Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Acteurs du sport

Santé publique

L’essor contrasté du sport-santé sur ordonnance

Publié le 11/10/2021 • Par David Picot • dans : A la Une acteurs du sport, Actu expert acteurs du sport, France, Toute l'actu Santé Social

Sport santé - Robert Kneschke - adobestock.com
Robert Kneschke - adobestock.com
Les 4e Assises du sport-santé sur ordonnance s’ouvrent ce 11 octobre à Strasbourg, autour du thème : « Covid-19, et après ? » L’occasion de mesurer les avancées d’un secteur qui foisonne d’initiatives locales, mais dont le développement bute toujours sur des problématiques de financements nationaux. Avec en toile de fond, la question de l’égal droit à l’accès aux soins pour tous.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Le développement à son rythme du sport-santé

Dans leur rapport présenté ce 7 octobre à la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu, Marie Tamarelle-Verhaeghe (LRM – Eure) et Régis Juanico (Génération.S – Loire) parlent de « bombe à retardement sanitaire ».

Adjoint à la maire de Strasbourg en charge de la santé publique et environnementale, et organisateur des 4e Assises du sport-santé sur ordonnance ce 11 octobre, le Docteur Alexandre Feltz ne peut qu’acquiescer : « Oui, la sédentarité constitue un fléau, aggravé par la crise sanitaire. Mais celle-ci a aussi mis l’accent sur l’importance du sport-santé à plusieurs niveaux : dans la prévention et la prise en charge de l’obésité, facteur prédictif des formes graves de Covid, dans l’accompagnement des Covid long. Sans oublier les bénéfices de l’activité physique adaptée, sur la santé mentale : dépression, anxiété, troubles du sommeil… ».

Des réseaux locaux constitués

A l’image de Strasbourg dès 2012, les collectivités ont impulsé une réelle dynamique en France pour assoir le sport-santé puis le sport-santé sur ordonnance en tant que thérapeutique efficace pour prévenir les maladies chroniques, les prendre en charge et limiter les risques de complications ou de rechute. Autrement dit, en prévention primaire, secondaire et tertiaire. « En 2019, nous dénombrions 110 réseaux en France, à l’initiative de collectivités ou d’associations », se souvient le Dr Feltz. Autant de réseaux dans lesquels des médecins généralistes prescrivent de l’activité physique adaptée (APA) à potentiellement 10 millions de patients souffrant d’une affection de longue durée (ALD), comme l’autorise le décret du 30 décembre 2016(1), mis en application au 1er mars 2017. Depuis, des textes tels que l’article 51 du PLFSS 2018, ont également ouvert la voie à des expérimentations dans le champ du parcours post-cancer, par exemple puis du diabète.

Pour autant, ‘prescription médicale’ ne signifie pas systématiquement ‘remboursement’ par l’Assurance maladie. « Chacun s’organise dans son coin », reprend le Dr Feltz, citant l’exemple strasbourgeois où « le bilan initial et les séances d’activité physique sont gratuites pour le patient la première année, avant l’application d’un tarif solidaire à partir de la deuxième. Mais ça, c’est possible grâce à l’implication de nombreux partenaires ». En l’occurrence et au-delà de la ville : la collectivité européenne d’Alsace, le conseil régional Grand-est mais aussi l’Agence régionale de Santé (ARS) et le régime local d’Assurance maladie notamment qui permettent le financement de « 7 à 8 » postes d’éducateurs APA en équivalent temps-plein (ETP). Autre avancée : les Maisons Sport-santé (MSS), au nombre de 288 aujourd’hui. Elles s’installent petit à petit dans le paysage. « Elles contribuent à donner un élan », poursuit-il, mais d’un bâtiment ‘en dur’, à un numéro de téléphone qui informe et oriente, « ces structures prennent aussi des formes très différentes selon les territoires ».

Implication inégale des CPAM et des ARS

Une disparité directement en lien avec la problématique du financement du sport-santé sur ordonnance, véritable serpent de mer. Et le médecin strasbourgeois d’insister : « Il faut absolument parvenir à dépasser ces différences territoriales liées au fait que certaines caisses primaires d’assurance-maladie (CPAM) s’engagent et prennent en charge quelques séances, tandis que d’autres ne le font pas. Avec aussi une implication très inégale des Agences régionales de Santé (ARS). C’est très problématique pour une loi nationale dans un contexte où le niveau de preuve n’est plus à démontrer et que les problèmes des patients sont les mêmes partout en France ».

Enfin, dans leur rapport, les députés Tamarelle-Verhaeghe et Juanico rappelaient qu’un « élargissement de la prescription d’APA est nécessaire pour donner une impulsion à son développement ». Sous-entendu, trop peu de médecins rédigent des prescriptions, en partie pour des raisons culturelles et de formation. Et le Dr Feltz d’insister : « Les médecins sont sensibilisés à cette question du sport-santé. Mais comment voulez-vous qu’ils prescrivent sereinement si derrière, il n’y a pas de système organisé et financé ? »

 

Le Club Acteurs du sport rejoint la galaxie des Clubs métiers de la Gazette. Découvrez ses articles en vous inscrivant à l’offre découverte, gratuite pendant 30 jours !
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

CLUB FINANCE - Projet de loi de finance 2023 : ce qui attend les collectivités

de La Gazette des communes en partenariat avec la Caisse d’Epargne et KPMG

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club Acteurs du sport

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’essor contrasté du sport-santé sur ordonnance

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Acteurs du sport

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement