Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Cet article vous est proposé par Interbev

Viandes bio en restauration collective: oui c’est possible !

Publié le 01/11/2021 • Par Auteur partenaire • dans : Contenu partenaire

300X200
D.R.
La part de l’agriculture biologique représente aujourd’hui 8 % des produits utilisés dans la restauration collective. Un chiffre encore éloigné des 20 % imposés par la loi EGalim pour le 1er janvier 2022. Les collectivités ont commencé à se mettre en ordre de marche pour introduire davantage de produits bio dans leurs menus, dans lesquels les viandes bio ont toute leur place. Pourquoi ? Comment ? Réponses avec Philippe Sellier, éleveur de bovins bio et président d’INTERBEV Bio, Benoît Granger, directeur de la SCA Le PréVert (fournisseur de viandes bio pour la restauration collective) et Jean-Pierre Teisseire, responsable du Service Qualité et Achats de la cuisine centrale de Bordeaux-Mérignac.

50 % de produits de qualité et durables dont au moins 20 % de produits biologiques dans la restauration collective : cette disposition de la loi EGalim entrera en vigueur au 1er janvier 2022 avec un objectif, celui d’inciter les collectivités à accélérer la transition vers une alimentation saine et durable. « Les discours des décideurs autour du développement durable et du bio sont toujours nourris de bonnes intentions, souvent sincères. Cette loi donne enfin un cadre qui va permettre de transformer les paroles en actes. » explique Philippe Sellier. Plus incitative que coercitive, la loi EGalim ne pourra, à elle seule, assurer la progression du bio dans les menus des cantines. Pour Jean-Pierre Teisseire, cela passe par la nécessaire prise de conscience de l’intérêt de manger autrement pour des raisons nutritionnelles et environnementales : « Pour nous, le bio, c’est aussi une façon de poursuivre notre engagement dans une démarche d’avenir de réduction de notre empreinte carbone. »

Une filière viande bio prête à répondre à la demande

La viande bio a un rôle essentiel à jouer. « Le bio c’est une cohérence entre végétal et animal » rappelle Benoît Granger. « Les amendements pour les cultivateurs bio qui n’ont pas accès aux engrais chimiques viennent, par exemple, des animaux ! Le « flexitarisme » en tant qu’équilibre de l’alimentation entre animal et végétal fait entièrement partie du schéma bio. » Reste à lever les nombreux a priori qui continuent de freiner les achats.

Premier frein : le prix. Selon Jean-Pierre Teisseire, aborder le bio selon le critère purement économique constitue un non-sens dans une vision à long terme, alors que les enjeux environnementaux et de santé publique deviennent des priorités. D’autre part, il souligne la stabilité des prix du bio, liée à des coûts de production maîtrisés : « Les évolutions tarifaires entre la signature et la fin du contrat sont faibles. »

Deuxième frein : des volumes de production jugés insuffisants. Pour Philippe Sellier, l’argument ne tient plus : « En cinq ans, selon l’Observatoire des Viandes Bio, la production a doublé, passant de 29 700 tonnes en 2015 à plus de 59 000 tonnes en 2020. Et les conversions d’agriculteurs vers le bio augmentent d’environ 10 % par an. » Le potentiel de production et l’organisation de la filière sont donc prêts à répondre à la demande, ce que confirme Benoît Granger : « Il y a eu énormément de conversions. Les productions sont plus que suffisantes. »

Troisième frein : une filière encore considérée comme marginale. Le stéréotype fait sourire Benoît Granger : « Le cliché du hippie, c’est du passé ! Les agriculteurs bio sont de vrais spécialistes avec des connaissances agronomiques pointues, qui définissent et suivent des stratégies de chef d’entreprise. »

Collectivités et éleveurs : un dialogue nécessaire pour des partenariats gagnant-gagnant

La loi le demande et le développement durable l’exige : l’introduction de la viande bio dans la restauration doit réussir. Les acheteurs publics ont donc tout intérêt à accompagner le développement des filières, en apprenant à travailler autrement : accepter d’avoir recours à de la viande surgelée à certaines périodes de l’année pour favoriser l’équilibre-matière et s’adapter au cycle naturel des productions bio (qui respectent les rythmes de reproduction des animaux), sourcer les groupements d’éleveurs pour privilégier les achats directs, considérer les approvisionnements bio comme une priorité…

Enfin, le prix ne doit plus être le premier critère de choix, dans un contexte de suppression des subventions au maintien des agriculteurs dans la production bio : la juste rémunération de ces producteurs constitue un enjeu sociétal majeur. « Inclure la viande bio dans la restauration collective se fait progressivement, autour d’un dialogue, permettant à chacun de comprendre les impératifs métiers de l’autre. » conclut Philippe Sellier. Une recommandation partagée par Benoît Granger et Jean-Pierre Teisseire qui ont noué un solide partenariat porteur de succès. Aujourd’hui, la collectivité Bordeaux-Mérignac enregistre 36 % de produits bio dans ses achats, loin des 8 % de la moyenne nationale ou des 20 % fixés par la loi EGalim.

Contenu proposé par Interbev

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Transition énergétique : comment Primagaz accompagne les collectivités locales

de PRIMAGAZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Viandes bio en restauration collective: oui c’est possible !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement