Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Médico-social

Une rentrée chargée pour les associations de l’action sociale

Publié le 29/09/2021 • Par Christelle Destombes • dans : A la Une santé social, Actu expert santé social, France

aide-domicile
InsideCreativeHouse / AdobeStock
Fragilité de certains secteurs touchés par la crise, attractivité des métiers en berne, abandon de certaines réformes structurantes, manque de vision sociétale… La rentrée sociale de l’Uniopss, la dernière de ce quinquennat, dresse un bilan inquiétant.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le secteur associatif reste partagé entre « des espérances et désespérances » en cette rentrée sociale post-Covid. C’était déjà la thématique en 2017, après les présidentielles, indique Patrick Doutreligne, le président de l’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux. Durant le quinquennat, les éléments de déception se sont accumulés, même si l’Uniopss reconnaît que le « quoi qu’il en coûte », promu pendant la crise sanitaire, « en rupture avec la gestion comptable du “monde d’avant” a permis de préserver la protection sociale, y compris dans le champ médico-social ».

Mais la pandémie est lourde de conséquences sur les publics les plus fragiles. « Cette crise a généré un certain nombre d’injustices qui sont loin d’être corrigées. Je pense en particulier à l’investissement des professionnels dans plusieurs secteurs, comme celui de la protection de l’enfance, qui n’a pas été reconnu, à la situation des jeunes, avec un projet de revenu d’engagement une nouvelle fois repoussé, ou encore à une politique ambitieuse en matière de logement, qui débute bien trop tard pour produire ses effets », a énuméré Patrick Doutreligne.

Attractivité des métiers

L’attractivité des métiers du secteur est le sujet brûlant en cette rentrée, a rappelé Isabelle Léomant, conseillère technique « Accompagnement-Acteurs-Parcours ». Elle a attiré l’attention sur l’épuisement des professionnels, les difficultés de recrutement, l’absentéisme inquiétant, des conditions de travail dégradées, l’évolution défavorable de la sinistralité, etc. « Un très grand nombre d’associations craint de ne pas pouvoir assurer la continuité de l’accompagnement et certaines structures risquent même de devoir fermer. Il y a urgence ! »

Alors que certains professionnels restent exclus des revalorisations salariales du Ségur, et qu’un plan de 1 milliard d’euros a été annoncé pour relancer l’attractivité des métiers de la fonction publique hospitalière, « le secteur médico-social attend également des financements et des revalorisations majeurs en faveur de l’attractivité des métiers, à la hauteur des besoins, afin de ne pas créer davantage d’inégalités ! »

Pour renforcer l’attractivité des métiers, l’Uniopss rappelle la responsabilité des employeurs, appelant à des évolutions organisationnelles et managériales, un soutien aux démarches de qualité de vie au travail, l’élargissement des opportunités de progression de carrières, une politique interne en faveur de formations.

Rendez-vous ratés

Jérôme Voiturier, directeur général de l’Uniopss, a listé les rendez-vous ratés qui s’accumulent en cette fin de quinquennat : abandon de la loi autonomie, loi sur la protection des enfants repoussée, Stratégie pauvreté dans le flou… Il manque une vision sociétale globale, et l’Uniopss annonce qu’elle proposera un projet de société « respectant nos valeurs et notre vision d’un futur basé sur le partage et la recherche d’un vivre ensemble apaisé et solidaire », à l’issue de son congrès des 13 et 14 janvier à Rennes.

 

Réaction aux annonces sur le grand âge

Interrogé suite aux annonces de Jean Castex sur les investissements dans les Ehpad et l’aide à domicile présents dans le PLFSS 2022, l’Uniopss indique que « garantir un financement public minimum [sur] tout le territoire », comme le dit le Premier ministre, est évidemment une bonne chose, un minimum ». Mais il reste des points à préciser : « que ce nouveau tarif s’applique aux services habilités ou non à l’aide sociale, et à connaître les conditions dans lesquelles s’appliquera la cotation “qualité” (CPOM ou non). Attention aux nouvelles distorsions génératrices de fuite de personnel… »

Par ailleurs l’Uniopss déplore que cette annonce ne concerne pas l’autonomie des personnes en situation de handicap et souhaite que la compensation par l’État soit pérenne. Favorable à une fusion des Saad, Spasad et SSIAD dans un modèle intégré Service autonomie présenté lors de la « préparation » de la loi Générations solidaires, l’Uniopss estime qu’un « véritable virage domiciliaire nécessite un investissement important dans le domicile ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une rentrée chargée pour les associations de l’action sociale

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement