Ferrand, Brest et Chambéry, les sans-étiquette à sensibilité de gauche aux manettes de Laval, Nancy, ou Rouen avaient tous clamé leur volonté d’accueillir les Afghans. Même à droite, des voix se sont fait entendre dans ce sens, comme celle de Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Etienne.

Cependant, le délégué interministériel à l’accueil et à l’intégration des réfugiés (DIAIR), Alain Régnier, avait temporisé. Le 9 septembre, il rencontrait l’Association nationale des villes et territoires accueillants (ANVITA) pour expliquer que cette phase de premier accueil était une compétence totalement régalienne.

L’Etat toujours aux manettes

Désormais, les Afghans sont dans un autre circuit, lui aussi géré par l’Etat – le processus de la demande d’asile. Entretemps, des collectivités volontaires se sont questionnées : qu’advenait-il de ces Afghans ayant suscité l’émoi collectif à l’été ? « Le temps des communes est à venir. C’est encore le temps de l’Etat.

Ces personnes sont désormais accueillies dans le cadre du dispositif national d’accueil (DNA) », explique Delphine Rouilleault. Elles sont hébergées dans des Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA), en région parisienne, dans le Grand-Est, en Bourgogne-Franche-Compté, mais également dans les métropoles comme Bordeaux ou Lyon.

L’exception faite pour les artistes

Zohra Amimi, conseillère municipale (SE) déléguée aux migrants à Rouen, nuance cette réalité : « Il y a 26 Afghans répartis dans des centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) sur notre territoire. En revanche, nous prenons en charge directement quatre personnes issues du monde de la culture. Le Centre dramatique national a loué un grand appartement pour les loger. Moi, je m’occupe personnellement de leur demande d’asile et de leur intégration sociale. » Selon l’ANVITA, sur les 2700 Afghans initialement arrivés, environ 700 ont trouvé des solutions en dehors du DNA. En tout état de cause, ils attendent tous l’issue de leur demande d’asile. « Nous avons eu l’assurance de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFRPA) que leur demande d’asile sera traitée selon une procédure accélérée. Nous espérons son aboutissement pour début 2022 », affirme Delphine Rouilleault.

Le temps des communes arrivera bientôt

C’est probablement dans cette optique que le Délégué interministériel à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL), Sylvain Mathieu, est venu rencontrer les adhérents d’ANVITA, le 19 octobre. Il les a sensibilisés sur la nécessité de trouver des logements pour ces Afghans, une fois leur statut de réfugiés obtenu. Parmi eux, environ 40% souhaiteraient rester en région parisienne, les 60% autres acceptant de partir en province.

« Il faut mobiliser les villes de plus de 7000 habitants, pour faciliter l’intégration professionnelle de ces personnes très diplômées », confie-t-on chez l’ANVITA. Ces communes sont donc appelées à commencer le recensement de logements inoccupés qui pourraient être mis à disposition des futurs réfugiés. Elles doivent en communiquer la liste aux préfets, qui s’engagent à répondre sous cinq jours. Le DIHAL aurait mis l’accent sur les solutions de type colocation solidaire car elles favorisent l’intégration linguistique et sociale des exilés.

 

 

Cet article fait partie du Dossier

Migrants : comment les territoires ont pris le relais de l'Etat

Sommaire du dossier

  1. Accueil des exilés afghans : des villes dans les starting-blocks
  2. Les collectivités freinées dans leur volonté d’accueil des exilés afghans
  3. « Les campagnes françaises ne verront pas arriver des milliers de migrants sur leur territoire »
  4. Migrants : des collectivités dans le sillage de SOS Méditerranée
  5. Migrants : entre les villes et l’Etat, un dialogue de sourds
  6. Accueil et intégration des étrangers : les collectivités territoriales sollicitées
  7. Accueil des migrants : les villes moyennes à la traîne
  8. Accueil des migrants : l’Etat et les collectivités peinent toujours à trouver un terrain d’entente
  9. Migrants : quand le gouvernement en appelle aux maires
  10. Politique d’accueil des migrants : « les collectivités ont un rôle à jouer pour faire bouger les lignes »
  11. Quand une ville tente un accueil global des migrants
  12. « Il faut que les bibliothèques aient les moyens d’accueillir les migrants »
  13. Après une première réussite, Lille s’apprête à accueillir de nouveaux réfugiés
  14. Accueil des migrants : « les projets existent, mais sans publicité »
  15. Un nouveau « plan migrants » bien éloigné des territoires
  16. Migrants : les acteurs locaux affrontent l’urgence
  17. La prévention spécialisée face aux mineurs non accompagnés
  18. Accueil des réfugiés : « Je suis sur une ligne de crête entre ma mission et l’inquiétude des Français »
  19. Ces collectivités à l’avant-garde de l’intégration des réfugiés
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Accueil des exilés afghans : des villes dans les starting-blocks

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement