Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

L’antimodèle lyonnais

Publié le 24/09/2021 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Lyon
Alexi Tauzin / AdobeStock
Longtemps présenté comme le le Graal de l'organisation territoriale, la métropole de Lyon a du plomb dans l'aile. Faute d'avoir instauré de représentation municipale en son sein, un Sénat des maires par exemple, elle se retrouve au coeur d'une tempête politique.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Depuis près d’une décennie, elle était présentée comme le graal absolu. La matrice à suivre en milieu urbain. Mise sur la rampe de lancement par le maire de la cité des Gaules et le président du conseil général du Rhône, la métropole de Lyon a été consacrée par le législateur. Du local au national, cette fusion entre une communauté urbaine et une partie d’un département était présentée comme un gage de simplification. Et un progrès démocratique. Pour la première fois, les représentants d’un grand ensemble urbain étaient désignés au suffrage universel direct sans fléchage.

Tribune

Elu l’an passé, le patron de la métropole de Lyon, l’écologiste Bruno Bernard, bénéficie d’une légitimité dont ne peut se targuer aucun de ses collègues. Pourtant, il est l’un des présidents d’ensemble urbain les plus contestés de France. Dans une tribune retentissante parue dans « Le Journal du dimanche », le 12 septembre, des « petits » maires de la métropole de Lyon s’en prennent à sa « gouvernance métropolitaine ultraverticale, ultracentralisée et ultrasegmentée, à mille lieues des élus municipaux ».

« Zone à faibles émissions qui risque de devenir une zone à forte exclusion tant elle se construit à rebours de tout principe de justice sociale » ou « abandon des projets de nouveaux métros pour imposer la construction de téléphériques refusés par les territoires concernés », les motifs de colère ne manquent pas.

Fronde

Choyés par le président historique de la métropole, Gérard Collomb (PS), les « petits » maires ont eu l’habitude d’être surreprésentés au regard de leur poids démographique. Sans doute en partie téléguidés par le patron (LR) de la région, Laurent Wauquiez, leur fronde n’est pas exempte d’arrière-pensées politiciennes.

Il n’empêche : le contre-exemple de Lyon le démontre. Un ensemble urbain ne fonctionne que s’il s’appuie sur les communes. Faute d’avoir instauré une représentation municipale digne de ce nom, un sénat des maires par exemple, la métropole de Lyon se prépare à des jours difficiles.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’antimodèle lyonnais

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement