Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • « La signature de l’Etat est aujourd’hui moins sûre que celle des collectivités » estime Michel Destot

Economie et grandes villes

« La signature de l’Etat est aujourd’hui moins sûre que celle des collectivités » estime Michel Destot

Publié le 22/09/2011 • Par Aurélien Hélias • dans : A la une, Actu expert santé social, Actualité Club finances, France

Selon l'AMGVF présidée par Michel Destot, 88 communes seraient exclues parce qu'elles appartiennent à une intercommunalité qui sera contributrice au Fonds national de péréquation (FPIC) qui sera créé.
Michel Destot, président de l'AMGVF A. Wemaere
A quelques jours de la Conférence des villes prévues pour le 28 septembre à Paris, le président de l’AMGVF, Michel Destot, revient sur les défis à venir : lutte contre la pauvreté, développement économique, politique de la ville, réforme intercommunale et finances locales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le maire de Grenoble (PS) revient tout particulièrement sur la récente création de l’agence de financement des collectivités qui doit permettre aux agglomérations de continuer à soutenir leurs investissements, malgré le resserrement du crédit bancaire.

La situation sociale difficile pèse-t-elle sur les grandes villes ?

La période de crise qui dure depuis 2008 touche particulièrement les grandes villes et les agglomérations du fait de l’évolution de la « carte de la pauvreté » : hier, les crises touchaient principalement des âgés ruraux. Aujourd’hui, ce sont beaucoup des jeunes en milieu urbain, issus de familles étrangères, monoparentales, qui habitent principalement dans les agglomérations. Un exemple : en Isère, Grenoble concentre deux fois plus de bénéficiaires du RSA que dans tout ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La signature de l’Etat est aujourd’hui moins sûre que celle des collectivités » estime Michel Destot

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement