Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Qualité de l’air

Les zones à faibles émissions, un sujet explosif pour les élus

Publié le 22/10/2021 • Par Nathalie Arensonas • dans : A la une, actus experts technique, France

traffic jam
Sergiy Serdyuk - Fotolia
En 2023, les zones à faibles émissions barreront l’accès de nombreux centres-villes aux véhicules de plus de dix ans et aux diesels, soit 70 % du parc actuel. Au risque de nourrir un sentiment d’injustice sociale. Sur ce sujet inflammable, les maires réclament le réengagement de l’Etat.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Les ZFE s'inscrivent dans l'air du temps

Jugé en 2019 pour inaction climatique par la Cour de justice de l’Union européenne, l’Etat français voit l’étau se resserrer. Il a été condamné en août 2021 par le Conseil d’Etat à verser, pour le premier semestre, 10 millions d’euros d’astreinte aux Amis de la terre et à d’autres associations qui avaient saisi les juges administratifs pour les mêmes griefs – les dépassements systématiques et répétés d’oxyde d’azote (NOx) ou de particules fines dans plusieurs villes.

Le gouvernement a de nouveau été mis en cause, le 30 septembre, par le tribunal administratif de Paris et il a jusqu’à la fin 2022 pour faire cesser et réparer le « préjudice écologique causé par le non-respect des engagements en matière de réduction de gaz à effets de serre ». Sans astreinte financière à ce stade.

Après ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les zones à faibles émissions, un sujet explosif pour les élus

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement