Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Salaires

Une revalorisation des bas salaires « loin d’être à la hauteur »

Publié le 20/10/2021 • Par Claire Boulland • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

©erika8213 - stock.adobe.com
"Arnaque", "Mesurette", "loin d'être à la hauteur des besoins des fonctionnaires et de l'attractivité de la fonction publique", "loin des sommes annoncées en juillet"... Au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, des syndicats ont déploré le manque d'ambition d'un engagement qui aurait permis de conclure le mandat présidentiel sur une note plus positive.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’annonce était tombée au début de l’été, lors de la conférence sur les perspectives salariales dans la fonction publique. A défaut d’une augmentation du point d’indice, les salaires les moins élevés de la fonction publique seraient relevés début 2022. Et c’est un engagement bien plus colossal, selon la ministre de la Transformation et de la fonction publiques, Amélie de Montchalin. Car le personnel de catégorie C représente 45 % des effectifs de la fonction publique : 22 % pour l’État, 50 % pour l’hospitalier et 75 % dans la territoriale.

La revalorisation du traitement indiciaire des agents de catégorie C  a d’abord consisté en l’attribution de points d’indice majoré à certains personnels civils et militaires de l’État, personnels des ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une revalorisation des bas salaires « loin d’être à la hauteur »

Votre e-mail ne sera pas publié

Teric

21/10/2021 07h51

Comme d’habitude on se fout du fonctionnaire. Remplacer une prime, certes qui ne compte pas dans la retraite, par des points ne changent en rien sur le salaire du fonctionnaire.
De plus demander un engagement du futur fonctionnaire pour plus de onze ans payé au SMIC, laisser moi rire, mais non notre ministre et le gouvernement se fout de notre gueule tout simplement !

Tijean3945

22/10/2021 09h21

Bonjour , prendre comme référence un agent de maîtrise principal c’est une honte pourquoi ne pas prendre un agent territorial le pourcentage est beaucoup plus élevé dans la fonction territorial , article zéro

HERMES

22/10/2021 10h01

Bravo M. Laurent pour cette position concernant les conséquences de cette revalorisation des salaires de la catégorie C.
Affirmer que les collectivités ne peuvent plus augmenter les impôts locaux pour la payer est intéressant. Mais vous auriez également pu indiquer ce que cela représente en pourcentage des dépenses de fonctionnement des collectivités.

Puisqu’on est dans ces questions de recettes, je pense qu’il est souhaitable de rapprocher ces éléments de l’évolution du prix payé par les contribuables concernés de la taxe foncière entre 2010 et 2020: l’UNPI le valorise de 25% environ. Pour certaines collectivités, le taux est beaucoup plus important. Pour mémoire, certaines communes fleurtent actuellement avec un taux de TFFB de 80% et de 170% pour la TFFNB. Tout simplement ahurissant!
Connaissez vous beaucoup d’agents publics ayant vu leur salaire augmenter dans de telles proportions sur la même période? Idem pour le privé!

Enfin, on ne parle le plus souvent que du salaire des agents de catégorie C et l’on oublie le plus souvent ceux des catégories B et A.
Si j’ai bonne mémoire, au début des années 1980, un agent de catégorie A gagnait environ 50% de plus que le SMIC en début de carrière. Aujourd’hui, on est aux alentours de 20%. Encore un petit effort et un agent de catégorie A démarrera au SMIC!

Juste pour mémoire, les sénateurs avaient délibéré pour adopter une mesure les concernant étant donné la non revalorisation de leur indemnité parlementaire. Ils avaient décidé d’augmenter une autre indemnité qu’ils percevaient.
Suite au tollé, ils sont revenus en arrière. Quel bel exemple de l’adage « fais ce que je dis, pas ce que je fais! »

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement