Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Crise sanitaire

Passe sanitaire : médecin, conseiller juridique et référent RGPD répondent aux questions

Publié le 13/09/2021 • Par Julie Krassovsky • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

©laurencesoulez - stock.adobe.com
Lors d’un webinaire réalisé le 9 septembre, le Centre de gestion du Nord s’est penché sur les conséquences pour les collectivités du passe sanitaire ainsi que de l'obligation vaccinale et a tenté de répondre à toutes les questions des internautes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors que les agents, travaillant dans des structures exigeant la vaccination, sont, depuis le 30 août, passibles d’une suspension de fonction en cas de non présentation du pass sanitaire, de nombreuses situations quotidiennes méritent encore d’être éclaircies au cas par cas. C’était l’objet du webinaire organisé le 9 septembre par le Centre de gestion du Nord.

  • Passe sanitaire et obligation vaccinale : sur le terrain, imbroglios et cafouillages

Une infirmière de la fonction publique territoriale peut-elle vérifier les pass ? Réponse :  Oui, si elle est habilitée par l’autorité territoriale.

Un agent d’accueil en mairie est-il soumis à l’obligation vaccinale ? réponse : Non.

Quid des bibliothèques recevant du public en même temps que des scolaires ? Réponse : Les médiathèques étant soumises au ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Passe sanitaire : médecin, conseiller juridique et référent RGPD répondent aux questions

Votre e-mail ne sera pas publié

François

14/09/2021 08h58

« Parmi eux figurent l’argument de l’efficacité du vaccin, des test rigoureux auxquels ils ont été soumis. L’acte de solidarité et de soutien au système de santé est également mis en avant ainsi que l’aide à limiter la génération de variants au virus. »
Les tests rigoureux validés par qui ? Par les laboratoires eux-mêmes, c’est peu probant.
L’efficacité est un peu remise en cause dans les pays les plus vaccinés comme l’Islande ou Israël pour le variant delta, au point qu’on en arrive à une troisième dose.
La solidarité envers le système de santé : les nombreux effets indésirables ne sont pas pris en compte ? Le coût de cette vaccination non plus, et le coût des victimes de l’absence de prise en charge des malades avant la phase critique non plus. Je connaissais personnellement deux personnes décédées de thromboses suite à leur vaccination. Qui en parle ? Et les enfants décédés après vaccination ou en soins intensifs comme une collègue de ma fille qui en parle ? Personne, le schéma vaccinal n’était pas encore complet donc dans les statistiques ils sont portés : non vaccinés. Ça me dégoûte…

Fab44

14/09/2021 11h09

Bonjour,
En France, un essai clinique ne peut démarrer sans avoir reçu au préalable un avis favorable d’un comité de protection des personnes (CPP) et une autorisation de l’ANSM. L’Agence européenne du médicament (EMA) a mis en place un examen continu des demandes d’autorisation de mise sur le marché (AMM). Les données sont analysées en temps réel par les agences compétentes européennes, dont l’ANSM. Enfin l’ANSM évalue la sécurité d’emploi des vaccins en assurant une surveillance continue des éventuels effets indésirables prévisibles ou inattendus.
Dire que les tests sont validés par les labos est donc de la désinformation.
Israël et l’Islande remettent en cause le vaccin ? Désinformation encore. Outre qu’Israël est moins vaccinée que la France (63 % vs 70 % de la pop générale), il faut noter que le dernier mort en Islande (77 % de vaccinés) date de mai et le nombre de réas y est très faible.
Quant au sempiternel argument : « Ma belle-sœur connaît une collègue dont la voisine a une cousin qui est mort d’une chute dans un escalier causée par le vaccin », je préfère ne pas répondre…
Avec 85 % des personnes de 12 ans et + ayant reçu moins 1 dose en France (merci à elles), les antivax ont beau crier de plus en plus fort, leur discours est de moins en moins audible.

François

15/09/2021 10h49

Bonjour,
Dans votre certitude de pourfendre les arguments de ce que vous appelez un antivax, vous ne les lisez même pas. Je n’ai pas écrit qu’Israël et l’Islande remettait en cause le vaccin, mais son efficacité. La mise en place d’une troisième dose montre le caractère très limité dans le temps. Le fait qu’un nombre important des patients covid à l’hôpital en Israël soit double vacciné nous est indiqué comme normal en raison du fort taux de vaccination. Où est la désinformation?
Les témoignages directs ne vous paraissent pas dignes d’être relevés. Restez sûr de vous-même et de l’innocuité du vaccin et de son efficacité.
S’il est si efficace ne craignez rien vous ne ferez pas de forme grave. Laissez ces stupides antivax prendre le risque de mourir de ce terrible fléau. Je l’ai eu ce méchant covid et aucun membre de ma famille, partageant mon domicile ne l’a attrapé. Mais c’est encore du vécu méprisable. Excusez-moi…

Fab44

15/09/2021 04h39

Bonjour,
Loin de moi l’idée d’être méprisant, seulement en matière de santé publique on ne peut pas rester seulement sur du vécu. On se doit de réfléchir a minima en termes statistiques. Dire « Je connais quelqu’un qui a eu une thrombose à cause du vaccin », sachant qu’il y a environ 150 000 nouveaux cas de maladie thromboembolique veineuse par an, ça n’est pas suffisant et il faut donc vérifier statistiquement (et cliniquement) si c’est bien le cas pour une population donnée (par ex 100 000 personnes). Or, avec près de 50 millions de français vaccinés à ce jour et une surveillance en continu du moindre effet secondaire, on a largement de quoi voir si une pathologie devient inhabituelle.
Vous m’excuserez mais je ne vois guère la différence entre remettre en cause le vaccin et remettre en cause son efficacité… Si une thérapeutique n’est pas efficace, on la remet en cause (ou par ex on ne la rembourse pas).
Quant à Israël, vous confondez nombre absolu et proportion. Oui, une majorité cet été des personnes hospitalisées y étaient vaccinées, mais ces vaccinés hospitalisés étaient proportionnellement beaucoup moins nombreux que la part de personnes à risque vaccinées (logique : les personnes à risque – càd les + 60 ans – en Israël sont à 90 % vaccinées, donc sont plus représentées que les non vaccinées (ou 1 dose) qui sont par conséquence très minoritaires). En outre, il ne faut pas confondre hospitalisation et réa (les plus susceptibles de décéder donc), et les données sont aussi sans appel : la Dress en août a relevé neuf fois plus d’entrées en soins critiques parmi les personnes non-vaccinées que parmi celles qui sont complètement vaccinées.
Caractère limité du vaccin dans le temps ? Oui, c’est possible, mais cela reste quand même à évaluer pour la population générale. Pour rappel, la 3ème dose n’est requise que pour les personnes à risque (essentiellement les + 65 ans et les immuno-déprimés). Et au final, qu’importe. Le vaccin contre la grippe est aussi à renouveler annuellement. Qu’est-ce qu’une piqûre tous les 9 ou 12 mois par rapport à la quantité de médicaments consommés chaque année…
Je ne comprends guère votre témoignage sur votre famille qui n’aurait pas été contaminée. Que le Sars-CoV-2 n’est pas contagieux ? Là encore vous semblez tirer des conclusions générales à partir d’une situation individuelle. Je pourrais dire aussi : j’ai été vacciné, je n’ai pas été malade, donc je n’ai pas été malade car j’ai été vacciné ? Ça s’appelle un sophisme, Socrate l’avait déjà dénoncé il y a 2 500 ans.
Et non, je refuse de prendre le risque que ces « pauvres antivax » y laissent leur peau. Si je vois quelqu’un au bord de sa fenêtre vouloir se jeter dans le vide, je vais appeler les secours, essayer d’entamer le dialogue… et ne pas me dire « Bah, après tout c’est son choix, qu’il fasse ce qu’il veut ». Sans compter le coût socio-économique de tous ces décès, parfaitement évitables pour la grande majorité. La vaccination, c’est aussi une question de responsabilité morale, et collective.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement