Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Déserts médicaux : le ras-le-bol des maires de petites villes

Publié le 10/09/2021 • Par Romain Mazon • dans : Actu expert santé social, France

deserts-medicaux-sante-medecine
ALF photo / AdobeStock
Réunis pour leurs 23ème assises à Cenon (Gironde), les maires de petites villes de France ont manifesté leur désarroi et leur exaspération face à la persistance de la crise de la démographie médicale, malgré tous les efforts entrepris.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le titre de la séquence n’augurait rien de révolutionnaire, en milieu d’après-midi, jeudi 9 septembre, jour d’ouverture des 23ème Assises de l’APVF : « Des petites villes résilientes et plus bienveillantes ? ». De fait, les uns ont rappelé la mobilisation des maires et des agents pour contrer la pandémie ; les autres ont mis en avant le rôle de ces communes en matière de services de proximité, et de sauvegarde de la cohésion sociale. Jérôme Guedj, ancien président du département de l’Essonne reconverti dans la Silver économie est venu sensibiliser les élus sur l’explosion annoncée du nombre des personnes âgées à horizon 2030…

Un débat sur ses rails, jusqu’à ce que la première magistrate d’une commune d’Indre ne prenne le micro pour raconter les efforts engagés pour la création d’une maison ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Déserts médicaux : le ras-le-bol des maires de petites villes

Votre e-mail ne sera pas publié

Al

10/09/2021 09h06

Ils ont bien raison d’avoir ras le bol les maires. C’est à l’Etat de prendre les choses en main sur ce sujet et d’être plus interventionniste. Le « marché » médical (c’est de la provocation voulue) ne se régule pas de lui-même, c’est un fait.
On marche sur la tête depuis des années face au manque de médecins : on finance des maisons médicales qui restent désespérément vides, on donne indirectement de l’argent aux praticiens pour venir (loyers offerts, etc.) comme si c’était un simple problème financier. Que d’argent dépensé.
Des étudiants français partent en Roumanie pour apprendre la médecine et nous on fait venir des médecins roumains. Très logique tout ça.
On a peur de fâcher la corporation « médecins » devenue une caste d’intouchable, on en paie les conséquences aujourd’hui et demain sera la vraie crise sanitaire : une absence durable de médecins dans beaucoup de territoires avec toutes les répercussions sanitaires de cette absence.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement