Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement local

Comment l’Occitanie a boosté sa filière audiovisuelle et cinéma

Publié le 04/10/2021 • Par Solange de Fréminville • dans : Innovations et Territoires, Régions

cinema-tournage-Rawpixel.com-AdobeStock_236241394
© rawpixelcom-adobestock
La région Occitanie accueille cinq séries télévisées, dont trois quotidiennes, ce qui la place juste après l’Ile-de-France pour le nombre de jours de tournage. L’essor exceptionnel des tournages de séries télévisées bénéficie à toute la filière audiovisuelle et cinéma : développement de l’emploi, essor des tournages de cinéma. Occitanie Films a joué un rôle de facilitateur auprès des sociétés de production, sur le recrutement et la formation des professionnels, les lieux de tournage, etc.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

D’après Film France, la commission nationale du film, la région Occitanie (5,89 millions d’hab.) s’est hissée au deuxième rang après l’Ile-de-France pour le nombre de jours de tournage. En misant sur un point fort : les fictions télévisées, qui ont approché les 2 000 jours de tournage en 2019, loin devant des régions pourtant prisées telles que Provence – Alpes – Côte d’Azur.

Pas moins de trois séries quotidiennes sont tournées dans l’Hérault et le Gard, deux départements situés à l’est de l’Occitanie : « Demain nous appartient » (TF1), à Sète depuis 2017, « Un si grand soleil » (France 2), depuis 2018 à Montpellier et dans les studios de France Télévision à Vendargues, et « Ici tout commence » (TF1), à Saint-Laurent-d’Aigouze, depuis 2020. Elles ont rejoint deux autres séries télévisées à succès : « Candice Renoir » (France 2), créée en 2013 à Sète, et « Tandem » (France 3), en 2016 à Montpellier. Dans leur sillage, les tournages de courts et longs-métrages, pour la télévision et le cinéma, ont aussi connu un essor sans précédent, jusqu’à une trentaine par an. « L’impact économique est considérable. Les trois séries quotidiennes font travailler 200 personnes par jour et, pour un long-métrage, c’est 50 à 60 personnes sur un plateau de tournage », explique Marin Rosenstiehl, responsable de la commission du film d’Occitanie.

Professionnels valorisés

Comme d’autres régions méridionales, ce vaste territoire, qui va des rives du Rhône aux Pyrénées et au-delà de Toulouse, a des atouts : l’ensoleillement, la variété des paysages et du patrimoine, auxquels s’ajoutent des coûts moindres que ses rivales. Cependant, il a été longtemps délaissé.

Jusqu’à ce qu’en 2011 le producteur de la série « Candice Renoir », Olivier Bourdon, lorgne vers Sète : « J’ai demandé à la commission du film du Languedoc-Roussillon la liste des techniciens présents du côté de Sète et Montpellier. Et là, surprise ! J’en connaissais les deux tiers, ils travaillaient souvent à Paris. Soit 70 à 80 techniciens, représentant les 9/10de l’équipe. Une énorme économie : plus besoin de les loger, ni de les défrayer. »

Ce qui a rendu le territoire attractif, c’est en effet la présence de plus en plus nombreuse de techniciens et de comédiens, auxquels se sont ajoutés des loueurs de matériel, ou de studios de post-production. Une sorte d’écosystème audiovisuel s’est développée progressivement depuis le début des années 2010 avec le soutien actif d’Occitanie Films. Cet organisme, sous la double tutelle de la région et de l’Etat, s’est notamment chargé de valoriser les professionnels et les lieux de tournage auprès des producteurs.

Embauches facilitées

« Nous avons par exemple organisé, à Montpellier, deux journées de rencontre entre la société de production de Demain nous appartient et des chefs de poste [décor, régie lumière, régie son, costumes, etc.] d’ici pour faciliter les embauches », détaille Estelle Cavoit, responsable du secteur professionnel au sein d’Occitanie Films. Deux outils innovants ont permis de mettre en avant les comédiens les plus expérimentés : « Voix off » (enregistrements) et « Bandes démo » (montages d’extraits de films). Tous les acteurs peuvent aussi bénéficier de shootings photos et d’ateliers en ligne sur le CV pour valoriser leur image et leur parcours.

Occitanie Films fait également remonter les besoins de formation et de recrutement au comité régional des professions du spectacle (Coreps), instance de dialogue social et de concertation qui associe le cinéma, l’audiovisuel et le spectacle vivant. C’est ainsi que la région Occitanie a accepté de financer trois modules de formation aux métiers de machiniste, d’électricien et d’accessoiriste, pour 36 demandeurs d’emploi venant d’autres secteurs d’activité. Ils se sont déroulés sur deux mois, à l’école de cinéma Travelling, à Montpellier, début 2021.

Réseau de partenaires

Parallèlement, c’est tout un réseau de partenaires publics et privés qu’anime Occitanie Films : la région, qui verse des subventions aux créateurs, les villes et les métropoles, qui fournissent gratuitement des locaux, des lieux de tournage et des parkings pour les tournages, ou encore les écoles de cinéma, en les mettant en lien avec les professionnels du secteur. Sans oublier les sociétés de production et leurs retombées économiques directes (lire ci-contre).

  • Financement Aides de la région pour la filière audiovisuelle : 4 M€ en 2021.
  • Avantage Les séries télévisées ont valorisé la filière audiovisuelle et cinéma, ainsi que l’image de Sète, de Montpellier et du sud du Gard, auprès d’un large public.
  • Inconvénient Il faut plusieurs années avant que cela marche. Occitanie Films a ouvert un bureau à Toulouse il y a deux ans dans le but d’y attirer, en plus grand nombre, des producteurs de la télévision et du cinéma.

« Il faut mettre en phase les besoins des producteurs et les formations »

Marin Rosenstiehl, responsable de la commission du film d’Occitanie 

« Nous avons misé sur les séries télévisées qui sont très pourvoyeuses d’emplois, y compris pour ceux qui sortent tout juste de formation. Le succès de Candice Renoir a allumé la mèche : cela s’est su dans le milieu de la télé. Nous avons continué à chercher des projets et à valoriser le territoire auprès des sociétés de production : les lieux de tournage, les techniciens et comédiens, dont le nombre a beaucoup augmenté, ou les prestations techniques, comme les loueurs de matériel. Notre travail consiste aussi à mettre en phase les besoins des producteurs et les formations, notamment sur les métiers en tension, avec l’Afdas, qui gère les fonds de la formation dans le secteur culturel, Pôle emploi et la région Occitanie. Une formation est ainsi prévue pour les assistants de régie et, en projet, sur le métier de scripte. »

Contact : Marin Rosenstiehl, responsable de la commission du film d’Occitanie, marin@occitanie-films.fr

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Comment l’Occitanie a boosté sa filière audiovisuelle et cinéma

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement