Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Les maires ruraux, ces petits qui n’ont pas peur des gros

Publié le 23/09/2021 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

Michel Fournier
Twitter AMRF
L'Association des maires ruraux de France célèbre un demi-siècle de combat contre les bureaux parisiens et les normes « ruralicides ». Plein feu sur la plus remuante des association d'élus, à l'occasion de son congrès les 23 et 24 septembre à Joigny (Yonne)

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Il y a, chez ces chefs de village, dressés en 1971 contre les technocrates pompidoliens qui veulent mettre la France au carré à coups de fusions massives de communes, évidemment beaucoup d’Astérix. Au sein de la nouvelle Fédération nationale des maires ruraux (FNMR), ces Gaulois réfractaires parviennent à tuer dans l’œuf la loi du tout-puissant ministre de l’Intérieur Raymond Marcellin. Un coup d’éclat qui en annonce d’autres.

Ces petits poucets servent d’aiguillon à l’enterrement de première classe du rapport « Guichard » de 1976. Exit, les 3 600 communautés de communes et 750 communautés d’agglomération en lieu et place des 36 000 clochers…

« Les gens de droite nous prennent pour des anarchistes, les gens de gauche pour des extrémistes », dit le leader des maires ruraux entre 1983 et 1999, François Paour. Mais la vérité, pour lui, est ailleurs : « Les maires des petites communes se partagent en deux catégories. Ceux qui baissent les bras et espèrent que la population comprendra qu’ils n’ont pas les moyens de faire mieux et ceux qui se retroussent les manches. »

Jacqueries à répétition

La plus remuante des associations d’élus ne s’embarrasse pas des discours protocolaires qui font l’ordinaire des grands-messes d’élus locaux. Convoqué à la préfecture dans un dossier d’ordures ménagères, son futur président entre 1999 et 2008, Gérard Pelletier, menace le secrétaire général de s’attacher au radiateur de son bureau avec des menottes. « Il s’est montré tout de suite plus arrangeant. Il n’avait visiblement pas trop envie de louper sa partie de tennis et son dîner entre amis ! » se plaît-il alors à raconter.

En 1987, les maires ruraux mènent la jacquerie contre le projet de loi « Galland » qui exclut du statut de l’élu les 24 500 premiers magistrats de communes de moins de 500 habitants. En 1996, c’est la bronca quand le pouvoir chiraquien raye d’un trait de plume la franchise communale exonérant les municipalités de frais postaux. Les maires ruraux renvoient tout leur courrier destiné à l’Etat à l’Elysée !

Gouailleurs à souhait, ils s’affranchissent des appareils politiques. Cela leur vaut quelques solides inimitiés dans les grandes associations d’élus. Durant son mandat à la tête des maires ruraux, Gérard Pelletier évacue vite le sujet : « Il n’y a pas plus de concurrence entre l’Association des maires de France et nous qu’entre un médecin généraliste et un ophtalmo. » En 2003, la FNMR devient l’Association des maires ruraux de France (AMRF). Mais garde, chose étonnante, ses bureaux à Lyon plutôt qu’à Paris. Sa ligne ne varie guère non plus.

Confronté en 2014 à la très libérale directrice de l’Ifrap Agnès Verdier-Molinié, partisane d’une France de 5 000 super-communes, le successeur de Gérard Pelletier, Vanik Berberian, bout littéralement. « Pourquoi 5 000 ? Et pourquoi pas 6 002 ou 10 007 ? Votre vision systémique ne correspond pas à la réalité des communes rurales. Notre dotation globale de fonctionnement est déjà deux fois moins élevée qu’en milieu urbain. L’aménagement du territoire national est complètement oublié. Résultat, nos populations votent de plus en plus pour le FN. »

« A portée d’engueulade »

Vanik Berberian se fait le champion du combat contre « les normes ruralicides » et la réforme territoriale arrêtée par François Hollande et confirmée par Emmanuel Macron. Cela ne l’empêche pas de s’ouvrir les portes des palais nationaux.

Les 96 heures passées par Emmanuel Macron en 2019 à répondre aux interpellations des édiles sont une idée du président de l’AMRF, glissée lors d’une entrevue à l’Elysée. A l’occasion de la disparition de Vanik Berberian, au printemps 2021, le chef de l’Etat ne manque d’ailleurs pas de saluer les adhérents de l’AMRF, ces élus « à portée d’engueulade » qui luttent contre « l’extension du domaine de la ville ».

Michel Fournier* : « On ne lâche rien avant la présidentielle »

« N’oublions pas que le règlement de la crise des gilets jaunes a commencé quand nous, adhérents de l’Association des maires ruraux de France, avons mis des cahiers de doléance à disposition de nos habitants. Avec le Covid-19, le regard sur nos territoires change. On s’aperçoit qu’il vaut mieux être confiné dans un pavillon à la campagne que dans un 9 mètres carrés dans une tour. A l’occasion des dernières vacances d’été, beaucoup de Français ont découvert nos communes. Grâce au télétravail, l’exode urbain peut devenir une réalité. En attendant, on ne lâche rien. On souhaite que les candidats à la présidentielle s’engagent sur une idée à la fois simple et forte : la reconnaissance dans la Constitution du critère d’espace dans les politiques publiques afin que nos administrés ne pâtissent plus des sempiternels seuils de nombre de population. »

*Président de l’association des maires ruraux de France et premier magistrat des Voivres dans les Vosges (360 habitants), en photo

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les maires ruraux, ces petits qui n’ont pas peur des gros

Votre e-mail ne sera pas publié

Alain22

25/09/2021 10h17

Après les mots en « phobe », voilà désormais ceux en « icides », à croire que seul le modèle de la langue anglaise avec les « less », « exit » est valable. Les mots traduisant les idées, c’est un chemin pour nous « angliciser » encore plus rapidement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement