Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Mixité sociale

« Non, Marnes-la-Coquette n’est pas une île de l’archipel mondialisé »

Publié le 28/09/2021 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Trop de cartes dans la manche!
A.Popov/Adobestock
Christiane Barody-Weiss, la maire de Marne-la-Coquette s'insurge des propos d'Anne-Sophie Beauvais sur sa commune, taxée de "ghetto de riches".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Christiane Barody-Weiss

Maire de Marne-la-Coquette

Publiée dans « La Gazette » du 23 août, l’interview d’Anne-Sophie Beauvais appelle de ma part plusieurs précisions afin de donner une autre vision de notre commune, en réalité éloignée des clichés faciles que l’on colporte sur elle. Marnes-la-Coquette (1) est la plus petite commune des Hauts-de-Seine en nombre d’habitants, mais elle s’étend sur 365 hectares, dont 75 sont urbanisés. Ce village de 1 800 habitants, près de Paris, ne se résume pas à un parc privé qui abrite à peine 3 % de sa population.

Aux portes même de ce parc se trouvent un institut médico-éducatif, où 45 enfants polyhandicapés sont accueillis, et un établissement et service d’aide par le travail, qui emploie 45 adultes. Pour répondre aux besoins exprimés par l’association Cap’ devant, qui gère ces structures, la ville a fait construire un foyer d’hébergement et un foyer de vie qui seront bientôt complétés par cinq logements inclusifs, dans le cadre du développement de son parc social.

Notre parc social est passé de 5 % en 2001 à 21,5 % aujourd’hui. L’objectif fixé par la loi « SRU » de 25 % de logements sociaux devrait être atteint à l’horizon 2024, avec la construction, en cours, d’une résidence pour seniors dont un quart des logements sera proposé en prêt locatif aidé d’intégration, en prêt locatif à usage social et en prêt locatif social, et celle, en projet, d’un immeuble de 25 logements à vocation entièrement sociale.

L’objectif de la commune a toujours été de proposer une offre qui réponde aux besoins de l’ensemble de sa population, en augmentation régulière sur les dix dernières années avec de très nombreux enfants (32 % de la population a moins de 20 ans). Et l’on retrouve bien sûr ce dynamisme au sein de l’école maternelle et primaire et dans les nombreuses activités musicales, sportives et associatives proposées au sein même de la commune.
Marnes-la-Coquette n’a pas qu’une vocation résidentielle.

Même si les commerces y sont peu nombreux, l’activité économique y est importante, avec la présence de la société pharmaceutique Biorad, qui emploie 500 personnes sur son site de Marnes et le haras de Jardy, premier centre équestre de France.

Marnes-la-Coquette, c’est aussi un cadre de vie verdoyant avec le domaine national de Saint-Cloud, la forêt de Fausses-Reposes, les étangs de la Marche et un riche passé historique. On peut notamment y découvrir le lieu où Pasteur a vécu, mis au point son vaccin contre la rage et où il est mort en 1895. La commune abrite également le mémorial de l’Escadrille La Fayette, élevé en mémoire des 209 aviateurs volontaires américains venus combattre au côté de la France dès 1914 et dont un petit musée retrace l’histoire.

L’ensemble des structures et des services existant sur la commune, ainsi que son cadre de vie, ont permis à Marnes-la-Coquette d’être classée à la vingt-troisième place des « Villes et villages où il fait bon vivre » et d’obtenir cette année sa première étoile au « Guide vert » Michelin. Dans la plus totale discrétion… et en s’intéressant à tous ses administrés sans distinction.

Notes

Note 01 1 800 hab., Hauts-de-Seine Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Non, Marnes-la-Coquette n’est pas une île de l’archipel mondialisé »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement