Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement local

Les Micro-Folies dynamisent les petites villes

Publié le 28/10/2021 • Par Sophie Le Renard • dans : Actualité Culture, France

Micro-folie à Auxerre
ville d'Auxerre
Avec le dispositif Petites villes de demain, les communes de moins de 20 000 habitants sont aidées par l’Etat pour se doter de Micro-folies, tant pour les équipements que pour les contenus. Pour attirer un large public, ces équipements ne se limitent pas à la diffusion de collections mais sont aussi des lieux d’animation ouverts à tous les publics.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Le projet des Micro-Folies, né en 2017 à Sevran, Denain ou aux Mureaux, a aujourd’hui été simplifié pour pouvoir s’implanter dans différents lieux, l’installation peut se faire en quelques heures. Ces musées numériques permettent de consulter jusqu’à 4 000 œuvres issues des grandes institutions culturelles nationales, mais aussi de 24 musées des Hauts-de-France et des plus beaux châteaux de France », rapporte ­Didier Fusillier, président de l’EPPGHV (Paris), qui est chargé du déploiement de 500 Micro-Folies, financé jusqu’à 80 % par l’Etat, dans les collectivités qui bénéficient du programme Petites villes de demain. « Il y aura 250 Micro-Folies ouvertes d’ici à la fin de l’année », précise-t-il.

Pourquoi pas des collections régionales ?

L’EPPGHV réalise, en collaboration avec les élus, l’accompagnement technique pour l’implantation de la Micro-Folie, mais aussi prépare les contenus qui seront diffusés sur un grand écran, sur des tablettes ou par l’intermédiaire de casque de réalité virtuelle à 360°. Les collectivités de moins de 20 000 habitants, lauréates de l’appel à projets de l’ANCT, peuvent recevoir jusqu’à 38 000 euros pour l’achat du matériel. Le ministère de la Culture finance tous les contenus.

« Les collections présentées sont très éclectiques. Les thèmes défilent sur un grand écran : art contemporain ou japonais, musique, théâtre, patrimoine des villes… Le visiteur, assis une tablette à la main, peut alors cliquer via un cœur sur une œuvre favorite. Il pourra ensuite visionner, sur cet ordinateur de poche, une vidéo de vingt minutes environ. Les images proposées sont en très haute définition, c’est impressionnant. En zoomant, on peut voir jusqu’à la craquelure des tableaux », note avec humour ­Cyril  Chappet, adjoint au maire, chargé de la culture à Saint-Jean-­d’Angély. Il  aimerait qu’au fil du développement des Micro-Folies dans les différentes collectivités puissent se mettre en place des collections régionales, à l’image de celles des Hauts-de-France.

Cinéma, chapelle, centre culturel, site patrimonial…

La palette des lieux d’implantation d’une Micro-Folie est large, que ce soit dans une médiathèque, comme à ­Grenay (Pas-de-Calais), un cinéma à ­Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais), un centre culturel à ­Bastia (Haute-Corse) ou dans des sites patrimoniaux, comme la chapelle du Sauveur à La Souterraine (Creuse). Ce lieu de culte, qui n’était plus aux normes, a été restauré et transformé en un espace culturel. « Le point fort de cet équipement est le bâtiment patrimonial. C’est une entrée importante pour que le public se rende dans une Micro-Folie », assure ­Yann  Boyer, médiateur culturel dans cette commune rurale de 5 100 habitants.

Les collectivités font souvent le choix d’installer ces musées numériques en centre-ville, comme un élément de leur dynamisme, mais aussi pour attirer des visiteurs. Ainsi, ­Hirson (8 800 hab., Aisne) a créé sa Micro-Folie à l’étage d’un bâtiment municipal dans le quartier central du château. « A proximité du musée et de la médiathèque, celle-ci est une structure supplémentaire au sein du quartier concentrant les équipements culturels », considère ­Bernard  Vilain, son DGS.

Les collectivités qui investissent dans les Micro-Folies développent de nombreuses initiatives afin de les animer et de faire venir un large public. Même si, dans certains territoires, l’objectif n’est pas encore atteint. « Nous devons communiquer davantage pour déclencher l’envie des gens de se déplacer dans ce lieu alors qu’ils peuvent avoir des ressources équivalentes chez eux  , constate ­Philippe  Nouvel, vice-président de la communauté de communes du pays ­Foyen (20 communes, 16 700 hab., ­Gironde et ­Dordogne).

Fers de lance du numérique

Au-delà de créneaux en accès libre, nombre d’événements sont orga­nisés. Ainsi, des conférenciers présentent une sélection d’œuvres ou des artistes locaux viennent expliquer leur travail. Les enfants et les jeunes scolarisés sont des visiteurs assidus avec leurs enseignants. « Il y a des ateliers familiaux, parfois des interventions en lien avec les grands rendez-vous nationaux, comme les Journées du patrimoine, ou sur des thématiques particulières qui peuvent être moins encyclopédiques », détaille ­Yann  Boyer. Fab labs, espaces dédiés à la réalité virtuelle mais aussi de rencontres et de convivialité participent à rendre ces lieux attractifs.

L’animation des Micro-Folies est confiée à un ou deux jeunes en contrat aidé et rattachés à la médiathèque ou à la direction de la communication. « La clé de la réussite est la volonté politique, que les élus portent le projet. Il faut des locaux dédiés et adaptés, et un personnel formé. Il s’agit de travailler en réseau avec les autres Micro-Folies à proximité. Ce sont vraiment des fers de lance du développement numérique dans les territoires et des outils qui permettent d’accéder à la connaissance quand les musées nationaux sont loin », se réjouit ­Bernard  Vilain.

« Notre projet était mûr, les aides nous ont permis de le concrétiser rapidement »

Cyril Chappet

Cyril Chappet, premier adjoint au maire de Saint-Jean-d’Angély (6 900 hab., Charente-Maritime), chargé de la culture, du patrimoine et du cœur de ville

« L’abbaye royale a une riche et longue histoire qui remonte à Pépin 1er d’Aquitaine en 817. Au XVIIe siècle, des moines construisirent le bâtiment que nous connaissons aujourd’hui et qui a longtemps été un collège et un lycée. A présent, il accueille la bibliothèque municipale et l’école de musique. Nous réfléchissions à un projet culturel, non élitiste et en accès libre afin d’élargir la fréquentation de ce lieu. Et en 2019, ­Didier  Fusillier nous a présenté le concept de Micro-Folie, que nous avons trouvé intéressant et adapté à l’abbaye royale. Nous sommes donc vite arrivés à une convergence avec l’établissement de La Villette qui gère l’aspect “ingénierie“ et conception du projet.

Pour envisager l’accueil de la Micro-Folie, raccorder le bâtiment à la fibre était indispensable. Dans le cadre du plan de relance, les travaux de branchement, soit 30 000 euros, ont été financés par l’Etat à hauteur de 80 %. Saint-Jean-d’Angély bénéficiant du dispositif Petites villes de demain, nous avons obtenu le financement, de l’équipement numérique, du mobilier, des aménagements divers et de l’espace scénique incluant l’aspect son et lumière. La dépense globale de 100 000 euros est prise en charge à 80 %. Notre projet était mûr mais ces aides de l’Etat nous ont permis de le concrétiser rapidement. Même s’il a fallu attendre, le 19 mai, date du déconfinement, pour que la Micro-Folie ouvre au public. »

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les Micro-Folies dynamisent les petites villes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement