Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

L’Etat contre les régions : match nul

Publié le 08/10/2021 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Régions de France
Twitter Régions de France
Dans la tragi-comédie qui s'est noué, lors du congrès de Régions de France, le 30 septembre à Montpellier, chaque rôle a été joué au cordeau. Les spectateurs, habitués à ce genre de représentation, n'y ont cependant guère cru.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La pièce a été jouée mille fois. Un Premier ministre en mal d’autorité fait les gros yeux. Il tance ces inconséquentes de régions qui citent les rapports de la Cour des comptes quand ça les arrange et ne veulent pas partager le fardeau de la crise. Le Raymond Barre du pays d’Oc le martèle à l’envi. Jean Castex ne renoncera pas à la baisse de 50 millions d’euros des dotations aux régions.

Un casus belli pour les intéressées. Un an après un accord de partenariat avec le gouvernement, les régions menacent de couper tous les ponts. Leur porte-drapeau, Carole Delga (PS), le dit haut et fort. Les trois quarts des Français ont soif de décentralisation. D’ailleurs, c’est bien simple : la présidente de Régions de France représente « autant les 66 millions de Français que les ministres ».

Pièces jaunes

Chaque rôle est joué au cordeau. Les spectateurs, habitués à ce genre de représentation, peinent cependant à y croire. Comment l’Etat, à l’heure du « quoiqu’il en coûte », peut-il jouer les pères la rigueur pour 50 millions d’euros, autant dire des pièces jaunes dans un océan de 2 700 milliards de dette ? Pourquoi les présidents de région en font-ils autant pour une somme qui représente 0,12 % de leur budget ? Au-delà d’un sondage commandé par leur soin, ces grands élus croient-ils, au fond d’eux-mêmes, que les Français expriment un désir irrépressible de décentralisation ?

Affaire d’initiés

On peut le déplorer, mais la plupart de nos concitoyens ne sont ni pour, ni contre la décentralisation. Ce n’est pas leur sujet. La décentralisation reste une affaire d’élus, d’initiés. Certains Français confondent même ce mot barbare avec « délocalisation », c’est dire… Quant à la légitimité de 66 millions de Français dont se prévaut Carole Delga, rappelons les résultats des dernières élections régionales. Seul un tiers des inscrits se sont rendus aux urnes. Les présidents de région ont été désignés en moyenne par 17 % d’entre eux.

Un chiffre qui devrait inciter à davantage de modestie. Hélas, à la veille des échéances électorales, le gouvernement et les présidents de région préfèrent leur vaudeville usé jusqu’à la corde.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Etat contre les régions : match nul

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement