Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports publics

Reims Métropole demande des comptes à Transdev

Publié le 30/09/2011 • Par Frédéric Marais • dans : Régions

Le président de Transdev Reims a été congédié vendredi 23 septembre 2011 pour des propos jugés intempestifs, sur fond de climat social houleux et de difficultés économiques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors qu’il devait quitter normalement son poste en octobre pour le compte de Veolia, Alain Bourion, président de Transdev Reims, a été brutalement démis de ses fonctions.
La direction du groupe parle de « fin de mission anticipée » pour celui qui avait traité les salariés « d’enfants gâtés » dans le journal l’Union (édition du 19 septembre). Il avait en outre annoncé, lors de la réunion du comité d’entreprise du 22 septembre, que la société accuserait un déficit de 6 millions d’euros en fin d’exercice.
Cette divulgation avait aussitôt déclenché un mouvement de grève parmi le personnel, qui n’a assuré aucun service lundi 26.

Cette série d’événements a fortement déplu à Adeline Hazan, présidente de Reims Métropole, l’autorité organisatrice des transports. Elle dit en particulier n’avoir « pas du tout apprécié » d’être informée tardivement et indirectement de ce déficit.
Déficit qui serait dû en partie aux difficultés de mise en place de la billettique sans contact, mais dont le montant ne semble pour l’instant que prévisionnel. « Je suis décidée à exiger des comptes et des explications de la part de Transdev », a indiqué Adeline Hazan, qui est par ailleurs maire de Reims.
La collectivité locale n’entend pas pour autant s’immiscer dans la gestion de l’entreprise ni changer la nature juridique du contrat qui la lie à elle.

46 millions de subvention d’exploitation – Transdev Reims bénéficie d’un contrat d’exploitation-maintenance du réseau de bus et de tramway de l’agglomération, réseau baptisé Citura (ex-Transports Urbains de Reims).
La société fait partie du consortium Mars (Mobilité Agglomération Rémoise) qui est titulaire d’un contrat de concession globale du réseau de transports urbains pour une durée de 34 années et demie.
Cette délégation de service public (DSP) comprend d’une part la conception, le financement et la construction de la première ligne de tramway mise en service le 18 avril 2011, et d’autre part l’exploitation, la maintenance et le renouvellement du réseau bus+tram.
Moyennant quoi Reims Métropole verse au délégataire une importante subvention d’exploitation : 46 millions d’euros en 2011.

Régions

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Education : soutenir et protéger les enfants et les agents

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Reims Métropole demande des comptes à Transdev

Votre e-mail ne sera pas publié

Désabusé

30/09/2011 12h34

Un des réseaux urbain sinon Le réseau urbain où le salaire est le meilleur…
Un des réseaux urbain où le lundi matin, il manque prés de 20% des effectifs de conducteurs de façon récurente.
Un des réseaux urbain où le seul discour audible pour le syndicat majoritaire est: Travaillez toujours moins, mais gagnez toujours plus…
Un des réseaux urbain où l’on fait le plus souvent grève (certainement).
Un des réseaux urbain où respect des horaires commerciaux est trés mauvais.
Un des réseaux urbain où pour arriver à faire son trou, il est plus que fortement recommandé de se syndiquer.

Alors je pense que:
OUI ce sont des enfants gâtés qui ne gagneraient qu’environ 1500€ net avec 20 ans d’ancienneté ou 1200€ en début de carrière s’il était dans l’interurbain.
Que les problèmes de coût de mise en place de la billettique ne sont qu’un problème parmis d’autre.
Que la main mise de la CGT sur cette entreprise est aussi délirante que l’affaire de l’UNSA à la RATP (sans l’aspect délictuel de cette affaire, car je pense pas que le plan de carrière se négocie à l’horizontal).

Même pour 3000€ net par mois, je ne voudrais pas y travailler.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement