Transports

Lemon, un zeste de mobilité adaptée aux besoins locaux

| Mis à jour le 06/12/2021
Par • Club : Club Techni.Cités

Colas

L’opérateur de transports Transdev a présenté de nouvelles expérimentations issues de son programme Lemon. Objectif : répondre à des besoins précis et à petite échelle en matière de mobilité.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

La mobilité, nouveau terrain de jeu des collectivités

Né en 2015 à Grenoble, le programme Lemon (Laboratoire d’expérimentation des mobilités) fait des petits. Après la capitale des Alpes, Lens, Mulhouse, Nantes, Limoges, Nîmes et Montpellier se sont pris au jeu de l’opérateur Transdev de trouver des solutions en matière de mobilité. Avec, pour objectif, de mener des expérimentations à l’échelle d’un quartier, d’une ville ou d’une agglomération. La semaine dernière, Transdev en a d’ailleurs présenté deux, testées (ou sur le point de l’être) à Nantes et Montpellier. Basées sur la co-construction tripartite (collectivité, exploitant et opérateur) et issues de consultations des usagers, les expérimentations abordent les questions de mobilité dans le sens le plus large. « Nous avions un problème d’accidentologie sur un carrefour et un passage piétons, explique ainsi Pascal Leroy, directeur commercial du Semitan (exploitant du réseau de la métropole nantaise). Nous avons donc mis en place un marquage lumineux avec des flèches au sol qui indiquent aux piétons le passage du bus. »

La technologique utilisée, baptisée Flowell, a été développée par le groupe Colas. Soutenue par le Cerema, cette expérimentation est en cours depuis deux ans et aura besoin de l’autorisation du ministère des Transports pour être pérennisée. Car un tel marquage au sol n’existe pas dans le code de la route. « Nous n’avons pas eu un seul accident en deux ans », se réjouit Pascal Leroy.

De plus, la métropole nantaise va aussi mettre en place un hub mobilité relié au réseau de transports en commun à l’entrée d’un quartier. « C’est une zone enclavée peu desservie où l’on ne pourra louer vélos et trottinettes électriques que dans un périmètre de deux kilomètres, explique Pascal Leroy. Il y a, dans ce quartier, de grandes écoles, des entreprises, des habitations… ».

« A l’étroit dans nos contrats de DSP »

Autre préoccupation et autre projet à Montpellier où Transdev, la métropole et une entreprise locale cherchent à développer un « arrêt fraîcheur ». « Chez nous, tous les véhicules sont climatisés, mais pas les espaces de temps d’attente, souligne Yannick Jacob, responsable mobilités à la métropole. L’idée est de trouver du mobilier qui amène de la fraîcheur aux clients qui attendent ». « Nous sommes dans une démarche low-tech, précise également Pauline Desmedt, cheffe de projet Lemon. Nous sommes encore dans la phase de prototypage et travaillons sur différents matériaux comme la terre crue et nous réfléchissons à l’intégration de modules rafraichissants… ». Car, comme le souligne encore la cheffe de projet, « on tente, on essaie. J’insiste sur le terme expérimentation ». « Sur 10 idées, on peut en jeter huit ou neuf », abonde Yannick Jacob. A Montpellier, les échanges avec les usagers ont justement fait remonter ce besoin de fraîcheur pendant les temps d’attente. Les premiers tests auprès des usagers sont attendus d’ici l’été 2022.

En marge des contrats liant les collectivités à l’opérateur Transdev, ces expérimentations doivent donc permettre d’apporter des solutions à des problèmes spécifiques et très localisés selon les besoins. « On est en effet un peu à l’étroit dans nos contrats de DSP alors que nous sommes souvent confrontés à des enjeux auxquels on ne peut pas répondre tout de suite », résume ainsi Julien Réau, directeur innovation à Transdev. De même, selon les cas, les expérimentations sont cofinancées par les différents partenaires (avec l’appui, parfois, de la Banque des territoires ou du plan de relance) ou assumées par la seule collectivité.

« Co-construction », « échange », « concertation »… Autant de notions déterminantes qu’on retrouve également dans la création du Cercle Lemon, un réseau dans lequel les collectivités pourront effectuer des retours d’expérience. Lens aura ainsi l’occasion de présenter ses projets de mobilité dans les quartiers prioritaires et ses actions pour sortir de l’autosolisme, tandis que le Sytral (le syndicat mixte des transports dans le Rhône) exposera ses projets avec son réseau des Cars du Rhône. En matière de mobilité, les idées aussi sont en mouvement.

Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP